Tolérance de pannes : En plus du RAID


Tolérance de pannes : En plus du RAID

disque dur endommagé

en panne

Avec les types de RAID décrits précédemment, RAID par duplication et RAID par parité, le risque de perte d’informations est réduit, bien qu’il existe toujours.

En effet, un disque défectueux doit toujours être remplacé.

Le RAID 1 et le RAID 5 ont le gros avantage de permettre la continuité du fonctionnement de l’ordinateur en cas de panne d’un disque dur.

Ils sont cependant suspendus jusqu’au remplacement du disque inutilisable.

C’est pourquoi, il existe une possibilité supplémentaire dans les ordinateurs à tolérance de pannes qui s’appelle disque de rechange, ou spare ou hotspare en anglais.

Disque en spare

Il s’agit d’avoir déjà un disque de remplacement dans l’ordinateur.

Il attend une défaillance sans être utilisé, ni par le fonctionnement ordinaire ni par le stockage par un type de RAID.

C’est du matériel qui va servir uniquement dans le cas où l’un des disques durs tombe en panne.

À ce moment-là, le RAID reconstitue le disque défaillant en utilisant les informations issues du ou des autres disques et les place dans le disque de rechange.

De cette manière, aucune perte de temps. Le RAID continue de fonctionner avec très peu d’interruption, ce qui accorde une plus grande fiabilité de l’ordinateur.

Bien entendu, le disque défectueux reste à remplacer quand même.

Les autres RAID

Malgré toutes les précautions et les avantages qu’apportent les types de RAID 0, 1 ou 5, la sécurité du stockage des informations reste liée au nombre de disques durs qui tombent en panne en même temps.

Cela arrive lorsque les disques durs ont été installés en même temps, car ils s’oxydent à la même vitesse, bien qu’il existe d’autres causes de pannes.

C’est pourquoi, plusieurs autres types de RAID ont été mis en place.

Les articles de ce blog se veulent une vulgarisation pour comprendre le fonctionnement de la tolérance de pannes par les systèmes RAID, la description des autres types de RAID est laissée aux spécialistes.

De toute façon, la tolérance de panne est différente de panne zéro.

Sauvegarde

Il existe toujours la nécessité d’effectuer des sauvegardes des systèmes d’informations sur des supports informatiques qui seront éloignés de l’ordinateur.

La sauvegarde permet de minimiser l’impact d’une surtension électrique ou magnétique, de la présence d’un virus ou des malversations d’un être humain.

source photo : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Protection de la salle informatique : Les mesures
PCA ou Plan de Continuité d’Activité : Par quoi commencer pour un établir un ?
Point de restauration sur votre PC

Le Petit Chaperon Rouge raconté par un informaticien
Sauvegarde : Un pirate détruit 4800 sites
Démission d’un salarié : Fuite d’informations : Comment s’en prémunir

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Entretien d’embauche : La curiosité est un bon défaut


3/7 La curiosité de bon aloi

Se renseigner

curiosité de bon aloi en entretien d'embaucheLa prise de renseignements sur l’entreprise par le candidat démontre, non seulement, son intérêt pour l’entreprise, mais encore, va peser sur le choix du recruteur.

Plus un candidat aura de renseignements sur l’entreprise, voire même sur le recruteur lui-même, et plus ses chances d’attirer favorablement l’attention de ce dernier seront grandes.

Côté recruteur

Le recruteur attend du candidat qu’il lui fasse gagner du temps. La durée de l’entretien d’embauche dépend aussi du temps que passe le recruteur à informer le candidat sur le poste et sur l’entreprise.

Son travail est plus compliqué quand le nom ou l’activité de l’entreprise doivent être gardé confidentiel jusqu’au dernier moment, c’est-à-dire jusque ce que le recruteur pense mettre le candidat sur la liste qu’il présentera à son client, s’il travaille dans un cabinet extérieur, ou au décideur directement, s’il est lui-même employé de la société.

Un max d’infos

Dans un cas, comme dans l’autre, le recruteur doit avoir un maximum d’informations sur le poste et surtout sur l’entreprise. .Il devra obtenir de l’employeur toutes les informations nécessaires pour répondre au candidat.

Si le poste à pourvoir est celui d’un commercial, ce sont des informations sur les produits, les services, l’organisation commerciale, les secteurs géographiques ou le type de clientèle qu’il a besoin de connaître.

A l’inverse, s’il s’agit d’un poste de soutien, comme la comptabilité, l’informatique, la qualité ou encore les ressources humaines, alors ce sont des informations sur l’organisation interne, l’importance du type de management, les interactions avec les autres services et avec la Direction, qui prendront de la valeur pour le recruteur.

Par conséquent, plus le candidat se sera informé avant de venir à l’entretien d’embauche et plus le temps d’analyse de la candidature prendra le pas sur le temps passé à expliquer le poste et les activités de l’employeur. Dans ces cas-là, le recruteur a intérêt à vérifier l’étendue des connaissances du candidat sur la société avant de déballer tout ce qu’il sait lui-même.

Susciter la curiosité

Il peut aussi, volontairement, laisser des informations de côté pour tendre la perche au candidat et lui permettre de poser des questions. La curiosité du candidat sera autant satisfaite que celle du recruteur.

Plus l’étendue des connaissances sur l’entreprise par le candidat sera grande et plus la conversation sera productive pour les deux parties. Un candidat qui aura omis de se renseigner ou qui préfère garder ses informations pour lui se pénalisera vis-à-vis d’un autre candidat, capable de s’exprimer et de montrer son intérêt pour le poste et l’entreprise.

Il est même possible qu’un candidat apporte des informations au recruteur que celui-lui ignorait jusqu’ici. Un tel candidat augmente considérablement ses chances car le recruteur fera l’association entre l’information, surtout si elle est très pertinente, intéressante ou/et confidentielle, et celui ou celle qui la lui aura apportée.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

Sommaire :

1 La passion et l’enthousiasme
2 La richesse de la personnalité
3 La curiosité de bon aloi

4 Tout est dans le détail

5 La lumière intérieure et extérieure
6 Audace, ambition ou provocation
7 Les bonnes questions

En complément :

Faute du recruteur : 3. Avoir la certitude que 5 ou 6 « OK » = « extra ordinaire »
Entretien d’embauche : La prise de notes par le recruteur
Plus de questions à poser à un recruteur

À retenir pour le déroulement de l’entretien d’embauche
Le sourcing dans le recrutement 2.0
Les étiquettes professionnelles ou « t’es pas fait pour ça »

Autres emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :