Ponctuation : Les règles


Se servir correctement de la ponctuation

de l'importance de la ponctuationLa ponctuation dans le français écrit est indispensable pour une bonne communication. Encore faut-il savoir à quoi ça sert et l’utiliser à bon escient.

Les règles suivantes vont sembler inutiles pour bien des francophones.

Et pourtant, il suffit de regarder textos (SMS), mails ou commentaires sur Internet pour se rendre compte que beaucoup ont besoin de les apprendre.

Le point

Le point « . » est le signe qui permet d’indiquer la fin d’une phrase.

Deux autres signes de ponctuation ont cette fonction : le point d’exclamation « ! » et le point d’interrogation « ? ».

Le point « . » se place derrière le dernier caractère du dernier mot de la phrase, sauf s’il s’agit d’un autre point.
Il est suivi d’un espace.
La première lettre du premier mot qui suit le point et l’espace se met en majuscule.

Le point a une seconde fonction : il permet d’indiquer que le mot qu’il suit est une abréviation.
Le meilleur exemple est « etc. », qui signifie « et cetera » ou « et caetera », ce qui veut dire « et la suite ».

Attention aux faux amis : L’abréviation, en français de « monsieur » est « M. » alors qu’en anglais c’est « Mr », sans point.

Le point de suspension

Ils sont appelés aussi « les trois points » ou « les trois petits points ».

Il s’agit d’une série de trois points « », qui, comme le point, termine une phrase et indique en même temps qu’il y a une suite.

Cette suite est souvent absente ; c’est donc au lecteur de se l’imaginer.
Quelquefois cette suite est indiquée, séparée du début de la phrase par un espace pour marquer une pause un peu plus longue qu’une virgule.

La virgule

C’est une coupure qui sépare des parties cohérentes de phrases.

Ces parties sont des phrases à l’intérieur d’une phrase, qui complètent la partie principale de la phrase. Dans ce cas, la partie après la virgule comment par un adverbe et contient, au moins, un autre verbe.

La virgule « , » sert aussi à séparer les mots dans une liste de mots, toujours à l’intérieur d’une même phrase. Les mots ainsi séparés peuvent être les adjectifs, les verbes, adverbes, etc., par exemple.

Dans tous les cas, la virgule marque une petite pause dans la lecture. C’est à passant au-dessus d’une virgule que l’on prend une inspiration, plus courte que pour un point.

Comme pour le point, la virgule est accolée au dernier mot et est suivie par un espace.

Les deux-points

Les deux-points servent à indiquer que ce qui suit est une liste, une énumération, des mots ou expressions, en cohérence entre eux.

C’est aussi avec un deux-points que l’on donne un exemple qui illustre la partie principale qui précède le deux-points.

Les deux-points « : » sont précédés et suivis par un espace. La première lettre, qui suit les deux-points, est à mettre en majuscule.

Le deux-points est particulièrement utile pour remplacer une liste, mise, autrement, entre parenthèses.

Les parenthèses

Il y en a deux : La parenthèse qui ouvre « ( » et la parenthèse qui ferme « ) ».

Les parenthèses contiennent une information qui complète l’information de la phrase principale.
Le principe est que la phrase garde tout son sens si l’on supprime de la lecture tout ce qui est contenu entre les parenthèses.

Pour des raisons de facilité de lecture, beaucoup se trompent et mettent des mots entre parenthèses au lieu d’utiliser les deux-points, lorsqu’il s’agit d’une liste. C’est le cas, en particulier, dans les CV.

Devant la parenthèse qui ouvre, on met un espace, ainsi que derrière la parenthèse qui ferme, sauf si cette dernière est suivie d’un point.
Le premier mot après la parenthèse qui ouvre devrait être écrit avec une majuscule pour débuter. Cette règle est souple et il est accepté que cette première lettre soit une minuscule !
Par contre, il n’y a aucun espace derrière la parenthèse qui ouvre ni devant la parenthèse qui ferme.

Les guillemets

Comme les parenthèses, il y a deux guillemets : Le guillemet qui ouvre « » « et le guillemet qui ferme » » ».

Les guillemets servent à signaler que ce qui est écrit entre les guillemets est une citation, c’est-à-dire des mots écrits ou prononcés par une personne différente de l’auteur.

Contrairement aux parenthèses, il faut mettre un espace devant et derrière le guillemet qui ouvre et seulement devant celui qui ferme.
La première lettre qui suit le guillemet qui ouvre est toujours à mettre en majuscule.

Attention à nos amis anglo-saxons et à nos claviers : Les guillemets sont confondus avec la double-côte «  » ».
La double-côte a la même fonction que les guillemets, sauf qu’il n’y a aucun espace derrière la double-côte qui ouvre, ni devant celle qui ferme.
C’est un signe de ponctuation anglais et non français.

Le point-virgule

Le point-virgule « ; » est de moins en moins utilisé.

Il sert à séparer des phrases en plusieurs phrases dont l’ensemble forme un tout.
La respiration est plus longue qu’avec une virgule

En général, soit ces phrases sont séparées par des points, soit par des virgules ou encore apparaissent sous forme de liste verticale.
Toutes ces solutions alternatives permettent une meilleure lisibilité qu’avec des points-virgules.

Si vous utilisez un point-virgule, c’est devant et derrière qu’il faut systématiquement mettre un espace.
La première lettre qui suit un point-virgule est généralement une minuscule, mais peut aussi être une majuscule.

Autres signes de ponctuation

Il existe d’autres signes de ponctuation, comme les crochets « [] », les accolades « {} », le tiret ou trait d’union « », l’apostrophe « » et des emprunts à la ponctuation anglo-saxonne comme la simple côte « » ou le slash « / ».
Écrivez-moi, si vous avez envie d’un article sur ces autres signes de ponctuation, svp.

Il est possible que certains signes de ponctuation vous apparaissent à l’écran différemment de ce qu’ils sont à cause de transposition automatique avec des signes de ponctuation anglo-saxonne

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Communication : Convention et référentiel commun indispensables
Braille : Ponctuation et signes
La dictée de Mérimée : Combien de fautes ?

Orthographe, grammaire, conjugaison … : Points forts ou points faibles
Quand phonèmes et graphèmes rendent la langue française difficile
Leçon de français aux francophiles

Autres Communication :

Récapitulatif 18 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Braille : Ponctuation et signes


La ponctuation et les signes de l’alphabet Braille

Louis Braille en BrailleLes lettres et les chiffres en Braille sont insuffisants pour la rédaction de textes et de formules d’arithmétique.
C’est pourquoi, la ponctuation et les signes ont aussi leur représentation dans le système Braille.

Au temps il y a correspondance des lettres entre les différentes langues représentées en Braille, du moins avec l’alphabet latin, au temps il y a quelques différences entre dans la représentation de la ponctuation et des signes.

Ici, c’est le système Braille en français qui vous est présenté.

La ponctuation

.
,
:
;
?
!
« 
(
)

La ponctuation «  qui sont les guillemets « » et les parenthèses ( ) sont inversés dans la représentation en anglais

Les signes

+
*
=
#
÷
@
<
>
/

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

L’Alphabet Radio International
Le Code Morse International (Alphabet Morse) a trois composantes
Le clavier BEPO

Sémaphore : des signes pour se parler
L’origine du français et de son orthographe
Tableau périodique des éléments chimiques : Phrases mnémotechniques pour se souvenir

Autres Communication:

Récapitulatif 18 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La dictée de Mérimée : Combien de fautes ?


La fameuse dictée de Prosper Mérimée

Prosper Mérimée 1803 - 1860

Prosper Mérimée 1803 – 1860

La langue française est pleine de pièges.
Pire encore à l’écrit qu’à l’oral !

La dictée est un exercice qui consiste à écrire un texte lu par une autre personne, sans aucune aide que sa mémoire et l’application des règles d’écriture du français. Le but du jeu est de faire le moins de fautes possible.

Prosper Mérimée, en 1867 aurait donné une dictée, devenue fameuse par sa complexité et le nombre de fautes qu’auraient commis l’Empereur des Français, Napoléon III et l’impératrice Eugénie.
Lui : 75 fautes, Elle : 62 fautes.

Bien plus tard, à la télévision, et après plusieurs réformes successives de la langue française, notamment sur les accents au-dessus des voyelles, la dictée a été remise au goût du jour.

Ce n’est pas la longueur de la dictée qui est éprouvante mais l’orthographe et la grammaire, ainsi que la conjugaison et le vocabulaire peu courant.

Version publiée en 1900 par Léo Claretie, écrivain français

Pour parler sans ambiguïté, ce dîner à Sainte-Adresse, près du Havre, malgré les effluves embaumés de la mer, malgré les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil prodigués par l’amphitryon, fut un vrai guêpier.

Quelles que soient et quelqu’exiguës qu’aient pu paraître, à côté de la somme due, les arrhes qu’étaient censés avoir données la douairière et le marguillier, il était infâme d’en vouloir pour cela à ces fusiliers jumeaux et mal bâtis et de leur infliger une raclée alors qu’ils ne songeaient qu’à prendre des rafraîchissements avec leurs coreligionnaires.

Quoi qu’il en soit, c’est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s’est laissé entraîner à prendre un râteau et qu’elle s’est crue obligée de frapper l’exigeant marguillier sur son omoplate vieillie. Deux alvéoles furent brisés, une dysenterie se déclara, suivie d’une phtisie.

– Par saint Martin, quelle hémorragie, s’écria ce bélître ! À cet événement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l’église tout entière.

Si vous voulez vous amusez, dictez ce texte autour de vous et comptez le nombre de fautes !

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Orthographe, grammaire, conjugaison … : Points forts ou points faibles
Quand phonèmes et graphèmes rendent la langue française difficile
Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers

Allographe : Définition et exemples
Lettre de Georges Sand à Alfred de Musset
Exercices de diction : Le crayon dans la bouche

Autres Bien-être et Communication :

Récapitulatif 18 Bien-être
Récapitulatif 18 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Diffamation et les autres : Définitions et sanctions


Les limites du droit d’expression

Général Pierre Cambronne à Waterloo

Cambronne : M…e !

Dans de nombreux pays existe un droit d’expression libre.
En gros, chacun a le droit de s’exprimer, par écrit, oral ou sous toute autre forme, sur n’importe quel sujet.

Dans d’autres pays, la censure interdit ou restreint la possibilité de dire n’importe quoi, selon leurs propres critères.

Dans les démocraties aussi, il y a des limites à ne pas franchir.
Ces limites sont issues de la culture, des coutumes ou d’habitudes, et aussi des religions, de l’époque et des moeurs.

La Loi fixe ces limites et sanctionne ceux qui les franchissent.

Définitions

La diffamation est l’expression de propos ayant pour objectif de nuire à l’honneur et/ou à la considération d’une personne précise.

Le dénigrement est une attaque contre la réputation de quelqu’un pour chercher à le rabaisser en tenant des propos malveillants à son encontre.

La médisance est le fait de tenir sur quelqu’un des propos malveillants, de révéler ses défauts avec l’intention de nuire.

La calomnie est une attaque volontaire par des mensonges ou par de fausses interprétations à l’encontre de quelqu’un de précis.

L’injure est une parole qui blesse d’une manière grave et consciente sans être étayée par un fait précis.
L’injure est un délit si elle est publique, sinon c’est une contravention.

Les sanctions

Ces infractions à la Loi sont sanctionnées différemment selon que les propos sont proférés dans un cadre privé ou en public.

En privé, de 38 € à 750 €.
En public, jusqu’à 12 000 €.

De même, elles sont plus graves selon le caractère des expressions, notamment s’il s’agit de propos sexistes, racistes, homophobes, religieux, etc.

Amende jusqu’à 22 500 € et 6 mois de prison.

Pour la dénonciation calomnieuse, l’amende peut aller jusqu’à 45 000 € et 5 ans de prison.

Attention : Les sanctions sont encore plus fortes en cas de récidive et ceci à chacune d’elles.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Propos déplacés sur votre site web : Que faire ?
Pour une image positive : abandonnez vos tics de langage
Comment interpréter la phrase : » Qu’est-ce que tu bois ? «

Votre réputation sur Internet ou celle de votre entreprise
Dites du mal de votre ancien chef ou de vos anciennes entreprises
Dénonciation d’une fraude : Injustice ou Abus

Autres Communication et Juridique :

Récapitulatif 18 Communication
Récapitulatif 18 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Allographe : Définition et exemples


Mais qu’est donc un allographe ?

Le Bourgeois Gentilhomme de MolièreM. Jourdin, dans la pièce de théâtre de Molière, le Bourgeois gentilhomme, apprend qu’il fait de la Prose sans le savoir.
En fait, à part les poètes, tout le monde est dans son cas, puisqu’il s’agit de parler sans faire de vers.

Quand vous saurez ce qu’est un allographe, vous connaîtrez une partie de l’origine des textos, tellement utilisés par les des détenteurs de smartphones un peu pressés ou trop illettrés pour écrire les mots en entier en bon français.

La langue française a ceci de merveilleux, qu’elle permet une multitude de jeux de mots. Celui qui est présenté ici est appelé « Allographe ».

Un allographe est un mot ou une phrase qui devient compréhensible uniquement en prononçant les lettres et les chiffres, un par un, à quelques variantes près.

Quelques exemples

Lnnéopy

Hélène est née au pays grec

CQQCOQP

C’est cul-cul, c’est occupé

DSAKCO-3vR

Déesse a cassée au moins trois verres.

g6k èt mu lho

Jessica était émue, elle a chaud

G a c o b i a L

J’ai assez obéi à elle

Une variante

Que mon ancien prof de maths me pardonne !
La variante suivante est un vieux souvenir de cours de récréation car il fait intervenir une pseudo-équation mathématique, qui, évidemment, est sans signification en maths et un peu olé-olé en français  :

2aboqpaπc = 2qbc
2πr2

Deux abbés occupés à pisser sur deux pierres carrées égalent deux culs baissés

Ça vous a plus ? Alors c’est à vous !

Philippe Garin

Pour en avoir plus, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Trois p’tits chats : Exemple de jeux de mots
La courte histoire d’amour de Nopécu
Comment va ton frère Cyrus ?

Un porc au zoo
L’inefficacité de Franz Schubert
Comme la Belle au bois dormant

Autres humour:

Récapitulatif 17 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Licence : 6 définitions


Licence : multiples définitions

licence IV Loi du 24 septembre 1941Le mot « licence » est, comme de nombreux mots de la langue française, de multiples définitions.
Et comme d’habitude, il faut connaître le contexte, c’est-à-dire les autres mots de la phrase où il est employé, pour en comprendre la signification.

En informatique

Le terme « licence » signifie le droit à l’utilisation d’un logiciel ou d’une partie d’un logiciel.

Utiliser un logiciel « sous licence » implique un contrat, généralement déterminé par des Conditions Générales d’Utilisation, ou CGU, dans les mentions légales d’un site ou dans un contrat avec un fournisseur, revendeur ou développeur.

Ce contrat détermine le prix à payer pour avoir le droit d’utiliser le logiciel. Il peut être annuel ou mensuel, payé en une fois ou par utilisateur. De multiples combinaisons de facturation existent.

Dans le commerce

Une licence est un droit à exercer un métier ou/et d’ouvrir un commerce. Certaines professions impliquent de payer une licence pour travailler. Ce peut être un service, comme un chauffeur de taxi, ou une boutique, comme un bar-tabac.

Pour avoir le droit à une licence commerciale, il faut, généralement, répondre à des critères de compétences exigées par la profession elle-même ou par les autorités, c’est-à-dire lois et règlements.

Dans le domaine associatif

Surtout pour pouvoir pratiquer un sport. La pratique du sport peut se faire indépendamment d’une licence. Toutefois, nombreuses sont les associations et fédérations sportives qui exigent une licence pour avoir le droit d’adhérer et, surtout, le droit de participer à des épreuves sportives, même en amateur.

Avoir une licence est une reconnaissance de son appartenance, et aussi une protection par l’assurance sportive prise en même temps. Là encore, disposer d’une telle licence sportive implique le paiement d’une participation, généralement annuelle.

Dans la formation

La licence est un grade universitaire d’avant la réforme européenne. Elle valide trois années d’études universitaires et permet d’accéder à la poursuite des études vers un diplôme de master.

Être licencié(e) a, dans ce sens, une connotation positive car la licence universitaire indique un niveau d’études élevé, bien qu’intermédiaire.

En littérature

La licence en littérature est une liberté excessive et contraire à la morale. C’est l’inverse de la décence.

Là, on ne parle plus de licencié, mais de licencieux.

Dans le monde du travail

Avoir une licence n’a aucune signification particulière. Cependant « être licencié » en a une : c’est perdre son emploi.

Généralement, le salarié ne s’attend pas à un licenciement, sauf en cas de conflit ouvert ou en cas de faute individuelle.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Service en informatique pas dans la restauration
e-commerce : Les options pré-cochées interdites
Le Compte d’Engagement Citoyen ou CEC : C’est quoi

Les académies françaises
Lire pour bien converser
Chômage : Les motifs d’inscription à Pôle emploi

Autres Bien-être, Emploi et Informatique :

Récapitulatif 17 Bien-être
Récapitulatif 17 Emploi
Récapitulatif 17 Informatique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

CV : Correspondance des diplômes français et allemands


L’équivalence des diplômes en France et en Allemagne

AbiturPour ceux qui souhaitent travailler en Allemagne, l’équivalence des diplômes est à indiquer sur son CV.

Il est préférable, compte tenu des particularités du CV allemand, d’augmenter ses chances en facilitant le travail des recruteurs allemands.

Avec ou sans diplôme, mieux vaut avoir un niveau certain de pratique de la langue allemande. Ne serait-ce que pour comprendre la liste des correspondances ci-après :

Baccalauréat : Hochschulreife, Abitur (ancienne et nouvelle terminologie)

  • A : neusprachliches Abitur
  • B : wirtschaftswissenschaftliches Abitur
  • C : mathematisches Abitur
  • D : naturwissenschaftliches Abitur
  • E : technologisch-mathematisches Abitur
  • F : technisches Abitur
  • G : betriebswirtschaftliches Abitur
  • L : neusprachliches Abitur
  • ES : wirtschafts- und sozialwissenschaftliches Abitur
  • S : naturwissenschaftliches Abitur

B.T.S. = Fachhochschuldiplom in… (zweijähriges Studium)
D.U.T. = Fachhochschuldiplom in… (zweijähriges Studium)
DEUG = Grundstudiumdiplom (zweijähriges Studium, Niveau Vordiplom)

Licence / Bachelor = Lizentiatengrad in… (berufsqualifizierendes Hochschulabschlussdiplom, dreijähriges Studium)

Maîtrise ou Master = Magister in… / Master (berufsqualifizierendes Hochschulabschlussdiplom, vierjähriges Studium)

D.E.A. = Hochschuldiplom in… (Vordiplom zur Promotion, fünfjähriges Studium)
D.E.S.S. ou Master 2 = Praxisbezogenes Hochschuldiplom (fünfjähriges Studium), titre selon la spécialité : Diplom-…
Doctorat = Promotion

École de Commerce (ESC etc.) = BWL Hochschule (éventuellement Diplom-Kaufmann/frau)
École Centrale = Hauptstudium der allgemeinen Ingenieurwissenschaften
École d’Ingénieur = Ingenieurhochschule

Source : Connexion française

Philippe Garin

Pour un conseil personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le CV allemand : ses particularités
Les salaires en Allemagne 2/4 : le revenu moyen de 26 professions
CV : Les 3 mensonges sur les diplômes

Les niveaux de qualification et de diplômes
Points faibles à citer en entretien 6/6 : Pas, pas assez, pas les bons ou trop de diplômes
Québec vs France : équivalence des études et des diplômes

Autres Communication et Emploi :

Récapitulatif 16 Communication
Récapitulatif 16 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :