Recrutement : Difficile de choisir entre les 2 finalistes


Il est parfois difficile de choisir entre les 2 derniers candidats

pile ou faceIl existe des cas de conscience chez un recruteur ou une équipe de recruteurs :
Celui du choix parmi les deux « meilleurs candidats ».

Tous les deux ont un cursus similaire, la même formation, une expérience proche.
Leurs résultats sont probants.
Ils sont sympathiques, dynamiques et souriants.

Mais comment donc choisir ?

Pas de mystère là-dedans : Il faut pousser plus loin l’analyse des candidatures.
Le « pile ou face » semble inapproprié en face de l’enjeu pour tout le monde.

Ce sont les détails qui feront la différence.

Quand les deux derniers candidats répondent à tous les critères prédéfinis, il faut en trouver d’autres.

Aller plus loin

  1. En approfondissant la lecture du CV et de la lettre de motivation.

C’est là qu’interviennent les centres d’intérêt et l’adéquation entre les besoins de l’organisation et les capacités du candidat.

  1. En faisant passer d’autres tests

La panoplie de tests qu’un recruteur peut faire passer à des candidats est importante.

Entre les tests de logique, d’intelligence ou de personnalité ou de mises en situation, il y a le choix.

  1. En ayant un ultime entretien

Verbalement, tester la motivation du candidat en lui posant des questions décalées, permet de voir sa réaction face au stress et sa faculté d’adaptation.

Face à des questions inattendues, c’est la réactivité, l’humour, la colère ou l’angoisse qui vont ressortir. De même que la persévérance et la communication.

  1. En incluant l’équipe dans le processus de décision

Les futurs collègues sont plus intuitifs et spontanés que les professionnels des Ressources Humaines, que ce soit du service du personnel ou des recruteurs extérieurs.

Un œil neuf et néanmoins concerné permet d’avoir des avis supplémentaires sur la capacité d’intégration dans l’équipe.

Le choix

Enfin, si les deux derniers candidats réussissent toutes ces épreuves supplémentaires, vous avez toujours le tirage au sort.
Qui a une pièce de monnaie ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment minimiser un point faible ou Liste 3 des points forts et points faibles en entretien d’embauche
Entretien d’embauche : Des questions très inattendues
Question piège du recruteur : Pourquoi vous ?

12 signes qui agacent le recruteur en entretien d’embauche
Pourquoi les recruteurs s’intéressent-ils aux soft skills ou savoir-être ?
Que pense un recruteur en entretien d’embauche ?

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 19 Emploi
Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Embauche : Parti fâché (e), comment l’expliquer en entretien


Comment expliquer en entretien d’embauche une relation difficile

Séparation ruptureLa séparation d’avec son précédent employeur, voire d’avec ses précédents employeurs, s’est mal passée.

Que ce soit votre faute ou celle de votre responsable, lors d’un entretien d’embauche pour le prochain poste, mieux vaut éviter le sujet.

Seulement voilà, il y a des recruteurs, notamment les employeurs qui veulent savoir comment ça s’est passé au sein de votre dernière entreprise.

Son intérêt est de savoir comment vous étiez intégré, si tout s’est bien passé avec vos anciens collègues et avec votre ancien chef.

Son objectif est de se rendre compte de votre capacité à intégrer sa propre organisation et d’avoir une idée sur votre caractère.

Il est évident qu’il sait très bien que votre ancien employeur et vous pouvez avoir eu des différends.

Le motif de votre séparation est donc important.

Si vous avez un caractère de cochon, il hésitera à vous embaucher malgré toutes vos compétences.

Si vous avez fait une erreur ou subit un échec, la reproduiriez-vous ?

De même, si la rupture a votre ancien employeur pour origine, votre futur employeur a besoin de savoir ce qui s’est mal passé pour connaître votre réaction, car les circonstances peuvent l’amener involontairement ou volontairement à reproduire la cause du différend entre vous.

Alors comment expliquer sans dénigrer ?

Le dilemme pour vous est qu’il vous est impossible de parler de votre ancien employeur en mal sans que, par solidarité ou analogie, votre ex-futur employeur prenne vos arguments pour lui.

Il s’imagine que vous pourriez dire du mal aussi de lui ou de son entreprise, comme vous le faites au cours de votre entretien.

Non, impossible !

Maîtrisez-vous !

Restez vague quant aux « vrais » motifs de votre départ.

S’il faut bien reconnaître que votre relation a été difficile, à cause de la possibilité pour le recruteur d’effectuer un contrôle de référence, il est inutile de s’énerver pour cela, au risque de montrer votre incapacité à vous maîtriser.

Passez le plus rapidement possible sur les circonstances et les faits pour évoquer ce que vous avez retenu de cette mauvaise relation.

Parlez-en en mode positif : Il est préférable de dire ce que vous souhaitez trouver comme ambiance avec les collègues ou comme relation de confiance et de respect mutuel avec votre futur chef.

Évitez aussi de mécontenter le recruteur en lui annonçant que vous refusez de lui répondre sur ce point, ce serait mettre votre candidature en échec.
Vous y perdriez sa confiance et … le poste.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le Pourquoi de certaines questions en entretien d’embauche
Quand répondre à une question provoque des regrets
Points faibles à citer en entretien 3/6 : Un défaut, et alors ?

Recrutement : Contrôle de référence, mode d’emploi
Période d’essai interrompue : En tirer les leçons
Entrevue d’embauche : Parlez-moi d’une de vos erreurs

Autres Emploi :

Récapitulatif 19 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

CV : Quoi mettre dans les « Centres d’intérêt »


Les thèmes à mettre dans la rubrique « Centres d’intérêt » du CV

maquette d'une cathédrale

30 ans et quelques allumettes

On l’appelle aussi Loisirs ou Hobbies, ou encore Divers. En fait, c’est une sorte de rubrique fourre-tout que l’on trouve en fin du CV.

Son utilité semble douteuse à tel point que beaucoup préfèrent l’omettre parce qu’ils ne savent pas y mettre, ni à quoi elle sert.

Et pourtant, elle a toute son importance.

Qu’est-ce qu’on y trouve ?

A priori, on peut y mettre n’importe quoi. En réalité, c’est faux.

Plusieurs possibilités existent :

  • Sport
  • Loisirs
  • Culture
  • Social

Sport

Le sport est un des éléments les plus utilisés dans cette rubrique.

On y trouve un simple intérêt pour un sport que l’on suit à la télévision ou la pratique d’un ou de plusieurs sports en tant qu’amateur, en dehors ou à l’intérieur d’un club sportif.

La notion de sport est vaste puisqu’on y trouve les échecs, la course automobile en plus du football ou du jogging, par exemple.


Loisirs

Les loisirs sont l’un des thèmes les plus ouverts, puisqu’il reflète à la fois ce qu’on fait en dehors de son travail. Ça va de se reposer en regardant la télévision jusqu’à la collection de timbres en passant par les balades en famille ou la pratique de jeux vidéo.

On y trouve aussi les voyages, en France et à l’Étranger.

C’est le thème le plus ouvert de tous.


Culture

Avoir une activité culturelle ou artistique, pratiquer la musique ou le théâtre, ou simplement s’intéresser à la lecture de magazines scientifiques ou autre, est un thème très ouvert et proche des loisirs. Souvent, il y a confusion entre les deux, et comme la rubrique Centres d’intérêt est une rubrique composite, c’est très bien comme ça.


Social

Faire partie d’un club non sportif est un thème moins fréquent dans cette rubrique. Le bénévolat ou la prise de responsabilité au sein d’une association, même non culturelle est une manière d’occuper son temps libre. C’est une sorte de loisir particulier.


Autres thèmes

Dans la rubrique Centres d’intérêt ou Divers, on trouve aussi des informations qui concernent :

  • des compétences linguistiques, si l’on n’ pas utilisé précédemment une rubrique « langues » ou « Formations et langues »
  • les zones géographiques de la recherche d’emploi, si elles sont absentes de l’entête du CV
  • la liste des permis de conduire et autres permis, engins de chantier, bateau, hélicoptère, avion, etc.
  • les dates de disponibilité ou indisponibilité
  • des prix ou/et des participations à des concours
  • des titres de publications dont le candidat est l’auteur ou co-auteur
  • des faits marquants comme des interviews données à des journalistes ou la participation à des évènements
  • etc.

La réponse à la question À quoi sert la rubrique « Centre d’intérêt » ? dans l’article suivant.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Valeurs et motivations : Le portrait chinois
Des mots pour se définir
Emploi : Se renseigner sur l’entreprise qui recrute

A qui appartient le zèbre et qui boit de l’eau
Points faibles en entretien d’embauche : Pourquoi et comment ?
Harmonisation des objectifs professionnels et privés

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Récapitulatif 15 Emploi


Récapitulatif 15 Emploi

Boosteremploi

Depuis le dernier récapitulatif, début juillet 2015, j’ai écrit 77 nouveaux articles, toutes catégories confondues. Le rythme d’écriture reste autour de 3 articles par semaine.

Si vous souhaitez me faire part de sujets à traiter, que vous désirez voir développer, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Tous les liens sont regroupés dans la page : Emploi

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


Les articles :

bilan
Valeurs et motivations : Le portrait chinois

cv
CV : Le chasseur de têtes
CV : 5 critères éliminatoires
CV : Expériences, réalisations, résultats, compétences
CV : 5 conseils pour travailler en Suisse

emploi
Emploi : La mobilité, 2 définitions

entretien
Entretien d’embauche : Que faites-vous de vos mains ?

intégration
Période d’essai : quand le nouveau collaborateur est déçu

junior
Débutant : 6 conseils pour réussir son entrée sur le marché du travail

lettre de candidature
Lettre de motivation : 8 conseils pour réussir
Emploi : Trop mobile ? Expliquez !

points forts – points faibles
Emploi : Exprimez vos talents

post-entretien
Entretien d’embauche : Pourquoi remercier

question
Entretien de recrutement : Décrire une tribu et oser y aller

recruteur
Les étapes du recrutement côté entrepreneur
Recrutement : Ne confondez pas Speed recruiting ou Speed recrutement avec Recrutement rapide
Recrutement : Les sources de stress du recruteur

Recrutement : Diminuer le stress du recruteur
Fiche de poste : Que doit-elle contenir ?
Emploi : Autopsie du discours d’un candidat malheureux

Recrutement : Informer les candidats malheureux 1/5
Recrutement : Informer les candidats malheureux 2/5
Recrutement : Informer les candidats malheureux 3/5

Recrutement : Informer les candidats malheureux 4/5
Recrutement : Informer les candidats malheureux 5/5
Refuser un candidat : 10 réponses motivées et légales

En complément :

CDD : Délais de carence, période d’essai, préavis
Management : Comment évaluer l’intégration d’un nouveau salarié
Intégration : La grille d’évaluation
Management : L’entretien d’intégration

Autres Emploi :

Récapitulatifs Emploi :

 1    3    4    5    6    7    8    9    10    11    12    14 

Tous les billets de cette catégorie sont listés dans la page Emploi

Sans oublier les sondages

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Candidature : Gare aux détails qui font mal


Réussir ou échouer : une question de détails

le détail qui tue

Aïe Une tache juste avant l’entretien

Réussir son CV, sa lettre de candidature, son entretien d’embauche, son intégration dans le nouveau poste, dépend souvent d’un rien. Des détails peuvent vous apportez du succès et aussi des échecs.

Quand plusieurs candidats ont un profil équivalent, les détails deviennent les clés de votre différence par rapport aux autres candidats.

Éléments discriminatoires visibles

La dernière tendance est le CV anonyme. Soi-disant anonyme pour donner plus de chances aux minorités visibles.

Mais alors il faut aussi interdire de mettre une photo, de mettre son nom, de signaler un handicap ou son adresse, si vous habitez dans un quartier qui vous désavantage, ou encore votre âge, pour les juniors ou les seniors.

Éliminez autant que possible, tous les éléments discriminatoires ou pénalisants dans votre CV, lettre ou entretien.

Points faibles

Jusqu’à ce que le recruteur vous pose la fameuse question des points faibles, inutile de se dévaloriser.

Laissez donc l’autre évoquer la question en premier.

Les fautes de français

Les recruteurs sont très sensibles à toutes les fautes de français. Déjà, trois fautes dans les écrits, CV, lettre ou mail de candidature, risquent de provoquer un rejet de votre candidature.

En entretien d’embauche, si vous êtes incapable de vous exprimer correctement, avec une syntaxe correcte, à défaut de connaître suffisamment de vocabulaire, alors vos chances se réduisent beaucoup.

Être joignable

À l’heure de la communication immédiate, la présence d’un téléphone mobile est devenue indispensable.

Le recruteur doit être à même de vous joindre immédiatement ou très rapidement. Faute de pouvoir vous joindre, il passera au prochain candidat.

L’adresse mail est tout aussi indispensable. Vous devez pouvoir envoyer et recevoir des messages écrits et des pièces jointes.

Regardez votre messagerie électronique, écoutez votre répondeur, au moins trois fois par jour, pour vous assurer de pouvoir rappeler le recruteur dans la journée, de préférence au lendemain.

Numéro de téléphone et adresse mail doivent être exacts.

Rien de pire qu’une faute de frappe pour que le recruteur ne puisse vous joindre, et alors… adieu le poste.

La ponctualité

Même s’il est toujours possible d’appeler au dernier moment pour prévenir du retard à votre entretien d’embauche, mieux vaut l’éviter. Préparez donc bien la durée de votre trajet, en prévoyant des incidents possibles.

Par contre, si vous arrivez en avance, attendez l’heure avant de vous montrer sur le lieu de votre rendez-vous.

Les gens en avance irritent tout autant que ceux qui sont en retard.

Refuser de répondre

En dehors des questions interdites en entretien d’embauche et que certains recruteurs se permettent quand même de poser, répondez à toutes les questions de votre interlocuteur.

Prenez le temps de réfléchir sans hésiter trop souvent. Votre agilité mentale, votre sens de la répartie, votre humour seront mieux appréciés si le contenu de votre réponse est en rapport direct avec la question posée.

Soyez honnête, tournez vos phrases dans un sens toujours positif et minimisez tous propos qui pourraient être mal interprétés.

Une bonne impression

Quelle que soit l’ampleur de vos compétences professionnelles, l’immensité de votre savoir ou de votre savoir-faire, si vous laissez une mauvaise impression au recruteur, vous risquez de vous faire éliminer.

A priori, les candidats qui parviennent à décrocher un rendez-vous ont les compétences nécessaires pour assumer le poste.

C’est donc l’attitude, la volonté, la force de conviction, et d’autres traits de caractère qui feront que vous obtiendrez le poste.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Liste d’exemples de points forts et de points faibles
Entretien téléphonique non planifié
Ayez l’air d’être la personne indispensable en entretien d’embauche

Comment rater son entretien d’embauche
Entretien d’embauche : 4 conseils pour inspirer confiance aux recruteurs
Échanger durant l’entretien d’embauche

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le chargé de recrutement veut vous imposer


Une impression désagréable à l’issue de l’entrevue de recrutement

mal au ventreVotre entretien d’embauche vient de se terminer. Cela s’est bien passé puisque le chargé de recrutement vous a annoncé qu’il allait présenter votre candidature à son entreprise cliente, s’il fait partie d’un cabinet externe, ou à d’autres personnes de la société, s’il en fait partie lui-même.

Pourtant, vous avez, vous, l’impression d’un décalage avec ce que vous pensez de votre discours durant l’interview de recrutement et le discours du recruteur.

Vous avez des doutes

Vous êtes, certes, content (e), de la suite que le chargé de recrutement vous a annoncé, puisque le processus se poursuit.
Et pourtant, vous vous sentez mal à l’aise.

  • Vous avez des doutes sur votre capacité à tenir le poste
  • Le poste est différent de ce à quoi vous vous attendiez
  • L’entreprise vous paraît moins attractive qu’au début de votre candidature
  • Les conditions de rémunération, de progression, de formation, de trajet, etc. contiennent des contraintes que vous avez découvertes durant l’entretien seulement
  • Vous ne savez pas dire d’où vient cette sensation désagréable

Alors vous vous demandez :

« Pourquoi veut-il imposer ma candidature ? »

Il existe de multiples raisons pour lesquelles un recruteur cherche à poursuivre le processus de recrutement avec vous.

Vis-à-vis de vous

Votre interviewer peut avoir déceler des possibilités que vous n’avez pas vu vous-même. Vous vous êtes sous-estimé ou vous disposez de qualités qui pourraient servir à l’entreprise à un autre poste, par exemple à la place d’une personne qui va bientôt quitter l’entreprise, volontairement ou non.

Vous considérez certains points comme des points faibles alors qu’il s’agit de points forts pour l’entreprise. Tout est relatif. Vous avez mal cerné le poste.

Le recruteur peut avoir considéré que certains de vos critères sont mineurs alors qu’ils sont importants pour vous. Par exemple, le besoin d’un déménagement.

Vis-à-vis de l’entreprise en interne

Lorsque le chargé de recrutement appartient à l’entreprise qui embauche, il se doit de montrer sa capacité à trouver des candidats qui pourraient « faire l’affaire ».

Il sait que l’oiseau rare est difficile ou impossible à trouver alors il présentera à sa hiérarchie des candidats « moyens » et qui conviendraient, malgré certaines faiblesses.

Il justifie ainsi son poste et ses propres compétences de recruteur.

Vis-à-vis de l’entreprise cliente

C’est tout l’intérêt du cabinet d’imposer un de ses candidats car c’est sa source de revenus. Sa crédibilité est en jeu, comme un chargé de recrutement interne, sauf qu’il peut multiplier le nombre de contrats pour les futurs postes à pouvoir.

Certains cabinets,même, acceptent le deal avec leur client et ne sont payés que si le client embauche un des candidats présentés, voire même à la fin de la période d’essai.

Dans tous les cas,

Les encouragements du recruteur servent uniquement à convaincre le (la) candidat (e) qu’il (elle) a une chance d’être choisi (e).

De plus, il repasse à d’autres la décision finale, en « refilant le dossier » aux vrais décideurs.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Recruteur : La présélection des candidats
Entretien d’embauche : La prise de notes par le recruteur
Connaître ses limites face à un recruteur en entretien d’embauche

Mon aide directe : Votre participation

Faute du recruteur : 3/7 Avoir la certitude que 5 ou 6 « OK » = « extra ordinaire »
Seniors Vos points forts auprès des recruteurs
A savoir sur le recruteur et le CV

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : Les lumières


5/7 La lumière intérieure et extérieure

La lumière naturelle

limière au plafond
Un élément dont le recruteur doit tenir compte, autant que le candidat, lors d’un entretien de recrutement, est la lumière.

Selon que la météo donne un soleil d’été radieux ou une pluie tenace dans un ciel très sombre, le moral du recruteur autant que celui du candidat, sera affecté.

Sommaire :

1 La passion et l’enthousiasme
2 La richesse de la personnalité
3 La curiosité de bon aloi

4 Tout est dans le détail
5 La lumière intérieure et extérieure

6 Audace, ambition ou provocation

7 Les bonnes questions

Nous avons, tous, tendance à nous sentir mieux lorsque l’éclairage naturel est lumineux et à nous sentir plus renfermés quand le ciel est noir.

La lumière artificielle

C’est pourquoi, le recruteur doit pouvoir apporter de la lumière artificielle dans le bureau où a lieu l’interview. Pour un meilleur échange, l’éclairage devra être équitable entre les deux parties. Un entretien d’embauche n’est pas un interrogatoire de police où le « suspect » a la lumière dans les yeux alors que les policiers sont dans la pénombre.

Cette question de l’éclairage naturel ou artificiel est généralement réglée par une lampe au plafond directe ou indirecte.

La lumière venant de l’intérieur

Le plus important se situe dans l’échange de regard et la luminosité du visage des deux interlocuteurs.

L’objectif du recruteur est de mettre le candidat dans les meilleures conditions pour pouvoir l’observer, le voir, l’entendre et se forger une opinion sur sa candidature et ses chances de réussite dans le poste à pourvoir. Les conditions matérielles réunies, le chargé de recrutement pourra se concentrer sur le candidat. Il pourra ainsi voir si ce dernier est renfrogné ou si son visage s’éclaire d’intérêt ou de convoitise pour le poste et l’entreprise.

Les émotions sur le visage

Le recruteur pourra aussi distinguer les différentes expressions faciales du candidat. Les émotions sont transmises par les expressions du visage, entre autres. Seuls les joueurs de poker professionnels sont à même de garder une expression neutre d’un bout à l’autre d’un entretien. Il est rare qu’un joueur professionnel soit recruté.

Le travail du recruteur sera facilité par une combinaison de questions – réponses et d’observations muettes. S’il fait lui-même transparaître certaines émotions sur son visage, il mettra en confiance plus rapidement le candidat en face de lui. Son objectif est de mettre le candidat le plus à l’aise possible afin d’abattre les barrières qui l’empêcheraient de découvrir la personnalité du candidat.

L’effet miroir

L’instinct d’imitation fera en sorte qu’à chaque sourire du recruteur, le candidat répondra par un sourire. Un visage fermé du chargé de recrutement créera une réponse avec une expression fermée d’inquiétude de son interlocuteur.

Le changement dans les expressions faciales du recruteur provoque ainsi des changements dans celles de son vis-à-vis. Ils lui serviront à déterminer celles qui sont les plus fréquentes chez l’autre. Selon le besoin dans les relations interpersonnelles pour tenir le poste à pouvoir, le choix du recruteur se fera aussi en fonction des expressions corporelles du candidat.

Philippe Garin

Pour éclairer votre recrutement, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Faute du recruteur : 5. Suivre scrupuleusement un script pré défini
Entretien d’embauche : 4 conseils pour inspirer confiance aux recruteurs
Communiquer correctement pendant un entretien d’embauche

Entretien d’embauche : importance du lieu
Faut-il avoir peur des tests de personnalité informatisés ?
Réorientation, reconversion : Faites ce que vous aimez ?

Autres emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

 

Recrutement : La richesse de la personnalité


2/7 La richesse de la personnalité

Analyse du caractère

les 4 couleurs de la personnalité

Parmi les défauts des candidats en entretien d’embauche, existe celui qui consiste à trop maîtriser ses émotions. Or, c’est par nos émotions que s’exprime notre personnalité.

Le choix des mots et les expressions de comportement sont aussi des éléments pris en compte dans l’analyse du recruteur.

Sommaire :

1 La passion et l’enthousiasme
2 La richesse de la personnalité

3 La curiosité de bon aloi

4 Tout est dans le détail

5 La lumière intérieure et extérieure
6 Audace, ambition ou provocation
7 Les bonnes questions

Les tests de personnalité

Il peut les compléter, selon qu’il soit peu sûr de lui ou parce que c’est la routine dans son travail, par un ou plusieurs tests de personnalité. Ces tests ont pour objet de lui apporter des indications qu’il devra, impérativement, exploité et compléter durant l’entrevue avec le candidat.

En effet, les tests sont souvent chronométrés pour empêcher le candidat de trop réfléchir afin d’obtenir des réponses les plus spontanées possible. Toutefois, il existe des candidats qui stressent ou paniquent; de même, que des candidats qui se sont tellement préparés à passer des tests qu’ils connaissent par cœur ce qu’ils doivent répondre pour obtenir un résultat à leur convenance.

L’interview indispensable

Par ailleurs, il existe des candidats qui s’expriment plus facilement par écrit que par l’oral et l’inverse. Le recruteur doit analyser le poste avant de se mettre à étudier les candidatures. Qu’il soit dans l’entreprise où le poste est ouvert ou qu’il soit dans un cabinet spécialisé, le chargé de recruteur doit déterminer les qualités humaines nécessaires pour assumer le travail du poste à pourvoir.

Tant que cette phase d’analyse est inachevée, ou, pire, s’il a reçu des informations parcellaires sur la personnalité attendue par l’employeur, alors il prend le risque de proposer un choix de candidats inapproprié pour l’entreprise.

Lors de l’entretien d’embauche, l’interview portera autant sur les traits de caractère du candidat que sur ses compétences. Son travail est facilité lorsque le candidat a pris la précaution d’indiquer quelques-unes de ses qualités ou points forts de savoir-être dans son CV ou/et sa lettre de motivation.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Faute du recruteur : 2. Élargir le champ des possibilités
Raconter son CV en entrevue de recrutement
Cerveau droit ou cerveau gauche : trouver vos points faibles et vos points forts

Points faibles entretien d’embauche ou Liste 1 des points forts et points faibles
Point faible, Axe de progrès, Faiblesse, Entretien d’embauche
Point fort, Atout, Force, Talent, Entretien d’embauche

Autres emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recherche d’emploi : Pourquoi le poste vous a échappé


Les raisons du refus

le savon s'échappeL’entreprise, directement ou par l’intermédiaire du cabinet chargé du recrutement, vous a reçu. Vous pensiez avoir réussi l’entretien et pourtant le poste vous a échappé, il a été attribué à un autre candidat.

La raison « cachée »

Lorsqu’un patron à une idée dans la tête et qu’il est face à deux bons candidats, il va privilégier la raison « cachée » pour faire son choix.

Quand tous les critères importants, ceux donnés dans l’offre d’emploi sont présents chez les deux finalistes, l’employeur se trouve confronté à un choix. Qu’il soit lui-même le recruteur ou qu’il soit passé par un cabinet de recrutement est indifférent : deux candidats idéaux ont postulé, ont été reçu en entretien et ont convaincu, mais il n’y a qu’un seul poste à pourvoir.

La raison « cachée » consiste à utiliser d’autres critères de choix, plus ou moins avouables. Par exemple, parce que vous êtes une femme et que l’employeur souhaitait un homme ou l’inverse, parce que vous êtes débutant (e) ou senior, parce que vous avez envie de progresser ou vous manquez d’ambition, ou simplement parce que votre apparence physique déçoit. Il existe beaucoup de choix basés sur des motifs irrecevables ou même interdits par la loi.

C’est la raison pour laquelle le recruteur, de l’entreprise ou du cabinet, ne peut pas donner la raison pour laquelle le choix s’est porté sur l’autre candidat. Il est, en effet, interdit de passer une annonce pour un homme ou pour une femme. Le choix selon le sexe de la personne est puni par la loi, comme pour son orientation sexuelle, son appartenance ethnique, le lieu de son habitation, sa religion, etc.

Sélectionné (e) pour « faire-valoir » ?

Ce qui est ennuyeux, c’est que la sélection, ou short-list, aurait pu (aurait dû) se faire avec uniquement des personnes qui correspondent à ces critères « cachés ». Cela aurait évité de mettre cet argument en avant, à moins que la présence de candidats « inappropriés » permet au recruteur de mettre en avant le candidat de son choix car il correspond mieux à ces critères.

C’est comme dans les radio-crochets où l’on accepte certains candidats qui chantent mal en sachant qu’ils seront éliminés pour l’audience et non pour la victoire. Les pauvres sélectionnés s’imaginent avoir leur chance alors que les dés sont pipés dès le départ.

« Cachés » et presque « avouables » ?

Dans d’autres cas, les critères sont avouables tout en restant indisponibles aux candidats car douteux.

Par exemple, le choix peut s’être porté sur l’autre candidat pour son manque d’ambition. En d’autres termes, il va rester longtemps à ce poste convoité sans demander à évoluer ou à partir si cette évolution tarde à venir. C’est le cas de jeunes candidats, surtout après une première expérience réussie, face à un senior dont la seule ambition est de rester dans le poste durant les quelques années qu’il lui reste avant la retraite.

Flous, pas cachés

La création du poste est un critère avouable. Sans être véritablement un critère de choix, le poste est nouveau dans d’entreprise. Les critères de sélections sont flous au lieu d’être cachés.

Une création de poste où certains des critères restent à définir, est un vrai challenge, tant pour l’employeur que pour le futur titulaire du poste.

De même, succéder à une personne qui a longtemps occupé le poste, est une gageure puisqu’il s’agit de trouver ou non un « clone » ou accepter les différences d’avec le prédécesseur. C’est alors les discours des candidats qui vont apporter au recruteur, qui peut être l’employeur, des nouveaux critères auxquels il n’avait pas pensé jusque là.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Embauche : Création de poste ou remplacement
Recherche d’emploi : Pourquoi la réponse est aussi longue
Les raisons de l’échec à l’embauche

Mon aide directe : Votre participation

Poste de travail vacant : Les causes
Le veinard et le malchanceux
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Motifs de départ : papillon ou pas de bol


La question des motifs de vos départs

Retrouver des collèguesQuand dans votre CV, le nombre d’entreprises pour lesquelles vous avez travaillé dépasse le nombre, dit « raisonnable » d’une entreprise tous les 5 à 7 ans de carrière, alors le recruteur commence à se poser des questions sur vos motivations et votre capacité à conserver un emploi.

Vous ne couperez alors pas à la question des motifs de départ des différentes entreprises.

Papillon ?

Le recruteur vous mettra dans la catégorie « papillon » si c’est vous qui avez quitté des entreprises par démission.

Une démission est volontaire. Que ce soit parce que l’herbe était plus verte ailleurs, pour des raisons de proximité, de conditions de travail ou de salaire, ou que ce soit pour changer de métier ou d’orientation professionnelle, c’est vous qui avez décidé.

Il faut donc assumer et expliquer pourquoi vous avez quitté chacun des postes.

Un conseil : ayez de solides arguments pour convaincre le recruteur que vous avez décidé de poser vos valises et de rester dans l’entreprise qui propose le poste à pourvoir.

Il vous déclarera aussi « papillon » si vous changez d’emploi trop rapidement, c’est-à-dire si vous restez dans un emploi moins de 3 ans.

Un conseil : Dans la mesure du possible, tenez bon durant au moins deux ans, trois seraient encore mieux.

Pas de bol ?

Un licenciement économique, une entreprise qui ferme, un patron qui disparaît après une maladie ou un accident, sont des motifs de départ d’un poste qui vous tenait à cœur, ou pas.

Peu importante, la malchance vous poursuit. Vous faites, peut-être, partie de ces gens que les assureurs repèrent bien vite, car, bien que jamais responsables d’accident, ils accumulent les indemnisations.

Là encore, la malchance est un motif irrationnel qui peut faire peur à un recruteur ou à un futur employeur.

Un conseil : vérifier la bonne santé économique de l’entreprise en consultant le greffe du tribunal de commerce où elle dépose ses bilans, si tant est qu’elle respecte la loi en le faisant.

Se préparer est indispensable

Quelles que soient les raisons qui font que vous avez quitté vos emplois précédents, il est nécessaire de procéder à un recensement de ces motifs, de façon à pouvoir les exposer à un recruteur, s’il en fait la demande.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Courriels échangés entre collègues : Attention au licenciement
Licenciement économique : Le CSP est obligatoire, Contrat de Sécurisation Professionnelle
Faute grave : Définition juridique

Licencié pour avoir cherché à effacer ses connexions sur des sites porno
Bilan de compétences : Six raisons pour en établir un
Démission : Les cas où des indemnités chômage sont versées

Autres Emploi :

Récapitulatif 10 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Dites du mal de votre ancien chef ou de vos anciennes entreprises


Pour rater son entretien d’embauche, dites du mal

Dire du mal de son ancien patron
de votre ancien chef ou de vos anciennes entreprises

Dès que vous commencez à dire du mal, que ce soit fondé ou non, sur vos relations avec vos anciens collègues, responsables hiérarchiques ou subordonnés, vous montrez un esprit de dénigrement.

Le recruteur ou futur employeur va, immédiatement, se dire

  • que vous allez dire du mal de lui à la moindre contrariété ou sensation de mal-être,
  • que vous ne savez pas vous maîtrisez
  • que votre ancien employeur a bien fait de vous faire partir
  • que vous ne serez pas capable de vous intégrer dans son entreprise

De plus, si vous excitez trop la curiosité du recruteur, il peut se mettre en contact avec l’entreprise concernée afin d’avoir son point de vue sur vous.

Son opinion est sûrement différente de la vôtre. Le recruteur aura plus tendance à croire que ce dira votre ancien employeur que vous-même.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment rater son entretien d’embauche

Soyez irrespectueux envers le recruteur
Ayez l’air d’être la personne indispensable
Critiqué(e) en public : Comment réagir

Management participatif : Les critiques
Principes de la planification
Analyse préalable de l’activité de décision

Autres Emploi, Management et Organisation :

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Management
Récapitulatif 10 Organisation

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : Entre déception et espoir


Fin de l’entretien d’embauche et vous hésitez entre déception et espoir

Entre espoir et déceptionVotre entretien vient de se terminer et vous avez un goût amer dans la bouche.

Le recruteur ne vous l’a pas dit expressément mais vous avez un ressenti négatif, ou neutre, de votre entretien.

Un rapide bilan à chaud vous fait pencher tantôt vers la déception, tantôt vers l’espoir.

Vous craignez avoir laissé une mauvaise impression, sans en être vraiment sûr (e).

Vos 2 atouts

Le bilan à froid

Le soir même ou le lendemain,

  • Reprenez vos notes
  • Remémorez-vous les questions entendues et les réponses que vous avez données
  • Rappelez-vous les informations que vous avez obtenues
  • Rédiger un compte-rendu synthétique, un résumé, de ce que vous avez compris du poste
  • Ajoutez comment vous envisagez d’occuper le poste ou votre prise de fonction

Remercier l’interviewer

Le lendemain ou le surlendemain,

  • Envoyez un courriel à la personne qui vous a reçue,
  • Remerciez-la du temps qu’elle a pris à vous recevoir,
  • Transmettez-lui votre compte-rendu, dans le texte lui-même et non en pièce jointe. Comme c’est une synthèse, le nombre de lignes est limité à l’essentiel

La réaction du recruteur

Le recruteur peut zapper votre message ou ne pas s’y intéresser tout de suite. C’est alors un coup d’épée dans l’eau. Tant pis !

Il peut aussi le lire et y trouver des informations intéressantes, en particulier votre capacité à rédiger un compte-rendu et à ne pas parler que de l’essentiel, en plus de votre point de vue sur le poste. Tant mieux !

S’il hésite entre deux candidats, ce bilan à froid peut provoquer le choix en votre faveur

Philippe Garin

Pour booster votre recherche d’emploi, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Entrevue de recrutement : Faute avouée à demi pardonnée
La voix pour bien communiquer en entretien d’embauche et ailleurs
APRES l’entretien d’embauche

Après l’entretien d’embauche à chaud puis à froid
Entretien d’embauche en France vs entrevue d’embauche au Canada
Chômage, argent et restrictions

Autres Emploi :

Récapitulatif 4 Emploi
Récapitulatif 10 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Comment interpréter la phrase :  » Qu’est-ce que tu bois ? « 


La langue française se distingue par une particularité

que peu d’autres langues possèdent aussi.

Qu’est-ce que tu bois ?Pour lire et comprendre le français écrit, il faut comprendre le contexte de la phrase.

Sortir une phrase de son contexte est habituel pour les journalistes. Ils savent le faire très bien lors des interviews des personnes politiques ou des artistes, de façon à lui donner le sens qu’ils souhaitent.

C’est aussi une grande difficulté pour les comprendre.

Cela est aussi une explication de l’humour français qui utilise beaucoup les jeux de mots, qui portent d’ailleurs plusieurs noms : de la contrepèterie à des doubles ou triples explications d’un mot.

Dans la vie courante ou dans les livres, sans le contexte, il est impossible, parfois de comprendre le sens d’une phrase aussi simple que celle-ci :

« Qu’est-ce que tu bois ? »

Voici 3 explications :

  1. « Qu’est-ce tu bois ? » est une interrogation de curiosité. Je voudrais savoir ce qu’il y a dans ton verre.
     
  2. « Qu’est-ce tu bois ? » est une invitation à boire. Je te demande ce que je vais te verser à boire ou ce que je vais te commander à boire.
     
  3. « Qu’est-ce tu bois ? » est un reproche. Je trouve que tu es un véritable alcoolique, que la quantité déjà bue est trop importante

Dans un écrit, article, livre, etc., il est impératif de connaître le contexte et d’ajouter un mot ou une phrase pour donner le sens que l’auteur a choisi de transmettre à ses lecteurs.

Si vous trouvez d’autres explications à cette phrase, sans redondance, alors partagez-les avec nous sur ce blog.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
L’allemand est presque devenue la langue officielle des États-Unis ou la légende de Mühlenberg
0,2 g/L = zéro verre d’alcool

Pausez vous ! Faute de français ou évolution de la langue ?
Les atouts du langage
Convaincre par les mots

Autres Communication :

Récapitulatif 6 Communication
Récapitulatif 8 Communication

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Parler anglais dans un entretien d’embauche : How goude is ior english ?


L’annonce indique que vous devez maîtriser l’anglais

Allez-vous y répondre ou allez vous vous abstenir ?

livres anglaisBien sûr, votre anglais est plus scolaire ou la dernière fois que vous avez eu à parler l’anglais, c’était… il y a longtemps et vous ne vous sentez pas à l’aise.

Ou encore, vous pensez vous débrouillez plutôt bien, sans avoir eu, jusqu’ici à l’utiliser comme langue de travail.

Que se cache-t-il derrière cette mention de maîtrise de la langue de Shakespeare ?

anglais_ou_américain

C’est peut-être :

1. a langue de travail au quotidien

Tous les échanges avec les collègues, les clients, les fournisseurs, etc. sont en anglais. => Vous devez maîtriser l’anglais très bien, voire être bilingue.

L’accent n’a aucune importance.

Par contre, vous devez comprendre et vous faire comprendre, autant à l’écrit qu’à l’oral.
Et là, il faut distinguer l’anglais européen de l’anglais américain.

2. La langue utilisée dans des échanges uniquement avec l’extérieur

de l’entreprise ou de l’établissement où vous iriez travailler. Quotidiennement ou occasionnellement.

Selon le cas, vous devez en savoir suffisamment pour vous faire comprendre, par oral et par écrit.

Vos fautes seront pardonnées, jusqu’à un certain point.

Mieux vaut chercher à vous perfectionner, en dehors du travail ou par des formations organisées par l’entreprise.

3. Nécessaire pour des documents techniques écris en anglais

Beaucoup de métiers impliquent de comprendre des manuels, des modes d’emploi, en anglais.

Comprendre n’implique pas de devoir en rédiger ou de parler l’anglais.

Vos difficultés à comprendre l’anglais doivent se limiter alors à saisir le contexte, les phrases, sans avoir automatiquement besoin de comprendre tous les mots.

En cas d’hésitation, un bon dictionnaire suffit pour les mots courants.

Par contre, les mots du langage professionnel doivent vous être familiers.

4. Une obligation purement formelle

Bien des entreprises peuvent avoir besoin, de temps en temps, de quelqu’un qui maîtrise l’anglais.

Pour des raisons de facilité ou de tradition, elles demandent à ce que tous ses employés aient une certaine connaissance de la langue.

Vous pouvez passer toute votre carrière dans de telles entreprises, sans avoir besoin d’utiliser l’anglais ou alors rarement.

Conclusion

Pour savoir si cela vaut la peine de répondre à l’annonce qui réclame la maîtrise de l’anglais, renseignez-vous sur l’usage qu’il en est fait dans l’entreprise et principalement dans le poste que vous allez occuper.

Pour cela, allez sur le site Web de l’entreprise, regardez son marché à l’international, trouvez des articles sur Internet qui parlent de l’entreprise, prenez contact avec des employé(e)s de l’entreprise et posez-leur la question.

En fonction des réponses, décidez alors de poser votre candidature ou non

Sachez aussi que 15% des recruteurs, seulement, évitent de parler l’anglais durant un premier entretien d’embauche.
Sa propre maîtrise de l’anglais en est souvent la cause.

La maîtrise de l’anglais, en particulier, ou d’une autre langue, fait partie des critères de sélection éliminatoires des candidats.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Langues : Le référentiel européen commun
Emploi : apprenez l’allemand ou le néerlandais plutôt que l’espagnol
Quitter la France pour trouver un emploi ?

Main chaude = Succès à l’entretien d’embauche, Recrutement assuré ?
Le Service Volontariat Européen (SVE) pour partir en Europe
VIE ou Volontariat International en Entreprises : Une autre façon de travailler à l’Étranger

Autres Emploi :

Récapitulatif 9 Emploi
Récapitulatif 9 Voyage

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi et la page Voyage de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Humour en entretien d’embauche : A manier avec précaution


Un peu d’humour pour adoucir une entrevue d’embauche

j'en peux plusPourquoi pas ? Le stress généré par un entretien de recrutement est toujours présent. Certains parviennent à le maîtriser par de l’humour. Encore faut-il l’utiliser à bon escient !

Quels types d’humour peut-on s’autoriser en entretien d’embauche ?

Tout en douceur, l’humour gentil, le trait d’esprit, le jeu de mots, une répartie placée au bon moment, à l’occasion d’une réponse à donner au recruteur.

C’est un moyen de détourner le sens d’une question embarrassante, ou l’explication trop compliquée d’une situation. A condition de ne pas en abuser. Et toujours avec le sourire, sans rire soi-même, sans si votre interlocuteur rit et rit le premier.

La tension baisse et la réponse attendue peut alors être donnée. Elle passe mieux.

Ce qu’il faut impérativement éviter ?

Oublier à qui l’on parle. Le recruteur n’est pas un copain à qui on va raconter la dernière blague à la mode, ou pire, une anecdote à l’humour gras et douteux, vulgaire, accompagné d’une gestuelle graveleuse.

La moquerie ou l’humour « contre » est aussi à exclure, quel que soit le sujet « contre » : contre les hommes, contre les femmes, contre les homosexuels, contre une minorité ethnique ou religieuse, etc.

Il faut rester correct d’un bout à l’autre de l’interview. Vous êtes devant la personne qui vous jauge et prend la décision de vous faire franchir un pas de plus vers l’emploi ou d’arrêter là votre démarche pour décrocher ce job.

Humour, oui. Mais quand ?

Certainement pas en commençant son entretien, au risque de se faire passer pour un rigolo qui ne prend pas sa candidature au sérieux.
Les premières secondes sont les plus importantes. Vous faire catégoriser parmi ceux en qui on ne peut avoir confiance équivaut à manquer son entrevue

Il faut attendre d’en savoir plus sur son interlocuteur. Certains recruteurs parlent aussi d’eux-même et c’est plus facile de choisir une histoire drôle parmi ses centres d’intérêt.
D’autres sont impénétrables, aimables comme une porte de prison, alors basez votre humour sur vos expériences passées et retracez l’évènement avec de « bons mots ». Le mieux est encore de rester sérieux en permanence.

Un peu d’humour ! Pas trop d’humour !

Trop, c’est trop ! Si à chaque phrase, vous faites de l’humour, cela devient très vite lassant pour votre interlocuteur.

Vous n’êtes pas en entretien pour présenter un spectacle humoristique (sauf si c’est le poste à pourvoir !). Un recruteur, c’est du sérieux !

Détendre l’atmosphère pour déstresser est important. Vous êtes en entrevue d’embauche et vous devez convaincre que vous êtes le ou la meilleur(e) candidat(e) pour le poste, par vos compétences avant tout.

Philippe Garin

Pour préparer vos entretiens d’embauche, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

25 excuses pour une absence au travail
Entretien d’embauche : 10 bons gestes = 10 bons atouts
Comment s’habiller pour un entretien d’embauche

Cadremploi : Speed recruiting pour décrocher un job en 7 minutes
Emploi : à savoir pour un entretien d’embauche en Suisse
Entretien d’embauche en France vs entrevue d’embauche au Canada

= La page Humour de ce blog =

Autres Bien-être, Humour et Emploi :

Récapitulatif 8 Bien-être
Récapitulatif 9 Bien-être
Récapitulatif 5 Emploi
Récapitulatif 9 Emploi
Récapitulatif 8 Humour

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et dans la page Bien-être de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter