Cybercriminalité : 5 règles de protection


Que puis-je faire pour me protéger ?

protection tout le mondeComme tout le monde est concerné par les attaques de cybercriminels, il faut être vigilant et mettre en œuvre un maximum de protection

Voici 5 séries de règles pour protéger vos données, vos programmes et vos matériels.

1 Mieux vaut prévenir que guérir

Mettez en place des mesures de protection : anti-virus, mots de passe, pare-feu et plan de reprise en cas de sinistre, quelle que puisse en être sa forme.

Désignez un responsable de la sécurité, dans votre entreprise.
Informez votre personnel ou/et ceux qui vivent dans votre foyer, des comportements à risque et des bons comportements face à la menace.

2 Sauvegarde et reprise

Tous les jours, pour les entreprises, ou toutes les semaines pour les particuliers, dupliquez vos données dans un système de sauvegarde, serveur, ordinateur ou simple disque dur externe.

Testez la restauration des données, c’est-à-dire effectuez un transfert de votre sauvegarde vers votre ordinateur ou serveur d’entreprise pour vérifier que la sauvegarde s’est bien passée et que toutes vos données ont bien été sauvegardées, mots de passe inclus

3 Soyez vigilants Internet et messagerie

La plupart des attaques ont lieu à travers des mails ou des pages visitées sur Internet.

Dès qu’un message vous semble suspect, ou systématiquement, regardez qui vous envoie un message, mail ou SMS.

Vérifiez auprès de l’organisme qui vous contacte, par téléphone, si la demande d’informations confidentielles est bien de son fait.
Il y a de fortes chances que vous évitiez une attaque par ce biais.

Mettez à jour votre système, automatiquement de préférence. Ces mises à jour contiennent des correctifs qui bouchent les failles de sécurité détectées tous les jours.

Évitez d’ouvrir une pièce jointe sans précaution, c’est-à-dire sans en connaître l’origine.

4 Une authentification forte

Un mot de passe est assez facile à découvrir pour un pirate, c’est pourquoi il est préférable de mettre en place une authentification forte.

Il s’agit d’utiliser des moyens différents pour s’assurer que la personne qui veut entrer dans votre système d’information est bien autorisée à la faire. Pour cela, un SMS sur son téléphone portable complète l’accès par mot de passe.

Complexifiez le mot de passe. Plus un mot de passe est long et complexe et plus le pirate met de temps pour le découvrir.

5 Surveillez vos matériels

Le smartphone ou la tablette, le machin qui vous écoute et qui vous parle sur votre table, une clé USB, sont tous des matériels qui peuvent être piratés.

Ils doivent donc être tous protégés, notamment du vol physique ou d’attaque par virus.

Vos informations transitent par Wifi ou par câble. Les interceptions de communication sur Internet existent et sans que vous en soyez alerté.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Alerte au piratage 1/2
Sécurité smartphone : Danger avec les paiements par téléphone
Consentement des utilisateurs pour les cookies : C’est quoi ?

Recrutement en ligne : Attention cheval de Troie
Conditions pour restaurer ses données
PCA et PRA : L’analyse des enjeux et des besoins

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 19 Informatique
Récapitulatif 19 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Cybercriminalité : Ça concerne tout le monde


Tout le monde est concerné

pirate informatiqueTous les jours, nous apprenons que des entreprises sont attaquées par des pirates informatiques, appelés aussi hackers.

Tantôt, un virus s’est introduit dans votre système d’information, tantôt des données ont été dérobées.

Moi aussi

Les grandes entreprises sont très bien protégées, car elles sont la cible principale des attaques.

Cela a mené les criminels à revoir leurs cibles. De plus en plus, les PME sont leurs victimes, de même que les particuliers.

Pour les particuliers, il s’agit surtout de vols de données personnelles, notamment à cause du phishing, technique qui consiste à faire croire à une menace ou à une pseudo-bonne nouvelle, pour forcer le particulier à donner des informations confidentielles, notamment l’accès à son compte en banque.

Pour les entreprises de taille moyenne ou les petites entreprises, c’est la technique du rançongiciel qui est le plus utilisée. Le malfaiteur introduit un virus qui va crypter tout le contenu du disque dur et promet de transmettre la clé de décryptage contre une rançon.

Que puis-je faire pour me protéger ?

La réponse se trouve dans le prochain article, qui vous donne 5 règles de protection

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Alerte au piratage 2/2
Salle informatique ou salle serveur : Quels risques sanitaires ?
Gestion des risques : Le tableau ROAM

Sécurité informatique : Les scénarii de risques
Les risques du téléchargement et quelques principes utiles
Tolérance de pannes : En plus du RAID

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 19 Informatique
Récapitulatif 19 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Alerte au piratage 1/2


Se protéger des pirates

protection informatiqueDans tout système de protection des données informatiques, il y a un facteur à prendre en compte, car c’est celui qui offre la plus grande faille de sécurité :

L’être humain.

L’accès illégal à l’information se fait par l’une ou l’autre des deux grandes catégories de piratage :

  1. Par des moyens techniques
  2. Par des moyens humains

Les plus efficaces sont la ruse et la tromperie.

C’est pourquoi, la protection des systèmes d’informations en mettant en place toute une batterie de logiciels est coûteuse, fastidieuse à mettre en place, et souvent inutile devant les erreurs humaines que commet l’utilisateur.

1 Le virus

Un virus informatique est un code qui se cache à l’intérieur d’un autre code informatique, d’un programme ou d’une photo.

Pourtant, le plus souvent, il est facile d’introduire un virus à l’intérieur d’un lien.
Le pirate envoie un message dans la boite-aux-lettres d’un utilisateur.

Celui-ci clique dessus, souvent en pensant ouvrir un fichier ou accéder à un site.
Sauf qu’il déclenche ainsi le code qui va transférer ses codes d’accès à son ordinateur.

Ainsi, les meilleurs pare-feu vont laisser passer le faux utilisateur qui aura laissé le pirate usurper son identité.

2 Le phishing ou le jeu

Le pire est quand, abusé, l’utilisateur va donner, de lui-même, ses codes et ses informations confidentielles au pirate. C’est le phishing ou hameçonnage.

Le faux site va collecter les informations. Il ressemble au vrai site, avec une URL proche.
Le vice va même jusqu’à envoyer le malheureux utilisateur vers le vrai site, juste après avoir recueilli ses informations.
Ni vu, ni connu.

Plus encore sur les smartphones que sur les ordinateurs, l’attrait du jeu est piégeant.

Un clic pour lancer un jeu, un quiz, un diaporama, etc. et voilà le piège se refermer et le pirate satisfait.

3 La clé USB ou Le câble

C’est devenu un classique de l’erreur humaine.

Un pirate met un logiciel espion ou un virus sur une clé USB.
Puis, il la dépose dans la rue ou sur un parking, de préférence là où il sait qu’il va pouvoir disposer d’informations souvent confidentielles.

L’utilisateur ainsi visé, trouve la clé, et, par curiosité, va l’introduire dans son ordinateur.
Ni une, ni deux, le programme pirate se déclenche dès cette introduction, sans aucune autre intervention manuelle de l’utilisateur.
Adieu les données confidentielles.

Moins commun, et tout aussi efficace est le câble de connexion piégé.

On se fait prêter un câble pour se connecter au réseau, souvent à l’extérieur de son organisation ou de chez soi, et voilà le travail : Le câble contient un dispositif ou un logiciel, qui va enregistrer et transmettre au pirate les touches sur lesquels vous appuyer.

Le plus solide mot de passe est fourni en clair.

4 Le piratage par Wifi

La borne Wifi est facteur de piratage.

Contrairement aux indications du mode d’emploi, les ondes diffusées par la borne sont captées à plusieurs centaines de mètres de distance.

Un pirate avec le matériel adéquat voit, en temps réel, tout ce que l’utilisateur voit sur son écran.
Un classique de l’espionnage.

La suite dans ce second article.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Mot de passe : En changer tous les combien ?
Sécurité informatique : Supprimer les  » faux positifs « 
Investigations ou la preuve électronique

Compétences numériques : Sécurité informatique
Sécurité informatique : Les scénarii de risques
Sécurité des données : Les 7 points capitaux du comportement responsable

Autres Informatique et Sécurité  :

Récapitulatif 19 Informatique
Récapitulatif 19 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Comment reconnaître un mail de phishing ou frauduleux


Comment reconnaître un mail de phishing ou frauduleux

phishing ou hameçonnageLe phishing est cette pratique des escrocs sur Internet qui consiste à vous soutirer vos codes d’accès bancaires et vos informations personnelles pour vous voler.

Le voleur vous envoie un message, par mail ou SMS, en vous faisant croire que vous avez un problème quelconque ou que vous avez gagné une grosse somme d’argent.

Le plus dangereux est de vous faire croire que le message provient d’un site que vous connaissez, par exemple une administration, un fournisseur, une personne que vous connaissez.

Le message ressemble tellement à un vrai que vous y croyez et que vous y répondez.

Les signes sont pourtant là

Plusieurs signes permettent de repérer les mails ou SMS frauduleux :

1 Le contenu de message lui-même

Si le message vous paraît peu crédible, ou, si vous pensez avoir vos affaires en ordre, alors « pourquoi » vous écrirait-on ?

Les offres mirobolantes, les menaces, les fausses erreurs de facturation ou de remboursement sont autant de signes d’alerte.

2 L’objet du message

Souvent lié au contenu, l’objet du message peut déjà alerter.

Un simple « tiens, c’est quoi ça ? » dans votre tête et c’est la méfiance qui doit vous venir à l’esprit.

3 L’expéditeur de message

Un coup d’œil sur l’adresse mail de l’expéditeur permet de savoir qui envoie vraiment le message.
Celle des voleurs est toujours différente de l’adresse du « vrai » expéditeur.

Ce peut être une adresse très proche ou/et en provenance d’un autre pays.

4 Le lien à ne surtout pas cliquer

La curiosité est une qualité. C’est malheureusement un défaut en matière de sécurité informatique car un message pour vous piéger contient toujours un lien.

En passant le pointeur de votre souris par-dessus le lien, sans cliquer, vous découvrez le site vers lequel le lien vous envoie.
S’il s’agit d’un site différent de celui de votre expéditeur respectable alors c’est un nouveau signe d’une tentative d’escroquerie.

Et si j’ai répondu quand même

Si vous vous êtes rendu compte trop tard qu’il s’agissait d’un vol d’identité, les 3 actions suivantes sont impératives.

1 Avertir votre banque

Seule votre banque peut annuler des transactions frauduleuses.

Indiquez le plus précisément possible, le jour et l’heure où vous avez fourni vos informations bancaires au voleur.

Surveillez vos relevés de compte de très près.

2 Portez plainte

Rendez-vous au plus proche poste de la police nationale ou de la gendarmerie pour déposer plainte.

Emmenez une copie de l’échange de message que vous aurez imprimé pour l’occasion ou emmenez votre smartphone pour montrer l’échange de SMS.

En plus, vous pouvez porter plainte aussi sur le site internet-signalement.gouv.fr qui enregistre les plaintes, surtout lorsque l’escroc se trouve à l’étranger car cette plainte arrive chez Interpol.

3 Changez vos mots de passe

Plus vite vous changerez vos mots de passe et plus vous multiplierez les barrières contre d’éventuelles arnaques supplémentaires.
Le voleur d’informations les revend à des réseaux de pirates du web.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :
Déposer plainte sur Internet pour escroquerie
Internet-signalement.gouv.fr : mode d’emploi en images
Pour créer un mot de passe sécurisé : Quelques règles

Grooming : Attention les jeunes !
Même mot de passe partour : Une mauvaise idée
Signaler un problème de consommation via SignalConso

Autre Sécurité :

Récapitulatif 19 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :