La Reformulation : Une technique efficace


Tout l’intérêt de reformuler

La reformulation est une technique qui consiste à répéter les propos de votre interlocuteur qui s’assure ainsi d’avoir bien transmis son message.

C’est une sorte de feedback, du point de vue de celui qui reçoit le message verbal.

C’est une technique douce qui se combine avec l’écoute passive.

technique de reformulation

Le point commun avec l’écoute active est que votre attention est centrée sur la personne qui vous parle.
La différence vient que vous gardez vos opinions et vos idées pour vous, car le seul intérêt de la reformulation est de faire comprendre à l’émetteur du message que son message est parvenu avec un minimum de pertes de l’information.

La personne doit être mise en confiance. Elle doit avoir l’impression de bienveillance et de compréhension sans jugement de la part de celles et ceux qui l’écoute.

La personne qui parle est la plus vulnérable.
La (les) personne (s) qui reformulent est (sont) une (des) personne (s) de confiance.

Comment reformuler

La reformulation consiste à répéter ce qui a été entendu, comme une sorte d’écho, avec la possibilité d’utiliser un autre vocabulaire pour synthétiser, simplifier ou pour montrer sa compréhension.

Les expressions les plus utilisées sont :

  • « Ainsi selon vous … »
  • « Vous voulez dire … »
  • « En d’autres termes … »
  • « À votre avis donc … »
  • « … C’est bien ça ? »
  • « … J’ai bien compris ? »

La reformulation permet aussi à l’émetteur du message de prendre conscience du message qu’il vient de transmettre.

Le dialogue reprend, souvent avec plus de clarté, sans que celui ou celle qui reformule n’ait donné l’impression d’être un (e) inquisiteur (trice), puisque l’interrogatoire est non invasif.

La reformulation permet alors d’éviter l’interprétation et d’aider l’autre à structurer son discours.
Et aussi, à faire ressortir ses sentiments avant de devenir plus objectif (ve).

Pour reformuler correctement, il faut avoir de l’écoute et être bienveillant (e), et aussi avoir, en même temps, du recul et de l’empathie.

Dans la vie privée

Ceux qui utilisent le plus la reformulation sont les personnes à l’écoute des autres.

Fort de ce principe, tout le monde peut utiliser cette technique. Quelques exemples :

  • Un policier ou une assistante sociale face à une femme battue par son compagnon
  • Un parent face à son enfant, dans des moments où ce dernier se sent mal dans sa peau, par exemple à l’adolescence
  • Un (e) ami (e) qui cherche à consoler face à un chagrin d’amour ou autre événement triste.
  • etc.

Dans le monde professionnel aussi

Le manager à l’écoute de ses collaborateurs utilise la reformulation pour s’assurer des propos qui lui sont rapportés.

Cela l’aide à comprendre les circonstances et les actions.
Il peut ainsi plus facilement définir des mesures correctives, donner des instructions plus adaptées, et même recadrer une personne.

En entretien d’embauche, quand le (la) candidat (e) est tellement stressé (e) ou timide, que l’enjeu empêche de s’exprimer, le recruteur reformule pour mettre en confiance tout en s’assurant d’avoir bien compris.

L’absence de jugement permet alors de construire un dialogue de meilleur niveau.

Philippe Garin, plus de 20 de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Les 4 registres de la Communication interpersonnelle
Entendre n’est pas comprendre
Communication : La notion de filtre dans la déperdition d’information

Les sons ou phonèmes français en langage phonétique
CNV Communication Non Violente : Les 4 étapes de l’OSBD
Techniques d’animation : Comment redonner confiance en soi

Autres Communication :

Récapitulatif 20 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

26 conseils tactiques pour votre recherche d’emploi


Check-list de 26 conseils pour votre recherche d’emploi

Après avoir réfléchi en mode stratégie sur votre recherche d’un emploi, il faut passer à la pratique en mettant en oeuvre les conseils de cette check-list, pour obtenir les meilleurs résultats.

Un seul bon résultat suffit, le moment où vous signerez votre prochain contrat de travail.

checklist

CV

  1. Formater votre CV pour être lu par un logiciel de recherche de CV
  2. Envoyer un CV adapté à l’employeur, en faisant ressortir les critères qu’il recherche
  3. Passer votre CV au correcteur d’orthographe et refaites-le lire par un tiers
  4. Intéresser le recruteur par une accroche pertinente dans l’entête de votre CV
  5. Mettre en avant vos compétences et expériences directement transférables dans le poste à pourvoir

Communiquer

  1. En poste, évitez de rechercher votre prochain poste depuis votre bureau
  2. Mettre sur LinkedIn une photo professionnelle en tenue de travail
  3. Envoyer une lettre ou mail de candidature en respectant règles de présentation et de grammaire
  4. Relire vos documents et actualiser tous vos profils en ligne
  5. Se montrer sur les réseaux sociaux pour démontrer votre savoir-faire
  6. Réseauter pour vous faire connaître et prospecter le marché caché de l’emploi
  7. Respecter les codes vestimentaires de votre futur métier
  8. Éviter les achats d’habits rien que pour entrer dans une entreprise

Entretien

  1. Respecter le recruteur, même s’il ou elle vous énerve
  2. Avoir une poignée de main ferme sans excès pour montrer votre confiance
  3. Échanger avec votre interlocuteur plutôt que de raconter votre CV qu’il a déjà parcouru
  4. Expliquer les périodes sans emploi sans honte, tout le monde en a désormais
  5. Laisser la parole à votre interlocuteur sans l’interrompre ni parler trop de vous. 1/3 du temps pour le recruteur, les 2/3 pour vous
  6. Répondre en fonction de ce que vous êtes capable de faire. Il y a ni bonnes ni mauvaises réponses
  7. Quand vous ignorez la réponse, dites-le et ajoutez, selon le cas, que vous apporterez la réponse plus tard
  8. Posez des questions pertinentes sur le poste, l’entreprise, l’équipe autant que sur le travail
  9. Bannir les formules négatives, privilégier les mots et expressions positifs
  10. Mettre à l’aise votre interlocuteur par des questions qui montrent votre intérêt pour le poste
  11. Parler de vos compétences en rapport avec le bénéfice que l’entreprise pourrait en retirer
  12. Fixer une fourchette de rémunération en rapport avec le poste plutôt qu’en rapport à votre ancienne rémunération
  13. Donner envie par une image sympathique

La recherche d’emploi nécessite de réfléchir d’une manière stratégique pour éviter de partir dans tous les sens sans être bien préparé (e), à lire dans ce précédent article.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Recherche d’emploi efficace 1/2 : Bien se préparer
Pourquoi avoir son CV sur un jobboard ou site d’emploi
Recherche d’emploi : « Avez-vous d’autres pistes ? »

Méthodes classiques et nouvelles de recherche d’emploi
Atout et qualité
La notion de filtre dans la déperdition d’information

Autres Emploi :

Récapitulatif 20 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Communication : La notion de filtre dans la déperdition d’information


Un filtre ? C’est quoi ?

La notion de filtre dans la communication et dans la perte d’information lors d’une transmission d’une personne à une autre, est une vue de l’esprit.

C’est un moyen de faire comprendre que nos sens, principalement l’ouïe et la vue sont des capteurs d’informations et que l’organe principal est le cerveau.

La restitution des informations transmise, appelée aussi feedback ou souvenir, utilise les sens de la parole et du toucher (quand on tape sur un clavier, par exemple ou quand on dessine). Là encore l’organe principal est le cerveau.

information filtrée

Compte tenu de ce constat, et en attendant des questions précises, je vous recommande la lecture de mes articles suivants :

La déperdition d’information

Déperdition de l’information : Pourquoi
Communication : convention et référentiel commun indispensables
Schéma de la déperdition de l’information

Dans ces 3 premiers articles, vous trouverez des explications sur le phénomène.

Il y a perte d’information, par exemple, quand l’un des filtres, celui des conventions s’applique avec des conventions différentes, par exemple lors d’une traduction le même mot peut supporter une idée qui est compris différemment par son interlocuteur, tant à l’oral qu’à l’écrit.
Des quiproquos peuvent en être la conséquence.

Exemple : « les fils de la dentelière ». S’agit de laine ou de coton, ou des frères de ses filles ?

Diminuer la perte d’information

La langue française est difficile parce que pour la comprendre, il faut connaître le contexte. Donc, plus il y a de mots et mieux on comprend. Mais, s’il y a trop de mots alors on ne comprend plus ou pas bien.

Il s’agit principalement de mémoire et d’attention.

Le feedback, un moyen de tester la réalité
6 Facteurs de diminution de la déperdition d’un message
L’écoute active : mode d’emploi

Renforcer la transmission

Ces trois derniers articles contiennent aussi des indications pour renforcer l’échange par la concentration et des techniques d’écoute et d’émission du message.

Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre
Une information précise est proche de l’expérience sensorielle
La communication non verbale : le message total

Dans chacun de mes articles, vous trouverez des liens vers d’autres articles.
Faites votre moisson d’informations.

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à m’en faire part pour approfondir un point ou un autre.

Philippe Garin, plus de 20 de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
Entendre n’est pas comprendre
Compétences numériques : Le traitement de l’information

Les sons ou phonèmes français en langage phonétique
CNV Communication Non Violente : Les 4 étapes de l’OSBD
La voix pour bien communiquer en entretien d’embauche et ailleurs

Autres Communication :

Récapitulatif 19 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Pour une image positive : abandonnez vos tics de langage


Séduire pour se faire apprécier

positivez

Qui parle ?

Entretien d’embauche, devant ses collègues, en bonne compagnie, les moments où il faut plaire sont nombreux. Les circonstances nous obligent parfois à surmonter sa timidité naturelle pour se montrer sous son meilleur jour.

Abandonner les tics de langage

Les tics de langage sont des mots ou des expressions, ayant un sens parfois détourné du sens réel qui énervent votre ou vos interlocuteurs.

Ils sont souvent répétés tellement souvent, qu’ils pénalisent le message que l’on veut transmettre. L’autre retiendra ses mots parasites au lieu de retenir les autres propos, les plus importants pour vous.

Parmi ces tics de langage, on trouve :

  • « Euh »
  • « Au jour d’aujourd’hui »
  • « Petit » et « petit peu »
  • « Oui, mais » et « non, mais »
  • « C’est c’la, ouiii »
  • etc.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Supprimer les mots et expressions négatives

Là encore, les expressions ou les mots négatifs ont un impact négatif sur son interlocuteur. Pour se faire apprécier de l’autre, mieux vaut tourner la phrase à l’envers en utilisant des expressions ou des mots positifs.

Quelques exemples :

  • « Je n’avais pas le temps de … » devient « je prenais mon temps pour … »
  • « Je ne sais pas faire » devient « Avec une formation, je saurais faire »
  • « Ne pensez-vous pas que … » devient « Pensez-vous que … »
  • etc.

Remplacez « mais » par « et ». Ce ne sont pas les expressions qui manquent, mais …. Oups, pardon : il y a beaucoup d’occasions pour cela, et … . Pas mal, heiiinnnn ?

Réfléchir et s’entrainer

Perdre ses tics de langage et prendre de nouvelles habitudes se heurtent à ceux qui prédisent l’échec en pointant sur doigt le « chasser le naturel, il revient au galop ». Sauf, qu’un langage s’apprend, la notion d’instinct laisse la place à la notion d’apprentissage.

Pour qu’une nouvelle habitude, surtout de langage, soit prise, il faut s’y préparer, en cherchant ses tics de langage et ses expressions négatives, et en trouvant des mots et expressions de remplacement.

Il faut aussi répéter, répéter, répéter, jusqu’à ce que ce qui est un effort important au départ devienne « naturel », donc une habitude.
Philippe Garin, plus de 20 de management en entreprise

Pour un accompagnement positif, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Les 3 types de Management
Quitter son emploi ou rester : Telle est la question
TMS : Des chiffres et des accessoires (Troubles musculo-squelettiques)

Stratégie à l’usage d’un dirigeant d’entreprise
Psychologie du travail dans l’organisation du bureau
Pratiquez-vous le management participatif : Sondage

Autres Communication et Emploi:

Récapitulatif 14 Communication
Récapitulatif 15 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Communication : convention et référentiel commun indispensables


Pour communiquer, il faut se comprendre

paix et amour

un symbole de référence

La communication permet à un émetteur de transmettre un message à un récepteur.

Outre la déperdition d’information lors de la communication, le message sera compris uniquement grâce à des conventions et des référentiels communs.

Le premier référentiel est la langue. Cependant, cela est insuffisant, car même en parlant la même langue, deux interlocuteurs peuvent ne pas se comprendre. Il est indispensable que l’émetteur et le récepteur disposent d’une codification commune.

Des référentiels indispensables

Pour la communication écrite, il existe plus d’une forme d’écriture : caractères arabes, latins, cyrilliques, thaï, etc. Ce sont des conventions de représentation de sons appelés graphèmes.

Pour la communication sous forme d’images. C’est plus un référentiel commun qui est nécessaire.

Par exemple, des symboles religieux : La Lune représente la mort et la renaissance dans certaines cultures.
De plus, elle sera représentée par une personne de genre masculin (en allemand) ou féminin (en français), selon la langue utilisée.

La communication passe aussi par le son, comme les musiques, des chansons

cloche de tableDans une certaine entreprise, à chaque fois qu’un nouveau contrat était conclu, son directeur faisait sonner une cloche. De cette façon, l’ensemble du personnel présent dans les bureaux était immédiatement mis au courant.

Les conventions

La communication fait aussi appel à des références géographiques ou historiques, à la culture.

« Juliette sur son balcon » est une phrase incompréhensible par qui ignore qui est Juliette et ce qu’elle fait sur son balcon.
Elle attend son amoureux, Roméo, pour ceux qui ne le savaient pas.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Référentiel sans convention

Le pire, c’est une communication où l’incompréhension arrive à cause de référentiels différents, c’est-à-dire lorsque des symboles ou des mots ont des significations différentes. Les interprétations des deux interlocuteurs sont basées l’absence d’une convention entre eux.

Croix rouge Croissant rouge

source: Wikipedia

Par exemple, le symbole de la Croix Rouge, universellement connu pour représenter une aide médicale, surtout lors de conflit, implique le respect et la neutralité de tous. Cependant, il a fallu ajouter un autre symbole le Croissant Rouge, car la croix a été considérée comme un symbole religieux.

En fait, il s’agit de l’inversion des couleurs du drapeau de la Confédération Helvétique, d’où est issu Henry Dunant, fondateur suisse de cette organisation.

Philippe Garin, plus de 20 de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
Entendre n’est pas comprendre
Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre

Exercices de diction : le crayon dans la bouche
Sémaphore : des signes pour se parler
Congruent Définition Communication verbale et non verbale

Autres Communication :

Récapitulatif 14 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

CNV Communication non Violente : les 4 étapes de l’OSBD


La Communication non violente

La Communication non violente ou CNV est un processus de communication qui passe par une prise de conscience de ses sentiments avant la communication.
La CNV fait appel à l’empathie et au refus de juger l’autre en faisant appel à l’observation la plus objective possible, en parlant de ce que l’on ressent, durant la communication, à la place d’un jugement.

Le bonhomme OSBD

La CNV permet de favoriser le dialogue entre deux interlocuteurs, par une écoute volontaire du message reçu quelle que soit sa manière de s’exprimer et celle de son interlocuteur.

OSBD, les 4 étapes de la CNV

  1. Observation :
    pour décrire la situation d’une manière la plus objective possible, avec des mots neutres, pour un partage de l’information sans ambiguïté ni jugement

    « Quand tu fais [ça] …

  2. Sentiments et attitudes :
    pour exprimer les sentiments et attitudes suscités dans cette situation

    … je me sens [de cette manière] …

  3. Besoin :
    pour expliciter ses besoins qui conduisent aux sentiments et attitudes exprimés

    … car j’ai besoin de [x] …

  4. Demande :
    pour émettre une demande à son interlocuteur, claire et formulée positivement

    … j’aimerais que tu fasses [telle action].»

Par exemple :
Ne dites pas : « Tu te laisses aller », qui exprime un jugement.
Dites :
« Depuis plusieurs jours, tu ne sors plus », qui montre un fait observable

Évitez les mots « tu », « vous », « les autres », car il s’agit alors souvent d’un jugement plus que l’expression d’un sentiment

Retour positif

La communication reste non violente tant que le retour négatif à message émis par son interlocuteur laisse le demandeur ouvert à la communication.
Si, au contraire, il perçoit le refus à sa demande avec un sentiment négatif alors la communication se ferme.

Il y a un cercle vertueux à la Communication Non Violente, car l’attitude sereine d’un interlocuteur va engendrer une attitude plus bienveillante de l’autre, par imitation inconsciente, même après avoir exprimé des sentiments négatifs.

Amusez-vous bien !

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Schéma de la déperdition de l’information
Déperdition de l’information : Pourquoi
Entendre n’est pas comprendre

Critiqué (e) en public : Comment réagir
Une information précise est proche de l’expérience sensorielle
Définition des critères d’exigence dans le domaine des Relations entre les personnes.

Autres Communication et Humour :

Récapitulatif 12 Communication
Récapitulatif 11 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche, discours, présentation : Conseils pour Bien parler


Un discours, une présentation, un entretien d’embauche

Moi Tarzan Toi JaneLes occasions de prendre la parole sont nombreuses.

Par obligation ou par choix, nous sommes confrontés à parler à d’autres. Ce peut être en face-à-face ou au téléphone à deux, dans une séduction amoureuse entre deux personnes ou professionnelle entre un candidat et un recruteur dans un entretien d’embauche, ou encore en famille ou au guichet d’une administration.

Vous pouvez aussi être amené à effectuer une présentation, à répondre à une interview ou à discourir en réunion de réseaux, par exemple.

Dans tous les cas, votre ou vos interlocuteurs attendent de vous que vous sachiez maîtriser la langue utilisée pour parler.

Les suggestions, qui suivent, sont plus valables pour sa langue maternelle que nous sommes sensée maîtriser parfaitement que dans une langue étrangère, bien que, pour celle-ci, vos auditeurs vont pardonneront plus facilement vos erreurs de vocabulaire, de grammaire ou votre accent.

Préparez votre texte

Plus l’enjeu de ce que vous allez dire à d’autres est important pour vous et plus vous devez savoir quoi et comment le dire.

Préparez soigneusement votre texte en choisissant les mots, les expressions, les tournures de phrase avec lesquels vous vous sentez bien, dont vous connaissez la signification.

Le choix se fait aussi en fonction de vos auditeurs. Si vous êtes dans un groupe de professionnels et que vous devez parler d’un sujet qu’ils connaissent bien, alors vous pouvez et vous devez utiliser le jargon technique.

A l’inverse, si le sujet dont vous parlez est nouveau pour votre public ou quand vous ignorez si votre public a les connaissances suffisantes pour comprendre votre discours alors utilisez des expressions simples que tout le monde comprend.

En entretien d’embauche, vous êtes dans cette dernière posture. Un recruteur maîtrise peut-être le langage du poste pour lequel vous postulez, et peut-être pas, car c’est un spécialiste des Ressources humaines.

Vérifiez en cas de doute

Que ce soit durant la préparation de votre présentation, pendant votre entretien ou après votre discours, vérifiez toujours en cas de doute :

  • Le sens d’un mot ou d’une expression,
  • L’orthographe d’un mot,
  • La règle de grammaire sur laquelle vous butez, en particulier les accords en genre et nombre,
  • La bonne compréhension de ce que vous dites et de ce que vous entendez.

Pour cela, utilisez un dictionnaire et discutez-en autour de vous.

Effets voulus ou involontaires

Vous avez ou vous prenez un accent

Votre accent indique votre pays ou votre région d’origine : francophone ou non, campagne ou ville, nord ou sud, est ou ouest; ou vous prenez un accent venant d’une autre région ou d’un autre pays.

Vous risquez de vous faire moquer de vous à cause de votre accent naturel ou de froisser les personnes qui ont l’accent que vous prenez.

Dans la mesure du possible, parlez avec l’accent de votre origine, si elle est connue de votre public. On voit mal un anglais ou un allemand parler le français sans accent et pourtant ils sont très nombreux.
Et si elle est inconnue, tentez de parler avec l’accent de là où vous parlez. Un accent méridional dans le midi, un accent alsacien en Alsace. Cela montrera votre volonté de vous adapter à vos auditeurs.

Utilisez l’humour au bon moment

Peu de personnes sont capables de faire de l’humour lorsqu’elle parle. L’humour détend l’atmosphère quand le discours tend à ennuyer, mais si les humoristes sont appréciés, c’est que nous sommes peu à pouvoir faire de l’humour.

Dans les discutions « sérieuses », mieux vaut éviter de se ridiculiser ou, encore une fois, de faire du « mauvais » humour, de l’humour déplacé vis-à-vis de votre auditoire.

Évitez Les expressions à la mode, familières ou argotiques

Rien de pire que d’être en décalage avec les personnes qui vous écoutent.

Si entre amis ou dans la famille, vous pouvez vous laisser aller à parler avec des expressions à la mode, familières ou argotique, devant un public attentif à vos paroles, bannissez-les.
Seul le « bon » français, ou le « bon » anglais, etc. est autorisé, en entretien d’embauche, dans un discours public ou en petit groupe de personnes.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement
Sentir son auditoire pour être un bon orateur
Retenir, classer dans sa mémoire pour mieux restituer quand vous prenez la parole

Lire pour bien converser
Être à l’aise avec soi pour bien parler
Avoir de la conversation ou comment parler en public

Autres Communication :

Récapitulatif 12 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Devise 031 : N’insulte jamais la mère d’un Ferengi. Insulte plutôt quelque chose auquel il tient


Devise 031 des Devises de l’Acquisition des Ferengi (Star Trek)

« N’insulte jamais la mère d’un Ferengi.

Insulte plutôt quelque chose auquel il tient« 

« Never insult a Ferengi’s mother. Insult something he cares about instead »

source : Episode Le siège (The Siege) (DS9)ma mère m'attend

Littéralement

Jamais n’insulte la mère d’un Ferengi. Insulte quelque chose auquel il tient à la place

Interprétation

Insulter la mère d’un Ferengi ne porte pas puisqu’il y a d’autres choses auxquelles il tient plus

Les insultes sont un moyen d’expression dont l’objectif est de toucher le moral de la personne visée.
Pour que ces insultes atteignent ce résultat, encore faut-il que l’insulte soit comprise, donc soit considérée comme une insulte par celui ou celle à qui elle est destinée.
D’autre part, pour qu’une insulte ait l’impact souhaité, à savoir faire le plus de mal possible à la personne insultée, il faut que le sujet de l’insulte concerne ce à quoi la personne insultée tient le plus.

Plus l’insulte touche l’autre au plus profond de ses convictions et de ce à quoi il tient, plus l’insulte sera puissante.

Commentaires

Plus généralement, cette règle de conduite des Ferengi amène à l’un des principes de la communication, à savoir de bien connaître son interlocuteur.
Quelque soit le message que l’on veut lui transmettre, plus il touchera sa conscience profonde et mieux le message sera reçu.

Chacun d’entre nous, de part son passé, son éducation, son origine sociale (et aucunement son origine raciale), ses rencontres, ses actions, dispose d’un ensemble de « filtres » au travers desquels un message passe.

Quand le sujet ne nous intéresse pas, ou quand on est dans un état physique dégradé, comme la fatigue, ou encore dans une posture difficile, alors le message sera reçu avec plus ou moins d’attention et sera ainsi plus ou moins retenu.

Selon l’impact dans la réception du message, le récepteur réagira différemment : de l’indifférence total à une réaction physique, pouvant avoir des conséquences graves pour la santé, en passant par une réaction émotive plus ou moins forte selon le cas : du rire aux larmes, de la joie à la colère, etc.

Tout le panel des émotions humaines peut être atteint par le choix des mots, l’attitude de celui ou celle qui émet le message, la force de conviction exprimée, et le sujet choisi.

Par exemple, dans un stade de football, une insulte a peu d’impact car elle est un mode d’expression, partagé par un très grand nombre, et chacun sait que cela fait partie du spectacle.
Par contre, lorsqu’un joueur insulte un autre joueur, et que cette insulte porte sur la famille alors cela donne un coup de boule à la Zidane, dernier acte de sa carrière, devant des millions de personnes.
Plus rien d’avait d’importance que cette réaction émotionnelle forte.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Star Trek et ses dérivés sont propriétés de Paramount Pictures (CBS)

Pour en savoir plus :


En complément :

Devise 028 Ne crie pas ton succès (Star Trek)
Devise 033 : ça ne fait pas de mal de flatter son patron

Présidentielles 2012 : un entretien d’embauche ?
L’ancrage ou l’imprégnation
Convaincre par les mots

Les rôles dans la communication ou sachez pourquoi vous communiquez mal
Entendre n’est pas comprendre
Schéma de la déperdition de l’information

Autres Communication et Science-Fiction :

Récapitulatif 1 Communication
Récapitulatif 6 Communication
Récapitulatif 8 Communication
Récapitulatif 8 Science-Fiction

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : 10 bons gestes = 10 bons atouts


10 bons gestes qui sont de autant de bons atouts en entretien d’embauche

attitude de supériorité

Le langage corporel est important lors de tout entretien. Il est particulièrement important d’y prêter attention lorsqu’il s’agit d’un entretien d’embauche où sa vie professionnelle est susceptible de changer à très court terme.

C’est pourquoi, voici 10 « bons » gestes

à mettre en pratique qui seront autant d’atouts dans votre jeu de séduction du recruteur :

  1. Ayez un look adapté au poste, sobre, propre : vêtements, chaussures, coiffure et pas trop de maquillage
  2. Sentez bon, mieux vaut sentir le savon que la sueur, le tabac, ou de laisser un parfum dominer la conversation
  3. Allez vers votre interlocuteur pour lui tendre la main, en le (la) laissant prendre l’initiative de tendre la main en premier
     
  4. Regardez votre interlocuteur dans les yeux, sans le fixer toutefois. Si plusieurs interlocuteurs sont présents, alors regarder celui qui parle et partager votre regard à durée égale entre eux
  5. Soulevez votre chaise, au moment de vous asseoir, de façon à éviter de laisser la chaise racler le sol et produit un son désagréable
     
  6. Adossez-vous sans vous affaler dans le siège. Etre penché(e) légèrement en avant est un signe d’attention
  7. Laissez vos mains sur les genoux ou les accoudoirs de la chaise (si elle en possède) en évitant tout geste répétitif ou qui expriment votre nervosité. Utilisez vos mains pour renforcer vos propos
     
  8. Gardez les pieds à plat, sans les croiser ni les agiter
  9. Répondez aux questions en évitant de faire répéter la question ou en demandant de hausser la voix si vous l’avez mal comprise
  10. Souriez, en toute circonstance et durant tout l’entretien, sans montrez les dents ou avoir un sourire carnassier ou benêt
Et un 11ème conseil : visitez notre site www.boosteremploi.com

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour préparer vos entretiens d’embauche, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Cadremploi : Speed recruiting pour décrocher un job en 7 minutes
La voix pour bien communiquer en entretien d’embauche et ailleurs
Soyez positif ! Ne dites pas, dites

Vidéoconférence : entretien d’embauche ou pas, 6 conseils pour soigner votre communication
Entretien d’embauche : Erreurs de look flagrantes
Comment minimiser un point faible ou Liste 3 des points forts et points faibles en entretien d’embauche

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 7 Communication
Récapitulatif 8 Communication
Récapitulatif 6 Emploi
Récapitulatif 8 Emploi

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La voix pour bien communiquer en entretien d’embauche et ailleurs


A savoir sur la voix pour bien communiquer en entretien d’embauche et ailleurs

Les « 3V »

les 3VLes « 3V » sont une expression pour indiquer les domaines où la voix provoque une bonne ou une mauvaise impression le Visuel, le Vocal et le Verbal

Cela est flagrant quand la voix est le seul moyen de communiquer, par exemple lors du premier contact téléphonique avec le recruteur

L’impact de la voix

L’élocution et le timbre de la voix ont de l’importance, particulièrement lors d’un entretien d’embauche

Le stress ou le manque de confiance en soi s’entendent très bien

L’impact d’un message dépend à 75 % de la voix : si elle sonne sûre d’elle et décidée, l’auditoire sera plus facilement conquis que si l’orateur bégaye et hésite

Le recruteur fera plus facilement confiance en face d’un orateur qui exprime clairement ses idées et d’une voix assurée

La voix a une influence énorme sur la perception qu’ont les autres. Une idée ou une proposition exprimée avec une voix agréable, portante, claire, a infiniment plus de chance de provoquer une adhésion qu’une voix qui traîne, qui montre la fatigue ou le peu d’intérêt que l’on porte sur le sujet, qui « mange ses mots » et qui est indistincte

La voix laisse transparaître les émotions et les états d’esprit

Le stress, l’excitation, la perplexité, la retenue ou la joie sont traduits par la voix

De même, le manque de confiance va se traduire par des balbutiements, des hésitations, la recherche de ses mots, un débit trop rapide, une voix trop aigüe, hystérique même

Utiliser sa voix comme un outil de communication

L’accent donne une indication sur son origine géographique ou ethnique ou encore sociale

Les intonations, le rythme du phrasé sont autant d’outils qui permettent de transmettre un message avec une qualité nettement supérieure qu’avec une voix monocorde

La force de la voix, une voix grave, ne rendent pas le message plus compréhensible qu’une voix douce à condition que l’articulation soit claire et que l’interlocuteur ne soit pas obligé de tendre l’oreille pour entendre

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

La prononciation, que faire contre le bégaiement, le balbutiement, le bredouillement
Pausez vous ! Faute de français ou évolution de la langue ?
Comment bien mener un entretien

Convaincre par les mots
Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions
Soyez positif ! Ne dites pas, dites

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 1 Communication
Récapitulatif 4 Communication
Récapitulatif 7 Communication
Récapitulatif 7 Emploi

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et dans la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Schéma de la déperdition de l’information


Schéma de la déperdition de l’information

Dans une communication entre deux personnes, il se passe un phénomène que l’on constate sans pouvoir l’expliquer : la déperdition de l’information.

Entre le moment où la première personne veut dire quelque chose et le moment où son interlocuteur va répercuter ce qu’il a retenu, le message perd sa substance.
déperdition de l'information

Philippe Garin, plus de 20 ans management en entreprise

Pour plus de conseils, Contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Une information précise est proche de l’expérience sensorielle
Les bruits qui courent ou pourquoi parvient-on à autant de rumeurs
L’écoute active, ça s’apprend

Compréhension dans la Communication
Entendre n’est pas comprendre
Les cinq clés de la communication

Autres Communication :

Récapitulatif 5 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Etre à l’aise avec soi pour bien parler


Être à l’aise avec soi pour bien parler

être à l'aise avec soi pour bien parlerLorsque vous parlez, votre personnalité, ce que vous êtes, influence beaucoup ce que vous dites, et comment vous vous exprimez.

On parle toujours d’après ce qu’on est.

Pour y parvenir, il faut :

  • Avoir confiance en soi,
  • S’intéresser à son sujet.

Si vous êtes une personne qui ne doute pas d’elle-même, qui considère que ce qu’elle dit va de soi et qui s’intéresse passionnément à son sujet, alors vous estimez vraisemblablement que parler en public ne représente pas de problème compliqué.

Vous êtes alors porté par vos convictions, vous croyez en votre propre valeur et en l’importance de votre message.

Quel que soit votre interlocuteur, vous devez trouver des phrases qui conviennent, pour éviter les impairs ou les situations désagréables, en fonction des types de caractères différents de vos interlocuteurs :

L’agressif

qui sera autoritaire, qui vous répondra peut-être brutalement ou vous noiera dans un flot de paroles.

L’insinuant

qui cherchera à vous déstabiliser par ses phases à la manière du serpent s’enroulant autour de sa victime

Le conciliant

qui, à toute conversation sérieuse, dira oui, plus pour se débarrasser de vous que par intérêt du sujet

Le silencieux

qui refusera le débat, en se dérobant, qui laissera tomber la conversation et qui vous fera passer un moment désagréable, ennuyeux.

Le dialecticien

qui raisonnera tant et si bien que vous ne saurez plus où vous êtes et vous tournera en ridicule.

Se maîtriser

Si vous appartenez vous-même à l’un de ces types, et que vous en avez pris conscience au point d’en avoir diminué les aspects excessifs, vous vous en sortirez haut la main et vous serez plus à l’aise.

Vous resterez calme et ferme devant l’agressif, patient et concret devant l’insinuant, obstiné devant le silencieux, précis et constructif devant le dialecticien.

Comme vous vous maîtrisez à tout moment et en toutes circonstances, vous parlerez et vous serez écouté.

Se maîtriser n’est pas l’affaire d’une préparation à votre intervention, votre discours devant un public ou votre conversation.
Votre entrainement commence et se poursuit dans votre vie de tous les jours.

Ainsi, vous n’aurez pas à être une autre personne lorsque vous serez amené à prendre la parole, vous réagirez au mieux sans vous forcez puisque vous en autre la pratique quotidienne. Ce ne sera pas différent de la routine.

Quel que soit le type auquel vous appartenez, vous gagnerez en confiance en soi. Vous vous servirez de votre connaissance de vous-même. Vous pourrez ainsi mieux gérer vos ressources, vous en servir face aux réactions de vos auditeurs.

Libéré de votre recherche sur vous même et ayant acquis une confiance en soi à toute épreuve, vous pouvez passer à la problématique de l’enrichissement de vos connaissances et de l’exercice de la mémoire.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Avoir de la conversation ou comment parler en public
Sentir son auditoire pour être un bon orateur
Facteurs perturbants dans un bureau

TMS troubles musculo squelettiques comment les éviter
Manque de confiance en soi ou désir de bien faire les choses
Niveaux de langue européens : Parler

Autres Communication :

Récapitulatif 5 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Cinq critères pour savoir ce que l’on veut


Cinq critères pour savoir ce que l’on veut

savoir ce que l'on veutSavoir ce que l’on veut semble être une évidence pour certains et un mur infranchissable pour d’autres.

Rappelez-vous, quand vous étiez un jeune enfant, on vous a sûrement posé la question :

« Que veux-tu faire plus tard ? », sous-entendu quel métier souhaites-tu exercer quand tu seras adulte.

Avez-vous répondu « je serais pompier ou maîtresse d’école » ou bien « Je ne sais pas » ?

Peu importe, voici cinq critères pour savoir ce que l’on veut :

  1. Visez un résultat concret et observable
  2. Formulez votre objectif en termes positifs
  3. Concevez-en une représentation sensorielle (Voir, entendre, ressentir)
  4. Conciliez vos objectifs avec ceux de vos interlocuteurs
  5. Équilibrez vos objectifs personnels à court, moyen et long terme

1.       Visez un résultat concret et observable

Plus votre objectif sera SMART, plus il aura de chance de se concrétiser

2.       Formulez votre objectif en termes positifs

Ne dites pas : « N’ai pas peur, le chien n’est pas méchant »,
Dites : « Le chien est gentil, on peut le caresser »

3.       Concevez-en une représentation sensorielle (Voir, entendre, ressentir)

Imaginez le futur, quand votre objectif sera atteint.

  • Que verrez-vous ?
  • Qu’entendrez-vous ?
  • Que ressentirez-vous ?

4.       Conciliez vos objectifs avec ceux de vos interlocuteurs

Les chances de succès d’une relation sont plus importantes lorsque les objectifs sont exposés, discutés et harmonisés au début de l’échange

5.       Équilibrez vos objectifs personnels à court, moyen et long terme

C’est maintenant, dans un proche avenir que vous construisez les moyens pour parvenir, étape par étape, à atteindre vos objectifs à long terme.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Qu’est-ce qu’un objectif concret, smart ?
Les bonnes questions pour se fixer ses priorités
Idéaux personnels, objectifs, stratégies & mesures définitions et descriptions

Harmonisation des objectifs professionnels et privés
Méthode d’Analyse de situation comment fixer des priorités
9 conseils pour atteindre et tenir ses objectifs

Autres Organisations :

Récapitulatif 2 Organisation
Récapitulatif 3 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le feedback, un moyen de tester la réalité


Le feedback est un moyen de tester la réalité.

feedback en communicationDans la communication, chacun utilise le langage verbal et le langage non verbal.

Ces deux éléments entrent dans la compréhension de tous messages que vous voulez transmettre à un interlocuteur et réciproquement.

Chacun de vous utilise sa propre dominante, auditif, visuel ou kinesthésique, voire olfactif, c’est-à-dire son propre filtre, pour émettre et recevoir un message.

Aucun d’entre nous n’est objectif. Tout le monde est subjectif, que ce soit pour exprimer un message ou pour le comprendre et l’interpréter.

Ce n’est pas l’intention qui compte, aussi bonne soit-elle, mais le résultat obtenu.

C’est la réaction de votre interlocuteur qui vous renseigne sur ce que vous avez réellement fait passer.

Le feedback est un moyen pour tester la réalité de la bonne compréhension du message transmis.

  • Le premier interlocuteur émet un message.
  • Le second le perçoit, l’entend, le visualise, l’interprète, puis le reformule avec ses propres mots, sa compréhension et son interprétation.
  • Le premier interlocuteur reçoit ce retour.
  • Si l’écart entre ce qu’il perçoit de ce feedback et ce qu’il voulait émettre initialement, alors, en réalité, le message a bien été perçu par le deuxième interlocuteur.
  • Si ce n’est pas le cas, alors il peut utiliser la dominante du deuxième interlocuteur pour reformuler son message qui alors sera mieux compris que lors de sa première formulation.

Le feedback est un élément important lors de l’apprentissage d’une langue, par exemple.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les trois savoir-faire de la communication selon la PNL
PNL Code de représentation VAKO
Sentir son auditoire pour être un bon orateur

PNL : Découvrez votre dominante par ce test
Déperdition de l’information : Pourquoi
6 facteurs de diminution de la déperdition d’un message

Autres Communication :

Récapitulatif 4 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Check-list pour la préparation d’un entretien réussi


Check-list pour la préparation d’un entretien réussi

Quel que soit le sujet d’une conversation, voici une check-list pour la préparation d’un entretien réussi en quelques conseils :entretien réussi

1) De quoi est-ce que je veux parler?

  • Délimiter les sujets
  • Rassembler ses documents
  • Rechercher des informations d’autres organismes professionnels et / ou spécialistes
  • Clarifier de points incertains, c’est-à-dire noter des questions
  • Rafraîchir ou compléter ses connaissances, si le sujet le nécessite

2) Qu’est-ce que je veux atteindre?

  • Précision de l’objectif de l’entretien sur la base de critères quantitatifs et qualitatifs
  • Découpage en sous-objectifs à atteindre progressivement
  • Examen de chaque partie en différents points :
    • Qu’est-ce qui est souhaitable pour mon entreprise ?
    • Qu’est-ce qui est réalisable du point de vue de l’interlocuteur ?
  • Définir des priorités

3) Qui est mon interlocuteur?

  • Comment s’appelle-t-il ?
  • Quel âge a-t-il ?
  • Quelles sont ses caractéristiques ?
  • Est-il intraverti, ouvert ou renfermé, difficile d’accès?
  • Quelle est sa fonction dans l’entreprise?
  • Quelles sont ses compétences ?
  • Est-il sobre, factuel ou fait-il des digressions et discute ?
  • Quelles sont ses préférences et ce qu’il rejette ?
  • Prend-il volontiers la direction de la conversation ?
  • Etc.

4) Comment dois-je argumenter

  • Quels sont mes arguments ?
  • Quels sont les arguments émotionnels?
  • Dans quel type de conversation, je me trouve ?
  • Dois-je me défendre ou puis-je attaquer?
  • En cas de besoin puis-je être plus dur et argumenter objectivement et ou dois-je composer ?
  • Quels sont les arguments les plus importants?
  • Dans quel ordre, mes arguments seront-ils les plus convaincants auprès de mes interlocuteurs ?
  • Quels sont les arguments que j’ai à attendre de mon interlocuteur ?
  • Quelle est la réaction de mon interlocuteur face à des arguments émotionnels ?

5) Quelles sont les objections que j’ai à attendre ?

  • Qu’est-ce qui pourrait être en contradiction avec les intérêts, les souhaits, les besoins mon interlocuteur ?
  • A quels arguments a-t-il une réaction allergique ?
  • Existe-t-il les expériences négatives de l’interlocuteur à prendre en compte dans le cadre du sujet ou des objectifs de l’entretien ?
  • Réagit l’interlocuteur aux objections plus par des arguments factuels ou par l’émotion ?
  • Hésite-t-il dans la prise de décision ?

6) Comment puis-je évacuer ses objections ?

  • Quels sont les arguments pour contrer les objections à attendre de l’interlocuteur?
  • Quel est le poids des objections de son interlocuteur ?
  • Résiste-t-il fortement ?
  • Quelles sont les tactiques vais-je employer ?
  • Suis-je le bon interlocuteur pour lui?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions
Comment faire passer mes idées en 8 étapes
Comment présenter un avantage ou un inconvénient

Approche pour la construction d’une atmosphère de sympathie dans le cadre d’un entretien
Définition des critères d’exigence dans le domaine de la Prise de décisions
Convaincre par les mots

Autres Communication :

Récapitulatif 2 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter