10 risques quand une baie de serveurs est installée hors d’une salle informatique


Quels risques d’installer une baie de serveurs dans une salle non prévue pour cela ?

incendie d'un bâtimentAttention aux fausses économies !

Il est tentant pour une entreprise, surtout une start-up, de faire des économies sur les installations et l’équipement informatique.
Un des moyens est d’installer la baie qui contient les serveurs et les équipements qui les relient au reste des bureaux dans une pièce non conforme aux règles de sécurité.

Les principaux risques et les parades

Voici quelques-uns des risques les plus courants d’une telle installation, n’importe où sauf dans une salle informatique :

1. Le para-foudre

L’absence de para-foudre fait qu’en cas de court-circuit ou de foudre, les matériels les plus importants grillent.

2. Le plancher technique

Une baie ne doit pas reposer directement sur le sol de la pièce, mais sur un plancher technique ou être suspendue au mur pour les petites baies.

Dessous ce plancher, on trouve les câbles, les prises électriques qui relient la baie et/ou les matériels contenus dans la baie, au réseau électrique.

On y trouve aussi les détecteurs de fumée et parfois des détecteurs d’eau, en cas de début d’inondation. Cela arrive lorsqu’il y a des radiateurs à proximité.

Attention, il faut que le plancher supporte le poids de la baie toute équipée, contenu inclus, sinon il y a un risque de déformation du plancher de la salle.

3. La température

Un risque important est celui de la température car le matériel informatique dégage toujours un bon nombre de calories.

C’est pourquoi, une climatisation est nécessaire, pour garder une température constante, en sachant que les limites pour les serveurs, entre 10 et 50°C.
Au-delà, le matériel risque fortement d’être endommagé, notamment les disques durs. Des composants électroniques peuvent fondre et le feu peut prendre.

A l’inverse, si la pièce à une fenêtre et qu’il gèle à l’extérieur, le contraste thermique peut endommager le matériel.

4. L’hygrométrie

Le degré d’hygrométrie doit être le plus constant possible pour préserver le matériel.
C’est pourquoi, il y a moins de risques, dans une salle dédiée et protégée.

5. La protection incendie

Généralement, la protection incendie est assurée par un déclenchement automatique d’une alarme, qui laisse le temps aux personnes présentes de quitter rapidement le local, avant l’ouverture des bombonnes de gaz qui vont absorber l’oxygène de l’air.

C’est pourquoi, la salle doit être entièrement fermée, sans aucune ouverture comme une fenêtre ou le trou d’une serrure, sans compter mur, plafond et passage de câbles.

De plus, il vaut mieux prévoir des extincteurs spécifiques manuels d’une capacité suffisante pour éteindre un départ de feu sur du matériel électrique.
Pas question d’avoir de l’eau pulvérisée ni de poudre par exemple.
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

6. L’accès aux matériels et aux données

Autre risque très important dans le fait d’avoir une baie de serveurs dans un local non prévu à cet effet est l’accès aux données.

Seuls les techniciens sont habilités à manipuler ces matériels et à en contrôler l’usage.
Une personne extérieure, comme un visiteur, un vigile de nuit, un animal, un enfant, ou un employé en froid avec l’entreprise et la destruction des serveurs, de la baie, ou des données, etc. peut être volontaire ou involontaire.

7. La poussière

Le matériel informatique attire la poussière. Les saletés s’accumulent rapidement et vont boucher les systèmes de ventilation tant de la baie que des serveurs.

Poussières + chaleur = risque accru de dysfonctionnement et augmentation de la chaleur donc risque d’embrasement.

8. L’emplacement dans la salle

Une salle trop petite empêche l’accès sur tous les côtés de la baie, or il est indispensable de pouvoir accéder à toutes les faces d’une baie et donc d’avoir au moins 50 cm de libre sur chaque côté.

Outre l’utilité de cet espace pour les installations et les dépannages, il sert aussi à la dispersion de la chaleur à condition de ne pas l’occuper avec des produits inflammables, comme du papier, carton ou polystyrène.

9. La qualité de l’électricité

Une baie ou un serveur relié directement au réseau électrique sans la protection intermédiaire par un onduleur subit des micro-coupures et des variations dans le flux électrique.

10. L’assurance et le droit

Il est probable qu’en cas de sinistre, la compagnie d’assurance refuse d’intervenir si la salle où se trouve est non conforme aux normes de sécurité, et pire encore si sa présence est la cause du sinistre.

De plus, il est probable que le règlement intérieur du bâtiment où se trouve la baie avec les serveurs interdise une installation inappropriée, ce qui implique une responsabilité pleine et entière de l’entreprise fautive et déjà pénalisée par un sinistre.

Résumé

Les principaux risques sont :

  • des risques mécaniques : plancher, faux plancher, détecteurs de fumée ou/et d’eau, sécheresse ou humidité, température trop froide, trop élevé ou trop changeante, poussières, encombrement
  • des risques électriques et donc d’incendie ou d’électrocution (il faut intervenir avec un bracelet relié à la masse pour éviter les châtaignes et pire), de conduite de la foudre le long des câbles, de destruction totale ou partielle des équipements intermédiaires (switchs, etc.), d’étouffement par le gaz anti-incendie
  • des risques humains : destruction, vol, mauvaise manipulation, perte de données (la reconstitution des données informatisés passe par l’utilisation du papier, mais si c’est dans la même pièce, tout est détruit en même temps).

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

PCA ou Plan de Continuité d’Activité : Par quoi commencer pour un établir un ?
Conditions pour restaurer ses données
BYOD ou AVEC : Définition et limites

Sécurité informatique : L’audit des vulnérabilités
Protection de la salle informatique : Les mesures
Crise : pistes pour une réduction des coûts informatiques

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 17 Informatique
Récapitulatif 17 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Quels sont les caractères spécifiques de la structure par projet ?


Une structure par projet se définie parprofil chef de projet

L’objectif

La première caractéristique spécifique d’une structure par projet est l’objectif donné.

Dans une structure sans projet, on a une fonction et les objectifs déterminés par la description du poste que l’on occupe.
Ils sont fixes, en théorie, pour tout le temps que l’on passe dans l’entreprise à ce poste.

Dans une structure avec projet, on a une mission et les objectifs sont déterminés par le but de la mission.
Chaque mission est différente et sa place dans la mission est fixe pour la durée de la mission.

L’équipe

Une autre caractéristique d’une structure par projet est la composition de l’équipe de projet.

Une fois que le chef de projet est nommé, il nomme à son tour ses équipiers en fonction des compétences et des affinités, sans se préoccuper de leur position hiérarchique.

Une équipe « qui marche » est une équipe équilibrée pour la partie connaissance et savoir-faire et dont les membres s’entendent suffisamment bien pour travailler de concert pour le bien commun, celui de l’entreprise et le sien propre, car si l’équipe échoue, ce sont tous les membres qui sont pénalisés et pas seulement le responsable, comme dans une structure verticale ou sans projet.

Les moyens

La projet a un objectif, une équipe et des moyens.

L’objectif doit être atteint dans une période qui commence par la nomination du chef de projet et se termine quand il est atteint ou quand la date de fin prévue est atteinte.

Les moyens humains sont regroupés et oeuvrent soit du début à la fin du projet, soit ponctuellement en fonction du besoin au cours du projet.

Les moyens matériels et financiers sont également limités.
Un budget est alloué pour réaliser le projet et les dépenses doivent le respecter.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :
9 conseils pour atteindre et tenir ses objectifs
Mode d’emploi de la Gestion de projets
Rôle des acteurs majeurs dans un projet

Le Cloud computing : un nouveau business modèle pour réduire le TCO informatique
Crise : pistes pour une réduction des coûts informatiques
A savoir sur la gestion des ressources pour un chef de projet

Autres Management :

Récapitulatif 17 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Si vous pouvez le faire en 2 minutes, faites-le maintenant


Si vous pouvez le faire en 2 minutes, faites-le maintenant

maintenant en plusieurs languesIl est très facile de perdre du temps. Beaucoup plus que d’en gagner.

Dans une journée, il y a ce que l’on a prévu de faire et ce que l’on fait.

Comme nous sommes des êtres humains, nous vivons en communauté. Nous agissons en commun, notamment au travail et en famille.

Quel que soit son degré de sociabilité, nous sommes influencés par les autres et nous les influençons à notre tour. Ce qui est évoqué ici sont les interactions des uns envers les autres et non les influences d’opinion.

C’est ainsi que nous devons répondre aux sollicitations des autres, qu’ils s’appellent chef, collègue, collaborateurs, ou conjoint (e), enfant, voisin, par exemple, ou encore client, fournisseur, fonctionnaire.

Maintenant ou plus tard

Lorsque l’on est sollicité, que l’on sollicite, l’action est cours est interrompue ou vient de se terminer. Avant de commencer la suivante, il faut s’imaginer le temps qu’elle va prendre.

Lorsque l’action à mener est rapide, en moins de 2 minutes, alors exécutez-la. Inutile d’attendre, de la repousser à plus tard.

En effet, reprendre ou démarrer une activité, c’est recommencer à se mettre au courant de ce qu’il y a à faire.
« Se remettre dans le bain » implique de passer moins de 2 minutes à se remémorer ce qu’il y a à faire.

Alors pourquoi perdre ces précieuses minutes ?

Autre conséquence d’une action rapide : Plus besoin de la planifier à nouveau. Terminée l’action, place à l’action suivante.

Évidemment, il peut y avoir une suite à l’action menée. Peu importe le moment où elle est exécutée, elle aura la même suite à donner.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quelques bonnes résolutions à partir de maintenant
IST : La prévention contre les infections sexuellement transmissibles
Pour bien parler : respirez correctement

Chômage, argent et restrictions
Productivité : Utilisez un code couleur pour vos tâches
BYOD ou AVEC : Définition et limites

Autres Organisation:

Récapitulatif 17 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Régime injuste : Je suis un être humain frustré


Comme c’est frustrant

pèse-personneC’est toujours quand je dis :
Je suis, moi aussi, un être humain,
que ma balance s’en mêle et crie :

Un et demi !

Source : Brigitte.de

Traduction par Philippe Garin
phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

L’inefficacité de Franz Schubert
Maigrir : Des promesses, toujours des promesses
Pour un ventre plat

Mot d’enfant : la logique de la grossesse
Tenir la maison à deux
Entretien d’embauche : des questions très inattendues

Autres Humour :

Récapitulatif 17 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

IDIC : le symbole de la philosophie vulcaine (Star Trek)


IDIC est un acronyme

Infinie diversité dans d'infinies combinaisons

Il signifie, à l’origine de Star Trek :

Infinite Diversity in Infinite Combinations

ou

Infinie diversité dans d’infinies combinaisons

Une invention de Gene Roddenberry

Lors de la création de la première série de Star Trek, Gene Roddenberry, a inventé le sigle et sa signification.

En réalité, il cherchait surtout un objet de merchandising.

Avec le temps, l’acronyme est devenu, auprès des fans, le symbole de la philosophie qu’il représente

Infinie diversité dans d’infinies combinaisons

L’Univers est tellement grand, le nombre de peuples est tellement important qu’il est impensable de refuser la différence.

Ce qui fait la force et la clairvoyance des peuples civilisés est d’accepter que d’autres ont les mêmes droits et les mêmes devoirs qu’eux-mêmes.

La maturité de chacun passe par la reconnaissance de la diversité et d’acceptation des différences. Toutes les créatures vivantes doivent être respectées sur un même pied d’égalité, à plus forte raison lorsqu’il s’agit de créatures intelligentes.

Plus près de nous, c’est le symbole de la tolérance, appliquée à tous les humains.

Star Trek et ses dérivés sont propriétés de Paramount Pictures (CBS)

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pourquoi la Science Fiction dans ce blog
L’univers Star Trek
La philosophie Star Trek

Das Kind – L’enfant
Les 10 principes du Pacte Mondial des Nations-Unies
Règles pour être un humain

Autres Science-Fiction et Bien-être :

Récapitulatif 4 Bien-être
Récapitulatif 5 Bien-être
Récapitulatif 10 Bien-être
Récapitulatif 10 Science-Fiction

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Science-Fiction et Bien-être de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Le sage et l’absurde


Anatole France nous dit :

Anatole France

« Il est dans la nature humaine de penser sagement et d’agir de façon absurde« 

La sagesse

La sagesse caractérise une personne qui est en accord avec elle-même et avec les autres en accordant ses actes à ses paroles.

C’est aussi le principe de congruence dans la communication, de justice par rapport à une action en désaccord avec la morale et les moeurs.

Le sage est celui ou celle qui prend des décisions raisonnables.

L’absurdité

L’absurdité est ce qui est contraire à la logique. C’est la difficulté à comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Un comportement absurde est un comportement inattendu, voire irrationnel.

1er Exemple concret : La procrastination

La procrastination est l’attitude qui consiste à repousser à plus tard une action que la raison nous dit de mener sans attendre. Et pourtant, on le fait.

C’est ainsi que

  • se rendre chez le dentiste,
  • trier ses papiers,
  • poster une lettre
  • payer ses impôts,
  • rendre visite à un membre de sa famille,
  • postuler à un poste alors qu’on est au chômage,
  • etc.

sont des actions que l’on SAIT devoir faire, et que beaucoup d’entre nous repoussent à plus tard. Absurde, non ?

2ème Exemple concret : Le mensonge

Le mensonge des enfants envers un adulte ou le mensonge d’un adulte envers un enfant, est un faux-ami.

Il est facile de se débarrasser d’une question qui dérange lorsqu’elle est posée par un enfant : un petit mensonge et hop, on passe à autre chose.

Coup dur pour l’enfant, quand il découvre ce qu’il en est de la petite souris, du Père Noël et autres « Choux » et « Roses » comme lieux de naissance !

De même, l’enfant sait qu’il dit une « bêtise », en fait une absurdité, quand il (ou elle) « invente » une réponse à une question posée par un adulte.

Le mensonge entre enfants ou le mensonge entre adultes ne sont pas toujours absurde. Bien que, parfois…

Et vous ?

Êtes-vous toujours sûr (e) d’agir avec logique et en accord avec vos pensées ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les 4 facteurs influençant les comportements
Définition des critères d’exigence dans le domaine du Comportement de manager
Critères de jugement du personnel

Prise de décision 10 méthodes
Analyse préalable de l’activité de décision
Prise de décision : L’heure du doute et de la remise en question

Autres Emploi, Management et Organisation :

Récapitulatif 10 Emploi
Récapitulatif 10 Management
Récapitulatif 10 Organisation

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Emploi, Management et Organisation de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les 4 facteurs influençant les comportements


Les 4 facteurs influençant les comportements

comportement du chien ou du maîtreLes comportements sont les manifestations de l’humain effectivement observées et qui ont des incidences sur son environnement physique et social.

Les comportements se caractérisent par leur nature conjoncturelle et par leur relative instabilité.
Un même individu peut obéir à cinq logiques de comportements selon les situations dans lesquelles il est placé et suivant la nature des problèmes auxquels il est confronté.

Les cinq logiques de comportement sont les suivantes :

  1. Logique individuelle, on se comporte selon sa personnalité
  2. Logique de groupe d’activité, selon son service, son agence, son équipe
  3. Logique catégorielle, selon sa catégorie professionnelle
  4. Logique de groupe d’affinité ou groupe de pression
  5. Logique collective, un ensemble de personnel réagissant « en bloc » devant une menace grave

Les comportements résultent de quatre facteurs principaux :

  1. Les caractéristiques de l’individu
  2. Les caractéristiques structurelles de l’environnement
  3. Le cycle de vie de l’individu
  4. Les phénomènes conjoncturels de l’environnement

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Organisations de son travail personnel
Guide méthodologique de mon organisation du travail personnelle
L’impact des couleurs sur le subconscient

Avant d’entreprendre un travail, je me demande
Même mot de passe partout Une mauvaise idée
Les 6 erreurs humaines d’après Cicéron

Autres Organisation, Bien-être et Management :

Récapitulatif 5 Organisation
Récapitulatif 1 Bien-être
Récapitulatif 1-1 Management
Récapitulatif 1-2 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :