Prendre du recul : Une évolution positive


Prendre du recul : Une évolution positive

prendre du reculLa capacité à prendre du recul est une qualité personnelle ou compétence douce (soft skill).

Cela évite des réactions trop brusques et inadaptées à la situation.

Quand un événement arrive, il y a la réaction émotionnelle naturelle qui vient en premier.
Cette réaction est spontanée et est en fonction de son caractère et de son éducation.

Puis, en quelques fractions de seconde, la raison intervient pour nous dire si nous avons bien réagit ou l’inverse, ou nous retient pour nous empêcher de réagir d’une manière inappropriée.

Toujours quelques fractions de seconde plus tard, jusqu’à quelques secondes, notre raison nous fait trouver la « bonne » réaction.
Bonne ou mauvaise car la réaction est influencée par la compréhension de la situation.

Un exemple pour bien comprendre

Pour bien comprendre cela, il faut s’imaginer se trouver avec un enfant dans un magasin qui se met à faire un caprice.
La réaction émotionnelle va être de le faire taire, peut-être avec une tape ou un cri contre lui.

Puis, notre raison nous dit que frapper un enfant ou crier après un enfant est une mauvaise chose et nous décidons de laisser tomber cette réaction.

La réaction va être ensuite différente selon le moment :

  • Prendre l’enfant dans ses bras,
  • Céder à son caprice,
  • Lui expliquer qu’il est impossible de satisfaire à son caprice,
  • etc.

Peu importe, en tout cas le pire a été évité.

Suivre sa tête ou suivre son cœur ?

Le recul, c’est la possibilité de choisir entre différentes réactions que notre raison nous propose.

Pour la tête, c’est la logique et le raisonnement qui vont primer, c’est avoir un cerveau gauche.

Pour le cœur, c’est l’intuition et les sentiments qui vont décider, c’est avoir un cerveau droit.

Nous sommes tous un peu les deux, parfois plus analytique parfois plus sensible, avec toujours une préférence naturelle pour un côté ou l’autre.

Un bon manager prend du recul

Lorsque vous avez une équipe à encadrer, avant de pousser des cris en disant que le travail était mal fait, rassemblez les informations nécessaires avant de décider.

À un poste de responsabilité, vous devez impérativement réagir en toute connaissance de cause.

Prendre du recul évite de dire ou de faire des bêtises.

Pas trop de recul

Attention à réagir à temps.

Quand on prend trop de recul, on risque de laisser penser à l’autre que l’on est incapable de réagir correctement, c’est-à-dire de décider de la réaction à prendre.

Comme tout ce processus prend généralement moins d’une seconde, c’est l’expérience qui nous aide.

Au début de sa vie, professionnelle ou personnelle, le processus est un exercice qui demande la capacité à évaluer les différentes options, donc à envisager ces options.

Avec de l’expérience, on utilise inconsciemment le passé pour trouver une réaction la plus appropriée possible.

Par contre, le manque d’expérience nous propose qu’une seule option ou zéro.
Zéro signifie que l’on reste bloqué sans savoir comment réagir.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Das Kind – L’enfant
Cerveau droit ou cerveau gauche : Trouver vos points faibles et vos points forts
Management : A savoir pour manager la génération Y

Quand la critique devient harcèlement
Les 5 types de risques dans un projet pro ou perso
Prise de décision : L’heure du doute et de la remise en question

Autres bien-être :

Récapitulatif 19 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Modèle de Kolb ou l’apprentissage par l’expérience


Modèle de Kolb ou l’apprentissage par l’expérience

David A. Kolb est un théoricien américain qui a développé un modèle d’apprentissage par l’expérience, appelé aussi le cycle de Kolb

Le cycle de Kolb est répétitif et composé de quatre phases :

  1. L’expérience concrète
    basée sur du vécu ou sur une intuition
  2. L’observation réfléchie
    qui permet une réflexion, une analyse avant de se lancer dans l’action
  3. La conceptualisation abstraite
    qui est la conclusion, la synthèse, une généralisation ou une théorie
  4. L’expérimentation active
    qui est la mise en pratique du concept, l’application, la réalisation concrète

le cycle de Kolb

Le vocabulaire associé à chaque phase

Pour illustrer chacune des phases du cycle de Kolb, certains mots permettent de mieux comprendre la phase de l’apprentissage expérimental dans laquelle on se trouve :

  1. L’expérience concrète
    Abstraction, Accepter une situation, Choisir, Concentration, Expérience vécue, Intuition, Orienté vers le présent, Réceptif, Ressentir
  2. L’observation réfléchie
    Essayer, Observation, Obtention de résultats, Pertinent, Prise de risque, Réflexion, Réserve
  3. La conceptualisation abstraite
    Analyser, Conceptualiser, Concret, Engager, Evaluer une situation, Logique, Orienté vers le futur, Penser, Rationnel
  4. L’expérimentation active
    Action, Agir, Etre attentif, Expérimentation, Impartial, Mise en question, Pragmatique, Pratiquer, Prise de responsabilité

Philippe Garin, plus de 20 ans manager en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

L’écoute active, ça s’apprend
Modèle
Méthode

Présentation 1 Modèles   -2-   -3-   -4-   -5-   -6-   -7-

Méthodes dans l’organisation ou l’informatique
Méthode SCORE ou Chercher les causes profondes
Questions clés à propos des quatre méthodes d’Analyse

Autres Communication, Informatique et Organisation :

Récapitulatif 1 Communication
Récapitulatif 8 Communication

Récapitulatif 4-1 Informatique
Récapitulatif 4-2 Informatique

Récapitulatif 2 Organisation
Récapitulatif 8 Organisation

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Informatique et Organisation et la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

La quatrième mission du dirigeant : Piloter, diriger


La quatrième mission du dirigeant : Piloter, dirigerPiloter diriger Vol à voile

Sommaire :

Les 4 missions du dirigeant

La première mission du dirigeant : Planifier
La deuxième mission du dirigeant : Structurer
La troisième mission du dirigeant : Coordonner, entraîner

Fixer le cap et tenir la barre, sinon l’entreprise va de travers au risque de s’échouer et d’échouer

  • Réaliser les objectifs fixés et surveiller les réalisations
  • Fixer et donner les moyens
  • Évaluer, mesurer, contrôler
     
  • Gérer la productivité et la rentabilité des résultats immédiats et des créations de potentiels
  • Analyser en permanence les dysfonctionnements dans un soucis d’amélioration
     
  • Réduire les coûts cachés
  • Mettre en œuvre les résolutions de problèmes
  • Préparer l’avenir

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Piloter, c’est …
Objectifs et Priorités Modes d’emploi
Qu’est-ce qu’un objectif concret, smart ?

Bien diriger : Les recettes de 6 grands patrons
Modes de pilotage en entreprise
T de Bord Questions à se poser pour construire son tableau de bord de pilotage stratégique

Autres Management :

Récapitulatif 5 Management

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Management de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Démarche en 7 étapes pour la résolution de problèmes


Les sept étapes de la démarche de résolution de problèmes

Quel que soit le problème à résoudre, la démarche reste la même :7 étapes de la résolution de problème

1. Identifiez clairement le problème

à résoudre ou la décision à prendre.

Attention, il est facile et fréquent de se tromper de problème.
Par exemple, le problème n’est sans doute pas d’éponger la flaque d’eau mais de supprimer la fuite qui en est la cause.

2. Définissez l’objectif

que vous voulez atteindre.

Par exemple, trouvez une solution définitive au problème de la fuite d’eau, avant telle date et dans tel budget.

3. Analysez le problème en détail

pour en identifier toutes les causes possibles.

Recherchez les causes des causes, jusqu’à trouver les causes réelles du problème.

4. Classez les causes réelles

par ordre décroissant et d’importance.

Commencez par la plus importante !

5. Recherchez plusieurs options

de solution pour chaque cause importante.

Laissez votre imagination jouer sans restriction !

6. Évaluez et comparez

les différentes options.

Retenez celles qui répondent le mieux aux objectifs.

7. Mettez en œuvre la solution retenue

Mesurez-en les effets.

Procédez, le cas échéant, aux actions correctives qui s’avèrent utiles.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Méthodes et outils de résolution de problèmes
7 conditions de réussite pour la résolution de problème
Les 7 catégories d’outils de la résolution de problème

Les différentes Méthodes d’innovation
Méthode des 5 M pour la résolution de problème
Problèmes fréquemment rencontrés au cours de réunions

Autres Organisation :

Récapitulatif 4 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :