internet-signalement.gouv.fr : Mode d’emploi en images


Signaler tout comportement suspect sur Internet

internet-signalement.gouv.fr mode d'emploiLe site internet-signalement.gouv.fr est le site officiel, en France, pour signaler tous contenus ou comportements illicites rencontrés sur Internet.

Il peut s’agit de :

  • Pédophilie ou corruption de mineur sur Internet
  • Incitation à la haine raciale ou provocation à la discrimination de personnes en raison de leurs origines, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap
  • Menaces ou incitation à la violence
  • Trafic illicite : Stupéfiants, armes, etc.
  • Mise en danger des personnes
  • Incitation à commettre des infractions
  • Spam
  • Injure ou diffamation
  • Escroquerie

Après plusieurs demandes de mes lecteurs, j’ai attendu d’avoir un cas à signaler pour enregistrer les différentes étapes et créer ainsi un premier mode d’emploi.

J’ai signalé un mail que j’ai reçu dans ma boîte-aux-lettres électronique.
C’est une pseudo offre d’emploi qui vise à soutirer des informations personnelles des candidats dont codes bancaires.

Cette arnaque est fréquente et se présente sous diverses formes.
D’une manière générale, il y a suspicion d’escroquerie, ce qui mérite d’être signalé, sans attendre, en espérant que l’auteur soit attrapé un jour.

Mode d’emploi du site

Quand on a affaire à un site officiel, on peut avoir une certaine appréhension, de peur d’être impliqué (e) et d’être dépassé (e) par les conséquences de la plainte ou du signalement.

Pour réduire cette crainte, je vous propose de suivre, pas à pas, les différentes images du site, au fur et à mesure du signalement que j’ai effectué.

Pour cela, vous pouvez télécharger le document suivant : Internet-signalement.gouv.fr_mode_demploi.

source : Internet-signalement.gouv.fr

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Fausses offres d’emploi
Arnaques, fraude, virus : Pôle emploi met en garde
Signalez un mail frauduleux

Déposer plainte sur Internet pour escroquerie
Emploi chauffeur ou une belle arnaque
Arnaques téléphoniques ou par SMS

Autres Juridique:

Récapitulatif 17 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Mot de passe : en changer tous les combien ?


Protection maximale ou erreur d’appréciation

coffre-fort non numériqueAvec toutes ces attaques, tentatives d’escroquerie, de détournement de données personnelles, de piratage, le bon vieux mot de passe semble être l’un des éléments de sécurité informatique incontournable et pourtant vulnérable.

Multiplier les changements de mots de passe, par exemple 12 fois par ans ou tous les 3 mois, c’est démultipliez le nombre de mots de passe à retenir.
Hé oui !

Trop simple

Le manque d’imagination des internautes est à déplorer. Le mot de passe le plus courant sur la planète est… « password« , qui signifie « mot de passe ».
Le second est « 123456 » et ses variantes qui sont toutes des suites de chiffres ou de lettres du clavier.

Autres mots de passe trop faciles à craquer pour les malfaisants :

  • les prénoms et/ou noms des membres de la famille, des amis ou des animaux domestiques
  • les dates de naissance et autres anniversaires marquants
  • le nom de son entreprise ou du mois en cours

Trop nombreux

Il est déjà difficile de trouver un mot de passe compliqué encore faut-il en avoir beaucoup.

En effet, de plus en plus d’activités nécessitent l’emploi d’Internet. Outre les messageries électroniques, les réseaux sociaux et les commandes sur des sites de e-commerce, les administrations préconisent, voire impose, de passer par Internet pour accéder à leurs services, au même titre que les entreprises.

Comme les données demandées ou réclamées sont confidentielles, elles ont mis au point des algorithmes qui nécessite un mot de passe fort, c’est-à-dire un mot de passe qui contient au moins une majuscule, une minuscule, un chiffre et un caractère spécial, ainsi qu’un nombre minimum de 8 caractères.

Seulement voilà, avec cette multiplicité de mots de passe à créer, il devient difficile de se les rappeler.

Nombreux sont les sites qui vous empêchent de vous connecter après trois tentatives de saisie infructueux du mot de passe.

Que faire ?

Pour les plus doués : Apprendre les mots de passe par coeur. Quelle mémoire !

Pour les moins doués : Utiliser un générateur de mots de passe, comme celui mis en ligne par la CNIL, puis écrire le mot de passe sur un papier. Des dizaines d’aide-mémoire à la vue de tous !

Pour les fainéants : Utiliser un mot de passe compliqué et l’utiliser pour tous les sites. Un site piraté et tous vos accès à tous les sites sont ouverts au pirate, bonjour les dégâts !

Pour les plus malins : Utiliser un mot de passe compliqué et l’utiliser pour ouvrir un fichier, sorte de coffre-fort numérique, dans lequel se trouvent tous vos autres mots de passe. Il fallait y penser !

Se prémunir contre les pirates

Une méthode de piratage commune est la méthode dite « brut de force ». Cela consiste à tester toutes les combinaisons de caractères, en commençant par AAAAAAAA et ainsi de suite. Les films d’espionnage, de science-fiction ou policiers montrent souvent cette méthode.
Pour un mot de passe de 8 caractères, cette méthode permet de découvrir les plus compliqués des mots de passe en moins de 15 jours.

Pour éviter d’avoir à changer de mots de passe toutes les deux semaines, mieux vaut multiplier le nombre de caractères et passer à 12 ou 16, à condition de respecter les règles de création de mots de passe forts

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Compétences numériques : Sécurité informatique
Les scenarii de risques
Sécurité des données en entreprise : Les 12 bons réflexes

Danger avec les paiements par téléphone
Sécurité sur Internet : Les 10 commandements
Moyens mnémotechniques de création de mots de passe

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 17 Informatique
Récapitulatif 17 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Arnaques, fraude, virus : Pôle emploi met en garde


Usurpation d’identité de Pôle emploi pour voler les demandeurs d’emploi

La page Soyez vigilants de Pôle emploiÊtre au chômage, c’est être fragilisé. L’incertitude de l’avenir est grande. Des difficultés financières apparaissent. Des effets se font sentir : déprime, insatisfaction, rancœur, peur.

C’est alors qu’arrive un message dans votre boîte-aux-lettres électronique ou sur votre smartphone.

Pôle emploi met en garde : Soyez vigilant !

C’est le nom de la page http://www.pole-emploi.fr/candidat/soyez-vigilants–@/index.jspz?id=116414 accessible sur le site de Pôle emploi.

Cette page signale toutes les arnaques, fraudes et tentatives d’escroquerie dont sont victimes des demandeurs d’emploi, prêts à répondre pour trouver un emploi.

Consultez cette page régulièrement. Hélas ! Des escrocs profitent de l’état de faiblesse des demandeurs d’emploi pour les voler.

Des faux entretiens, de fausses offres

Ces offres ou ces entretiens ont pour but de vendre des formations ou, pire, de vous faire signer un contrat de travail fictif. Vous penseriez signer un contrat de travail, or il s’agit d’un contrat de dupe.

  • Ne signez rien avant d’en parler à votre conseiller Pôle emploi.
  • Ne payez jamais pour une offre d’emploi
  • Ne fournissez jamais de RIB et vos coordonnées bancaires Attendez pour cela d’être dans l’entreprise, si elle existe. Et ne donnez jamais vos codes d’accès à votre compte bancaire.

Ou des numéros surtaxés

Une annonce qui vous demande de téléphoner pour en savoir plus est le signe que votre conversation va vous coûter cher. Plus le numéro qui suit le 08 est élevé et plus la surtaxe est importante. Le pire : un numéro qui commence par 0899

De fausses applications à NE PAS télécharger

Les couleurs vous font croire que l’application est mise à votre disposition par Pôle emploi et vos codes d’identification vous sont volés

Ou de faux mails

Il est très attrayant de cliquer sur la pièce jointe dans ces mails qui vous proposent travail et richesse, sauf que vous introduisez un virus sur votre PC, tablette ou smartphone. À distance, le pirate va piller tous vos codes, saura sur quelles touches vous appuyez et volera tout votre argent de votre compte bancaire.

De fausses récompenses à des sondages

Vous pensez répondre à un sondage de Pôle emploi contre un cadeau.

Le soi-disant organisateur vide votre compte en banque avec les codes que vous donnez pour soi-disant recevoir votre récompense.

Ou lors de l’actualisation mensuelle

Des pirates interceptent votre connexion au moment où vous actualisez votre situation mensuelle, vous réclament vos données bancaires et vide votre compte quand vous pensiez recevoir un cadeau ou une petite somme d’argent

Protégez-vous !

Du bon sens avant tout

  • Dès qu’une offre vous semble suspecte par son contenu, n’y répondez pas.
  • Aucun recruteur ne fait de cadeau, ni vous demande de payer, ni demande des codes d’accès.
  • En cas de doute, consultez votre conseiller Pôle emploi. Ne vous laissez pas impressionner par un interlocuteur qui fait pression sur vous.
  • Signalez une fraude potentielle sur le portail officiel de signalement des contenus illicites sur internet.
  • Protégez votre smartphone, tablette ou PC.

Gardez la tête froide !

Source : Pôle emploi

Philippe Garin

Pour améliorer vos outils de recherche d’emploi, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Des offres d’emploi trop belles
Signalez un mail frauduleux
Déposer plainte sur Internet pour escroquerie

4 acteurs de la sécurité informatique
Moyens de protection d’accès à mon PC
Employeurs trop curieux : Ils veulent accéder à votre page Facebook

Autres Emploi et Sécurité :

Récapitulatif 12 Emploi
Récapitulatif 12 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Carte bancaire au téléphone : prenez vos précautions


Escroquerie à la carte bancaire

CB_de_paiementUn des phénomènes, bien que limité, reste très gênant pour la victime et qui coûte très cher aux banques est celui de l’utilisation de la carte bancaire pour des achats en ligne ou au téléphone.

La CNIL a édicté certaines règles de bon sens. Encore faut-il les connaître et se protéger en conséquence par des réactions que vous devez impérativement avoir.

Pas de numéro sans transaction

Ça paraît tellement évident qu’on se demande pourquoi certains cybermarchands ou tenus pour tels réclament le numéro de votre carte bancaire alors qu’aucune transaction d’achat n’a lieu.

C’est encore plus flagrant lorsque la demande est effectuée par téléphone, où l’on vous dit que vous n’aurez pas le produit ou le service si vous ne fournissez pas vos codes bancaires.

Pourtant c’est interdit.

Droit de retrait des informations personnelles

La loi protège le consommateur. Vous pouvez faire modifier toute information personnelle, dont le numéro de votre carte bancaire, les données enregistrées par un site de ventes en ligne. Non seulement modifier mais aussi les supprimer.

N’hésitez pas, en cas de doute sur la conservation, normalement obligatoirement cryptées du numéro de votre carte bancaire et des autres informations associées que sont date d’expiration et le code au dos de votre carte, appelé cryptogramme, à réclamer la suppression.

Ne conservez vous-même aucun code bancaire sur votre terminal

Que vous utilisez un PC, une tablette ou pire, un smartphone, n’enregistrez jamais vos numéros de carte bancaire et codes associés.

Que feriez-vous en cas de vol de votre terminal ? Votre assurance ou votre banque ne vous rembourserait pas les sommes volées.

Source : CNIL

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Voir aussi :

Internet : Fraudes en hausse sur la carte bancaire
Pôle emploi a les yeux sur vos comptes bancaires
Signalez un mail frauduleux

Pièces à présenter pour déposer plainte
Sécurité Smartphone : Danger avec les paiements par téléphone
Même mot de passe partout Une mauvaise idée

Bonnes pratiques de navigation sur Internet
Les risques du téléchargement et quelques principes utiles
Déposer plainte sur Internet pour escroquerie

Autre Sécurité

Récapitulatif 10 Sécurité

Signalez un mail frauduleux


Qu’est-ce qu’un mail frauduleux ?

exemple de mail frauduleuxUn mail frauduleux est un mail, un message, un courriel, dont le contenu est une arnaque.

Comment reconnaître un mail frauduleux ?

Parmi les plus connus et les plus facilement identifiables, il y a le phishing, c’est-à-dire un message qui vous demande votre nom, votre identification ET votre mot de passe.

C’est souvent, un message

  • qui ressemble à un message officiel, par exemple,
  • comme quoi vous n’avez pas payé vos dettes ou vous avez payé deux fois,
  • ou encore qui vous fait peur en disant qu’en l’absence de réponse, votre compte serait suspendu ou supprimé,
  • ou bien encore soi-disant pour vérifier votre compte ou en rapport avec une vérification interne à l’organisation.

Autres types de mails frauduleux :

  • « vous avez gagné » une somme d’argent mirobolante.  Ce type de message vous promet de l’argent.
  • « je suis veuve… », « très malade… », et tout autre appel à la charité et vous promet aussi de l’argent.
  • « vendez pour moi ». Certains (pas tous) vous promet des profits importants si vous vendez de la marchandise, sauf que vous devez commencer par acheter celle-ci et que si vous ne la vendez pas, elle vous reste sur les bras.
  • la vente pyramidale (de moins en moins fréquente) où l’on vous demande de donner de l’argent, de gagner des contacts (=adresse mail) et de recevoir de l’argent de ces nouveaux contacts. Attention, à ne pas confondre avec la vente en MLM, qui est légale !
  • etc.

Autres critères pour vous alerter

  • Un logo qui n’est pas le bon
  • Un texte rédigé en un mauvais français
  • Un lien vers une adresse mail inconnue ou, pire, à l’étranger
  • Un émetteur du message non identifiable, dont le nom ressemble à un vrai service de l’entreprise, dont l’adresse mail complète a un suffixe hors de France. Par exemple, un mail soit-disant de la CAF dont l’émetteur a une adresse mail en .pl, c’est-à-dire en Pologne !!
  • etc.

Comment signaler un mail frauduleux ?

Transmettez la totalité du message et de son entête (données complémentaires sur l’expéditeur) directement à l’entreprise dont l’identité est usurpée : votre banque, votre moteur de recherche, une organisation. Par exemple : abuse@caf.fr ou sur www.internet-signalement.gouv.fr

Pour savoir comment faire apparaître l’entête complet, rendez-vous sur www.signal-spam.fr/autre.php et sélectionnez l’icône de la messagerie que vous utilisez.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :
Déposer plainte sur Internet pour escroquerie
Services de lutte contre la cybercriminalité
Internet : Fraudes en hausse sur la carte bancaire

Un virus chinois attaque les antivirus dans le Nuage (Cloud)
Art. 71-1 de la Constitution : www.defenseurdesdroits.fr
Hors Europe : Liste d’associations de consommateurs

Europe : Liste d’associations de consommateurs
Comment réclamer en Europe : un même formulaire pour tous les Européens
Grooming : Attention les jeunes !

Autre Juridique et Sécurité :

Récapitulatif 9 Juridique
Récapitulatif 8 Sécurité

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans les pages Juridique et  Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Déposer plainte sur Internet pour escroquerie


Déposer plainte sur Internet pour escroquerie

ou pour toute autre attaque via le Web ou encore après avoir découvert des images interdites par la loi, est une procédure facile à condition de savoir comment s’y prendre.

J’ai reçu un courriel d’un soi-disant responsable quelconque au Burkina Faso, mais cela aurait pu être du Nigeria ou autre pays lointain.
Dans ce mail, l’enjeu est de 10.5 millions de US$. Pour les récupérer, il aurait fallu que je donne mes coordonnées complètes.

La prochaine étape aurait été d’envoyer quelques centaines ou milliers de dollars pour permettre le transfert de fond.

Inutile de dire que je n’ai pas répondu à cette tentative d’escroquerie ou arnaque, bien connue des services de police.

Oui, mais après ? Que faire ?

Après avoir surfé un peu sur Internet, je suis parvenu à l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication :

OCLCTIC
101 rue des Trois Fontanot
92000 NANTERRE
Standard : 01 49 27 49 27

que j’ai obtenu immédiatement (en plein milieu de matinée, au téléphone)

Gentiment, j’ai été amené à téléphoner au : 0811 02 02 17

Là, à la deuxième tentative, car l’affluence d’appels m’a interdit d’avoir quelqu’un du premier coup, j’ai eu une personne, très aimable et parfaitement au courant de ce genre de pratiques.

Elle m’a indiqué la possibilité de porter plainte en ligne sur Internet, anonymement ou pas selon mon choix.

L’URL pour déposer plainte en ligne est :

www.internet-signalement.gouv.fr

Là, très facilement, on se laisse guider en fonction du type de plainte à déposer.

J’ai procédé à un banal copier – coller du courriel incriminé, dans le corps de la plainte.

La machinerie est lancée.

Comme la tentative d’escroquerie vient de l’Étranger (a priori), c’est Interpol qui va prendre le relais. Et advienne que pourra.

Je ne m’attend pas à un résultat particulier puisque, averti, je n’ai subi aucun préjudice, mais il est intéressant de faire part du mode d’emploi de ce site du Ministère de l’intérieur français.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Services de lutte contre la cybercriminalité
4 acteurs de la sécurité informatique
Bonnes pratiques de navigation sur Internet

Les risques du téléchargement et quelques principes utiles
LOPPSI Projet de loi remanié par le Sénat
Cybersécurité : Le gouvernement français créé un groupe d’intervention rapide

Autres Juridique et Sécurité :

Récapitulatif 5 Sécurité
Récapitulatif 5 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :