Le Kaizen : Difficile à mettre en place ?


Le KaizenKaizen

Cela serait une grande satisfaction en ce qui me concerne si j’étais en mesure de donner une seule réponse à la question suivante :

« Pourquoi est-ce si difficile de mettre en place la philosophie de l’amélioration continue (Kaizen en japonais) au sein d’une entreprise ? ».

Nous apprécions tous d’être en mesure d’expliquer simplement des faits complexes.

Mauvaise nouvelle, ce n’est pas aussi simple que cela parait, bonne nouvelle, ce n’est peut-être pas très complexe non plus.

Un point sur lequel nous devons être d’accord dès à présent : pour qu’une personne soit en mesure de réaliser quelque chose, elle a besoin de connaître comment le réaliser et – très important – avoir la volonté de le réaliser. La première partie n’est pas très difficile, en revanche avoir la volonté de le réaliser nécessite que nous portions de l’attention sur les facteurs de motivation.

A considérer

Voici un certain nombre d’éléments qui doivent être impérativement pris en considération lors de la mise en place d’une Philosophie d’Entreprise au sein de l’organisation.

Peu importe l’appellation, résolution de problèmes, amélioration continue, Kaizen, choisissez celle qui exprime le mieux votre projet.

Ces éléments ne sont pas exhaustifs, et très certainement, cette réflexion vous amènera à en considérer d’autres au fil du temps. Néanmoins, cette liste constitue une base raisonnable et solide.

  • Outils et Formation
  • Les Valeurs de l’entreprise
  • La Culture de l’entreprise
  • Les objectifs des collaborateurs
  • Les évaluations des collaborateurs
  • Plus de travail ?
  • Le profil des candidats ; vocabulaire ; construire le consensus ; l’idée du mois
  • Un champion de la philosophie de l’entreprise

C’est en conclusion très loin d’être exhaustif, et sans hiérarchie particulière. Ce sont simplement des éléments à prendre en compte et qui peuvent vous être utiles.

Par Philippe Gaultier

Du même auteur :

Image de Marque personnelle : Définition et concept
Bâtir l’Expérience Client 3/3 : L’ingénierie inversée et Kaizen
L’âge, véritable handicap pour l’emploi ?

Pour en avoir plus :

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

En complément :

La méthode des 5S
Méthode Six sigma
Méthode Lean ou supprimez l’inutile : Gestion de la qualité

Roue de Deming ou Méthode PDCA
Méthode SCORE ou Chercher les causes profondes
Méthodes et outils de résolution de problèmes

Autres Organisation :

Récapitulatif 11 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Incompétence ou 10 conseils pour faire face aux critiques


En entreprise, avoir du culot pour masquer son incompétence

est un art que certain (e)s maîtrise (nt) particulièrement bien.

Voici 10 conseils pour vous en sortir, par Philippe Gaultier

Incompétence : c'est pas moi, c'est luiIncompétences en 10 règles

Je vais partager avec vous les meilleures règles qui permettent à l’ignorance d’atteindre des sommets inattendus. Je suis sûr que vous en reconnaîtrez certaines, pour avoir côtoyé des personnes se présentant comme des professionnels à part entière, bien qu’en réalité ils ne sont que de vulgaires débutants sans qualité particulière. Les points suivants sont à mon avis les plus marquants :

1. « Accuser les autres »

Quoi qu’il arrive, il y aura toujours quelqu’un pour faire porter le chapeau de tous les maux sur autrui, quel que soit le niveau de responsabilité. Dans l’argot des inutiles, cette règle s’appelle « détourner la conversation », qui inclut « le chien a mangé le rapport que j’avais préparé », un grand classique du genre.

2. « S’approprier et tirer parti du résultat des autres »

C’est la règle essentielle pour monter très haut en laissant ceux d’en bas se plaindre sans cesse de notre incompétence. Dans l’argot des inutiles, cela s’appelle : « Porter les médailles des autres ».

3. « Ce n’est pas moi, je n’ai rien fait »

Même filmé en train de commettre le crime du siècle, niez tout en bloc. Il sera toujours possible de penser qu’il s’agit en fait d’une machination complexe que votre pire ennemi aura préparée pour remettre en question votre honnêteté.

4. « Ne pas faire face aux responsabilités et éviter les déclarations »

N’essayez jamais de vous défendre si vous avez fait quelque chose de mal. Ils vous accuseraient de choses que vous n’auriez même pas pensé. Le mieux est d’éviter les déclarations et réciter une ligne : « Je n’ai rien fait. C’est un complot contre mon honnêteté et mes résultats ».

5. « Chercher des faux témoins pour appuyer le mensonge »

Il y a toujours un ami distrait, un qui n’attend que d’être de votre côté, disposé à déclarer n’importe quoi et consolider votre mensonge. Il est toujours important d’en avoir un sous la main.

6. « Laisser les autres témoigner pour vous »

Si n’avez pas d’autres choix et que vous ne pouvez pas appliquer la règle 4, les choses vous iront bien mieux si d’autres personnes témoignent pour vous. En complément de la règle antérieure sur les témoins, essayez maintenant de faire que des personnes déclarent en votre faveur, de préférence des individus un peu soporifiques, car ils finissent par ennuyer tellement qu’on ne prête plus attention à ce qu’ils disent.

7. « Faire témoigner un avocat en votre faveur »

Si le point précédent ne donne pas de résultat, faites appel à un avocat qui répond par des tergiversations et des contradictions.

8. « Vous inventer un rôle de Saint »

Si en fin de compte vous devez dire quelque chose, il est important d’avoir raconté une histoire crédible qui vous élève au rang d’Esprit Saint et amène tout le monde à penser qu’en aucun cas vous n’agiriez de telle façon.

9. « Jeter des pierres sur le toit de l’ennemi »

Quelqu’un veut nous pousser sur les cordes ? Pour autant saint que l’opposant soit, il ou elle aura bien un côté sombre. Trouvez ce côté sombre et assenez avec force jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucun doute qu’il s’agit d’une personne pire que le diable.

10. « Inventer un complot »

Si quelqu’un est parvenu à vous pousser sur les cordes et que, malgré tout, vous n’êtes pas arrivé à détruire l’opposant, il ne reste plus d’autre option que de créer un écran de fumée. Les histoires les plus populaires sont ceux qui font mention du viol ou du harcèlement envers une femme, car il est toujours facile de recueillir de nombreux répète-jacquot absurdes.

J’aime particulièrement parler de choses positives mais, parfois, il est important de mentionner les mauvaises pratiques car, qu’on le veuille ou non, il s’agit des premiers usages que nous devons éviter. Aucun n’est sorti d’Internet ou d’un livre quelconque. Je les ai tous souffert moi-même à un moment ou à un autre, dans des procédures légales ou des attaques.

À ce sujet, je recommande le livre de Fernando Trías de Bes, « Little Black Book of Entrepreneurship », où il mentionne les grosses erreurs de nombreux entrepreneurs, puisque l’on apprend bien plus des erreurs que des réussites. Fidèle au style de Fernando, je serai en mesure d’éditer l’ouvrage « Le livre noir de l’entraîneur » (ou du politicien, ou du banquier, substituez l’intitulé par celui que vous voulez) ; les exemples d’incompétents ne manquent pas.

Soyez prudent car, ces derniers temps, les ignorants semblent réussir particulièrement.

 Philippe Gaultier

Du même auteur :

Bâtir l’Expérience Client 1/3 : une démarche, un parcours
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche
Concentrez vous sur les choses importantes plutôt que de rester concentré
L’âge, véritable handicap pour l’emploi ?

Présenté par Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :
Comment faire passer mes idées en 8 étapes
Comment utiliser le succès d’un concurrent : démonstration par Microsoft
Les bruits qui courent ou pourquoi parvient-on à autant de rumeurs

Management participatif : comment ça marche, points forts, points faibles
Management : Etre informé à temps pour agir (vu par Machiavel)
Management : 8 différences entre la France et l’Allemagne

Autres Communication et Management :

Récapitulatif 11 Communication
Récapitulatif 11 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Image de Marque personnelle : Définition et concept


Qu’est-ce que notre image de marque ?

image de marque : Boosteremploi

Notre, Votre image de marque personnelle, c’est tout ce qui vous concerne et la manière dont vous vous comportez.

C’est : Qui êtes-vous ? Vos valeurs ; Vos croyances ; Vos compétences ; Votre expérience et votre comportement. C’est ce que vous laissez lorsque vous quittez une pièce, ce que les gens disent de vous quand vous n’êtes pas là.

Ma marque, c’est Moi

« La Marque vous appelle »

citation de Tom Peter en 1997.

Quel que soit l’âge, quelle que soit sa position, quel que soit le milieu dans lequel nous évoluons, nous avons tous besoin de comprendre l’importance de la Marque. Nous sommes les patrons de nos propres entreprises : Société « MOI ».

Pour être dans la course aujourd’hui, la tâche essentielle est d’être le marqueteur de votre Marque, c’est-à-dire Vous !

Le succès d’une marque

Une Marque qui rencontre le succès, c’est d’abord une marque qui est vraie vis-à-vis d’elle-même, et qui sait définir son identité.

Jetez un coup d’œil à Coca Cola, Chanel, Amazon. Ils savent parfaitement définir les points spécifiques qui les différencient ainsi que l’image qu’ils véhiculent.

Sa propre image, c’est la même chose ou presque. C’est le fait d’être clair sur qui vous êtes, et quelle image vous projetez. La clé de votre image c’est l’authenticité.

Forces et valeurs

Un concept psychologique dans lequel une personne obtient de la gratitude et es émotions positives en s’exerçant à signer avec ses forces et ses valeurs. C’est en démontrant en permanence vos forces et vos valeurs dans toutes les choses que vous réalisez

Si vous faites ceci, vous avez l’énergie, vous serez influent et engendrerez la confiance.

Si vous n’êtes pas authentique, vous trouverez cela très vite fatiguant pour ne pas dire épuisant.

Vous et votre marque

« Une marque, c’est l’addition de l’ensemble des fonctions perçues et des aspects émotionnels d’un produit ou d’un service »

de Alan Bergston et Danielle Blumenthal

Développer votre marque, c’est simple bien que cela ne soit pas facile. C’est une question de temps.

Tout l’art consiste à savoir qui vous êtes, la manière dont vous fonctionnez, sans omettre ce que vous souhaitez devenir.

Une fois que ces points ont été identifiés et définis, vous serez en mesure d’être en phase avec le monde qui vous entoure

Par Philippe Gaultier

Du même auteur :

Bâtir l’Expérience Client 2/3 : Objectif et Pertinence
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche
Concentrez-vous sur les choses importantes plutôt que de rester concentré

Présenté par Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Votre image de marque pour votre recherche d’emploi
Dépôt de bilan : rebondir
Le typosquatting condamné par la cour d’appel de Paris

Votre e-réputation sur le Web 2.0
Logo : 12 caractéristiques d’efficacité
Leçon de marketing

Autre Emploi et Bien-être:

Récapitulatif 11 Bien-être
Récapitulatif 11 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Bâtir l’Expérience Client 3/3 : L’ingénierie inversée et Kaizen


L’Expérience Client L’ingénierie inversée

L'Expérience client ExcellenceUn aspect important du management par les processus est l’amélioration continue (Kaizen en Japonais). Mettre en place la philosophie de l’amélioration continue, c’est pour l’entreprise l’assurance qu’elle sera en mesure de répondre aux marchés qui évoluent sans cesse et aux aspirations des clients.

Sommaire :

Plus qu’une formule : « Une véritable démarche »
Objectif et pertinence

L’entreprise se doit d’apporter une évolution constante à sa relation avec le client. Elle doit articuler sa vision articuler sa vision et les stratégies qui en découlent à partir de la perception par le client, et ensuite concentrer les améliorations des processus en direction de lExpérience Client et du succès (avec les produits et services de l’entreprise).

En travaillant avec les données clients, les analyses qui en découlent, les entreprises peuvent tire profit de « l’ingénierie inversée ». C’est-à-dire partant des aspirations des différentes catégories de clients, et utiliser le résultat de ces investigations pour définir comment l’entreprise doit se comporter à travers les processus, l’organisation, la technologie, afin de délivrer une Expérience Client optimale et des résultats à succès.

En portant une attention permanente sur l’Expérience Client, l’entreprise contribuera à maintenir les collaborateurs, les processus, les pratiques, la technologie dans le cercle vertueux de l’évolution continue gage d’une excellente relation avec le Client au cours du temps.

En aucun cas, l’excellence de la Relation Client, tout comme la parfaite intégration des processus de gestion ne doivent prendre place après la réflexion sur l’exécution des tâches.

En conclusion

Peut-être, que ce que je viens d’écrire n’est pas magique du tout.
Peut-être est-ce simplement du bon sens.

Rappelons-nous simplement que nos clients sont la base de tout.
Sans client, l’entreprise n’est rien !

Par Philippe Gaultier

Présenté par Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Amélioration : 10 principes pour être efficace en entreprise et ailleurs
Actions d’amélioration au sein d’une entreprise
La méthode des 5S

Faute du recruteur : 4. Organiser un entretien improvisé à plusieurs
Faute du recruteur : 5. Suivre scrupuleusement un script pré défini
Faute du recruteur : 6 Prenez du recul
Faute du recruteur : 7. Ne pas vérifier auprès des autres

Autres Management, Emploi et Organisation :

Récapitulatif 10 Management
Récapitulatif 10 Organisation
Récapitulatif 10 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Bâtir l’Expérience Client 2/3 : Objectif et Pertinence


L’Expérience Client : Objectif et Pertinence

L'Expérience client PertinenceAu lieu de gérer la perspective Client seulement à partir d’un produit, d’un service de l’entreprise ou d’un département, la plupart des systèmes internes devraient ajouter une dimension encore plus large comme celle de l’Expérience Client et des Clients ambassadeurs de l’entreprise (ou de la Marque).

Sommaire :

Plus qu’une formule : « Une véritable démarche »
L’ingénierie inversée

Le processus joue un rôle clé dans l’apport de ces dimensions et il va permettre d’atteindre l’objectif avec pertinence.

En interne cela se caractérise par des fonctionnalités transversales, des équipes de plusieurs départements pour élaborer, définir, et mettre en place les stratégies clients, les traduire en processus. Cette démarche va véritablement fédérer l’entreprise.

Les entreprises qui laissent prospérer des solutions séparées, des processus en silos, et ce pour chaque catégorie de client ne manqueront pas d’affaiblir la faculté de répondre à leurs clients.

Finalement cela conduira à un sentiment de frustration, puisque l’entreprise n’est pas en mesure de proposer une Expérience Client et ce quels que soient les canaux utilisés.

Ces entreprises, n’ont probablement pas encore élaboré une stratégie de l’Expérience Client, et encore plus certainement, développé des solutions spécifiques pour chaque canal, sans tenir compte de la nécessité d’une intégration harmonieuse dans les processus, les stratégies et la vision.

Par Philippe Gaultier

Présenté par Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Définition de l’effectivité et définition de l’efficience
L’analyse de décision orientée objectifs (ADOO)
9 conseils pour atteindre et tenir ses objectifs

Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche
Faute du recruteur : 1. Considérer que la timidité signifie incapacité à
Faute du recruteur : 2. Élargir le champ des possibilités
Faute du recruteur : 3. Avoir la certitude que 5 ou 6 « OK » = « extraordinaire »

Autres Management, Emploi et Organisation :

Récapitulatif 10 Management
Récapitulatif 10 Organisation
Récapitulatif 10 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Bâtir l’Expérience Client 1/3 : une démarche, un parcours


L’Expérience Client : une démarche, un parcours

Plus qu’une formule : « Une véritable démarche »

L'Expérience client démarchePour ceux qui travaillent en gérant via les processus, c’est une seconde nature que de détricoter les activités et les initiatives de l’entreprise.

Sommaire :

Objectif et Pertinence
L’ingénierie inversée

En les convertissant en processus de support et en évaluant leur bien fondé et leur efficacité, il sera aisé de déterminer si ces activités ou initiatives ont la capacité à accomplir la tâche demandée.

Cependant, la perception beaucoup de collaborateurs au sein d’une entreprise se résume aux activités et initiatives, et ils ne réalisent pas que les processus sont essentiels pour faire en sorte que les choses se réalisent.

Les initiatives, qui sont souvent entourées d’un fort battage sont bien difficile à envisager comme étant la symbiose des processus, des données, des pratiques et objectifs des collaborateurs.

Un parcours varié

Ne nous y trompons pas : L’Expérience Client c’est une réalité et elle appartient au client et à lui seul.

Le rôle d’une entreprise, est de tout faire pour que la grande majorité de ses clients – si ce ne sont tous ses clients – aient la meilleure expérience. C’est tout simplement la façon dont elle interagit avec le client partout et n’importe où, à tout moment.

Les interactions avec les clients dans la plupart des organisations sont de plus en plus orientées dans de multiples directions comportant ainsi de nombreux points de contacts.

Les entreprises doivent désormais être en mesure de procurer une expérience unique, extra-ordinaire, quel que soit le canal utilisé.

De plus l’entreprise doit gérer de belle manière la façon dont elle répond aux besoins et désirs des clients, en se basant sur le vocabulaire de ces derniers, sans omettre d’y inclure le message de la (grande) qualité de ses produits et services.

Les processus peuvent alors devenir des interfaces dynamiques et pertinentes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise.

La gestion des processus doit être l’instrument pour concevoir, entretenir l’efficacité et la réactivité d’outils sophistiqués. Ces outils devant parfaitement répondre aux besoins des Clients, tout en prenant en compte les exigences qui, elles, varient d’un client à un autre.

Les processus bien conçus et orientés vers le client vont conduire à une grande différence lors de l’intégration des points de contact car ils permettront d’obtenir une vision unique des interactions avec le Client.

Par Philippe Gaultier

Présenté par Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Concentrez-vous sur les choses importantes plutôt que de rester concentré
Indicateurs d’efficacité
Analyse préalable de l’activité de décision

L’âge, véritable handicap pour l’emploi ?
Un excellent CV… suffisant ?
Le CV : l’obsession ?

Autres Management, Emploi et Organisation :

Récapitulatif 10 Management
Récapitulatif 10 Organisation
Récapitulatif 10 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Faute du recruteur : 6 Prenez du recul


6) Prenez du recul

prendre du reculCertains recruteurs réduisent l’entretien à un monologue.

Dans cette situation la plupart des candidats renoncent à vous interrompre ou tenter de rétablir un certain équilibre à l’entretien—après tout, ce qu’ils souhaitent c’est que vous les appréciez.

Sommaire :

Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche

1) Considérer que la timidité signifie incapacité à
2) Élargir le champ des possibilités
3) Avoir la certitude que 5 ou 6 ok = « extra ordinaire »
4) Organiser un entretien improvisé à plusieurs
5) Suivre scrupuleusement un script pré défini
7) Ne pas vérifier auprès des autres

Si vous ne vous dégagez pas de ce mauvais pas, une demi-heure plus tard, votre candidat partira songeur, et votre décision sera basée sur le fait que le candidat était un auditeur attentif ou pas.

Faites ceci : Assurez-vous que le candidat a une bonne connaissance de la fonction avant l’entretien proprement dit.

Brièvement évoquez la société et le poste à pourvoir. Et puis posez les questions et écoutez.

L’entretien devrait être à 90% candidat et 10% recruteur

Cette série vous est proposée par Philippe Gaultier

Philippe Garin

Pour un accompagnement personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com
Vous êtes cordialement invité à visiter le site www.boosteremploi.com et ses plus de 1000 liens vers des sites d’emploi

Pour en savoir plus :


En complément :

L’écoute active, ça s’apprend
Un sourire ne coûte rien
Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions

Mieux téléphoner c’est possible : Des tuyaux pour m’aider
4 autres raisons pour quitter prématurément l’entretien d’embauche
Recherche d’emploi : Quand dire que l’on est travailleur handicapé

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 8 Communication
Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :