Égalité homme-femme : C’est quoi ?


Définition de l’égalité homme-femme

haut conseil égalité femme hommeQuand on parle d’égalité homme-femme ou femme-homme, on pense essentiellement à l’égalité de salaire, à diplôme égal et poste égal.

Ceci est vrai. Cependant, l’égalité entre les hommes et les femmes au travail s’étend à d’autres obligations de la part de l’employeur

Recrutement

Dans les offres d’emploi publiées par l’entreprise, le poste doit être ni féminisé ni masculinisé.
C’est pourquoi, deux solutions sont possibles :

  • Mettre le nom du poste avec les deux genres. Exemple : Chargé/chargée de communication. Ou/et
  • Ajouter la mention (H/F), qui indique que le poste peut être occupé par l’un ou l’autre genre

Seule exception : Les rôles dans les œuvres artistiques.
Il est difficile de demander un homme pour incarner Jeanne d’Arc, ou une femme, pour représenter Louis XI. Bien que …

Carrière

Les femmes et les hommes doivent être traités de la même manière dans leur déroulement de carrière. Cela concerne notamment :

  • Le compte personnel de formation
  • La promotion
  • Les congés payés
  • La mutation professionnelle

Et aussi :

Parité dans les conseils d’administration

L’application de la parité femme-homme dans les conseils d’administration est progressive depuis 2014 : 40% minimum doivent être des femmes.

Néanmoins, seules les entreprises cotées en bourse et quelques sociétés anonymes ou en commandites sont concernées et sous certaines conditions, définies par la loi.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les discriminations à l’embauche
Sécurité : 7 astuces pour rentrer seule dans le noir
Survie de l’entreprise : Se former, former son personnel

QE ou Quotient d’Intelligence émotionnelle : C’est quoi
Décret 2019-253 : Retrait des jeunes travailleurs en danger
Entreprise : Charte de la parentalité

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 19 Emploi
Récapitulatif 19 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Premier emploi : Adaptation impérative


Démarrer dans la vie active : S’adapter aux règles du monde du travail

projection population activeQuand on démarre un nouveau travail, il y a un temps d’adaptation.

Quand c’est le premier emploi, ce temps d’adaptation est plus long.

D’un côté, il y a la découverte du poste, de l’entreprise, des collègues.
De l’autre, il y a la découverte du monde du travail avec beaucoup de règles non exprimées et qu’il faut apprendre, notamment les relations entre les personnes.

Protection vs concurrence

Tant que l’on est dans le système scolaire, d’apprentissage, on se trouve avec des personnes qui ont sensiblement le même âge, et qui partagent des connaissances de la vie avec des références identiques ou proches.
Les exceptions viennent du côté des enseignants et du milieu familial. L’un et l’autre sont, généralement, protecteurs.

C’est l’inverse dans le monde du travail. Le nombre de postes est restreint. La concurrence pour en obtenir un est rude.
De plus, une fois en poste, la concurrence est encore plus âpre. Les jalousies, les envieux, les rumeurs, les heurs entre personnes avec des référentiels différents, notamment dans les relations :

  • homme – femme,
  • jeune – moins jeune,
  • handicapé – valide,
  • intelligent – frustre,
  • sensible – calculateur,
  • ambitieux – bien à sa place,
  • cadre – non-cadre,
  • etc.

Égalité vs Inégalité

Là où l’on se trouvait sur un pied d’égalité avec les autres, où ce qui permet de se différencier les uns des autres sont les résultats scolaires, donc le mérite du travail individuel, organisé et qui dépend uniquement de son assiduité, de sa volonté et de son envie de réussir ses examens.

Ici, dans le monde du travail, on se trouve à inégalité les uns par rapport aux autres.
Les relations sont très différentes puisqu’on y trouve une hiérarchie, des contraintes imposées à respecter impérativement sous peine de se faire rejeter.
On doit obéir et faire ce qui est demandé.

En plus, il faut le faire de la manière demandée, avec des méthodes imposées, la plupart du temps.
L’initiative personnelle est plus ou moins acceptée selon le mode de management de l’équipe et de l’organisation dans laquelle on travaille.

Réalité vs imagination

Il est tout à fait légitime que l’on soit plus ou moins perturbé quand on débute son premier emploi.
Son propre système de valeur est mis à rude épreuve. Les convictions, jusqu’ici très ancrées et qui paraissaient « LA » vérité se trouvent confrontées à une réalité souvent différente.
Les illusions, les projets, les ambitions, et aussi les encouragements, les rencontres, le soutien, sont tous mélangés au contact des autres.

Ami vs Collègue

On choisit ses amis, pas ses collègues.

Autant, dans un milieu plutôt fermé des études, les rencontres et les amitiés se faisaient selon les affinités des uns avec les autres.
Il y est très facile d’ignorer ceux qui ne nous plaisent pas, que l’on ne comprend pas ou qui nous dérangent, autant c’est impossible dans le milieu du travail où il faut avec.

Il faut faire avec tous les types de comportements des autres, les paroles prononcées.
Et, en plus, il faut accepter puisque le pouvoir en entreprise s’ajoute à la structure de l’organigramme des postes de travail.

Les mauvaises langues sont actives et les bons conseils sont données selon les intentions des personnes qui exercent un certain pouvoir et que d’autres écoutent.

Intégration vs préjugés

La volonté de s’intégrer dans une équipe est parfois insuffisante quand, en face, on se trouve confronté à des préjugés.
C’est un peu comme vouloir que l’autre vous aime alors que ce n’est pas le cas : on a beau faire tous les efforts possibles de séduction, l’autre reste insensible.

Dans le monde du travail, c’est encore plus compliqué.
En effet, les réactions des autres face à ses efforts d’intégration dans l’équipe et dans l’entreprise, sont très variées et au-delà d’un simple j’aime – je n’aime pas.

Il y a certaines actions ou certains propos que l’on apprécie et d’autres moins, plus ou moins, beaucoup ou absolument pas.

Motivation vs déception

Les sentiments que l’on peut avoir en exerçant pour la première fois un métier, varient énormément en cours de journée.
En une phrase, un chef, un collègue, parfois un subordonné quand on est chef dès son premier emploi, on peut se sentir à l’aise ou tout l’inverse.

Par exemple, quand un chef dit : « c’est très bien, il faut continuer, mais avec plus de conviction et de réussite », on se sent à la fois reconnu, flatté et malheureux de le savoir insatisfait, encouragé à faire mieux et déçu de ne pas y être encore arrivé.
Sans compter les réactions de celles et ceux qui ont entendu ce qui a été dit et qui vont vous juger, vous encourager ou tenter de vous enfoncer, selon leurs propres rapports avec le chef.

Respect de soi et des collègues

Entrer dans le monde du travail, c’est faire face aux autres, se faire respecter et respecter les autres, accepter qu’ils aient des comportements et des convictions différentes, les accepter ou les contrer selon sa personnalité.

Un collègue est une nouvelle notion que l’on découvre en débutant dans une entreprise. Avant, on avait uniquement sa famille et ses amis.
Voilà qu’une nouvelle dimension s’ajoute : le collègue, qui est son égal, son supérieur ou son subordonné, selon sa position hiérarchique au sein de l’organisation pour laquelle on travaille.

Philippe Garin

Pour réussir votre venue sur le marché du travail, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Marché de l’emploi : La loi de l’offre et de la demande
Emploi : Autopsie du discours d’un candidat malheureux
Management : L’entretien d’intégration

Période d’essai : quand le nouveau collaborateur est déçu
Nouvel emploi : Bien s’intégrer pour réussir sa période d’essai
Efficacité : 30 jours pour une nouvelle habitude

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Indice de développement humain IDH


Indice de développement humain

Indice de développement humainPour mesurer les pays où il fait bon vivre, le Bureau du Rapport du Développement Humain ou BRDH, a défini un ensemble de critères et un savant calcul pour comparer le degré de développement humain dans tous les pays.

Ce Bureau du Programme des Nations-Unis pour le développement ou UNDP a ainsi donné une liste des pays, classés selon cet Indice de Développement Humain ou IHD (en anglais).

Les critères

Deux grandes familles regroupent les 7 critères retenus :

Accroissement direct des capacités humaines

  1. Vie longue et en bonne santé
  2. Connaissances
  3. Niveau de vie décent

Création de conditions favorables au développement humain

  1. Participation à la vie politique et communautaire
  2. Viabilité environnementale
  3. Sécurité et droits de l’homme
  4. Promouvoir l’égalité et la justice sociale

Le top 25 du classement des pays selon l’IDH en 2014

Rang Pays IDH
01 Norvège 0.944
02 Australie 0.935
03 Suisse 0.930
04 Danemark 0.923
05 Pays-Bas 0.922
06 Allemagne 0.916
06 Irlande 0.916
08 États-Unis 0.915
09 Canada 0.913
09 Nouvelle-Zélande 0.913
11 Singapour 0.912
12 Hong-Kong 0.910
13 Lichtenstein 0.908
14 Suède 0.907
14 Royaume-Uni 0.907
16 Islande 0.846
17 Corée (république de) 0.898
18 Israël 0.775
19 Luxembourg 0.892
20 Japon 0.891
21 Belgique 0.890
22 France 0.888
23 Autriche 0.885
24 Finlande 0.863
25 Slovénie 0.880

Source : 2015_human_development_report_overview_-_fr

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément:

Sites officiels de 20 pays et gouvernements
Décalages horaires par Pays et Ville – 1 –  et – 2 –
Indicatifs téléphoniques internationaux

Le pourboire en et hors Europe
Les 10 principes du Pacte Mondial des Nations-Unies
Das Kind – L’enfant

Autres Bien-être et Voyage :

Récapitulatif 15 Bien-être
Récapitulatif 14 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Infractions routières à l’étranger : Vous allez payer !


PV sur la route à l’étranger : Vous allez payer !

avis de contraventionVous allez détester le code « 2015/413 ». C’est la directive européenne du 11 mars 2015 facilitant l’échange transfrontalier d’informations concernant les infractions en matière de sécurité routière.

Pour ceux qui voyagent

Les Français qui se font prendre dans les pays suivants sont sanctionnés, dès leur retour en France :

  1. Allemagne
  2. Belgique
  3. Espagne
  4. Italie
  5. Pays-Bas
  6. Pologne
  7. Roumanie

En contrepartie, les ressortissants de ces pays qui commettent des infractions à la sécurité routière en France reçoivent aussi leurs sanctions dans leur propre pays.

Attention : un accord similaire avec la Suisse est en vue.

Une question d’égalité

Avec, en France, plus de 20 % des infractions constatées par les radars sur la route ont pour origine un véhicule immatriculés hors de France.

Pendant l’été, avec l’afflux de touristes européens, ce sont 50% des infractions qui sont le fait de conducteurs de véhicules étrangers.

D’une part, cette directive européenne 2015/413, transposée dans la loi française, pour le moment avec ces 7 pays, favorise l’égalité de traitement des sanctions entre ces européens.

Les ressortissants de ces pays vont payer, comme les Français.

D’autre part, l’impunité relative des conducteurs français dans ces pays est terminée. Si vous êtes concernés, vous allez payer.

Un conseil tout simple : voyagez en respectant le code de la route, où que vous soyez.

Source : Conseil de l’Europe

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Telepoints : Pour connaître le nombre de points sur son permis de conduire
Constat auto amiable sur votre smartphone à partir du 1er décembre 2014
Disque bleu européen OBLIGATOIRE dans les zones bleues de stationnement

Fêtes nationales des pays en Europe
Indicatifs téléphoniques internationaux
Protéger son habitation pendant les vacances quelques conseils de bon sens

Autres Bien-être, Juridique et Voyage :

Récapitulatif 15 Bien-être
Récapitulatif 14 Juridique
Récapitulatif 14 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Développement durable : Les 17 objectifs de l’ONU


Les objectifs de développement durable

Les médias nous en parlent à longueur d’actualités. Pourtant savons-nous ce qu’est le développement durable ?Les 3 piliers du développement durable

Chacun a sa propre idée.

Ne serait-ce pas un changement dans le fonctionnement de nos sociétés qui favorisent les énergies renouvelables de telle façon que les générations futures puissent vivre aussi bien que nous ?

L’ONU a une définition en 17 points à atteindre pour parvenir à un développement durable. Les voici :

Objectif 1 : La pauvreté

Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde

Objectif 2 : La faim

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable

Objectif 3 : La santé

Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge

Objectif 4 : L’éducation

Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie

Objectif 5 : L’égalité des sexes

Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles

Objectif 6 : L’eau

Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau

Objectif 7 : L’énergie

Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable

Objectif 8 : L’emploi

Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous

Objectif 9 : L’industrie

Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation

Objectif 10 : L’égalité des pays

Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre

Objectif 11 : La sureté

Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables

Objectif 12 : La production

Établir des modes de consommation et de production durables

Objectif 13 : Le climat

Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions

Objectif 14 : Les mers

Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable

Objectif 15 : La biodiversité

Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité

Objectif 16 : La justice

Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous

Objectif 17 : La mondialisation

Renforcer les moyens de mettre en oeuvre le Partenariat mondial pour le développement durable et le revitaliser

*Étant entendu que la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques est la principale structure intergouvernementale et internationale de négociation de l’action à mener à l’échelle mondiale face aux changements climatiques.

Source : ONU 2015b

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

La pyramide de Maslow
Ce que vous devez atteindre
Valeurs et motivations : Le portrait chinois

Vos priorités dans la vie
Confiance en soi : Un indicateur pour la mesurer
Règles pour être un humain

Autres Bien-être:

Récapitulatif 14 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Se sentir bien en entreprise : Les 7 critères


Avoir un travail et s’y sentir bien

J'aime mon travailLes critères qui permettent de savoir si l’on se sent bien dans son entreprise ou sa future entreprise sont propres à chacun.
Si l’un va privilégier la rémunération, un autre préférera les perspectives d’évolution de sa carrière ou la proximité et sa vie de famille.

Dans son classement des 400 meilleurs employeurs, le magazine Capital, nous fourni les critères retenus par leurs employés pour déterminer ce qui leur tient le plus à coeur. Cette liste est basée sur un sondage à grande échelle de 30 000 employés.

Appropriez-vous ces critères. Retenez ceux qui correspondent à votre situation, votre ambition.

Que vous soyez en poste ou au chômage, que vous soyez satisfait de votre travail ou que vous en cherchiez un dans lequel vous allez vous sentir mieux, classez ces critères selon l’importance que vous leur donnez.

Utilisez une échelle

Mettez un degré d’importance sur chacun des critères pour pouvoir les comparer les uns aux autres. Par exemple, la rémunération sera « très importante » et la « formation continue » sera « accessoire ».

Voici une échelle pour vous permettre d’apprécier ces critères selon votre goût :

  1. Très important
  2. Important
  3. Moins important
  4. Accessoire

Ces critères pour la recherche d’un poste

Une fois établi le classement des critères :

  • analysez les offres d’emploi, pour les candidatures en réponse à une annonce, et les entreprises, pour, aussi, les candidatures spontanées,
  • postulez à celles qui remplissent les critères que VOUS avez retenus

Votre motivation en sera d’autant plus forte qu’un maximum de ces critères seront remplis par l’entreprise envisagée.

Pour ceux qui sont en poste

Faites l’exercice par rapport à votre société actuelle et vous pourrez ainsi décider d’y rester ou d’envisager d’en changer.

Pour les employeurs, les 7 critères

Pour faire partie des meilleures entreprises, la taille de votre entreprise est sans importance. Pour conserver les meilleurs éléments et attirer vos futurs employés, satisfaits de travailler pour vous, au point qu’ils voudront rester longtemps chez vous, mettez en place sur les 7 critères suivants :

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Stress : maladie contagieuse ou faute du management ?
Sentir son auditoire pour être un bon orateur
Quels Points faibles mettre dans une lettre de motivation ?

Réflexions pour une orientation professionnelle
Burnout ou Syndrome d’épuisement professionnel
Psychologie du travail dans l’organisation du bureau

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 12 Emploi
Récapitulatif 12 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Recrutement : Les clichés sur les femmes et sur les hommes


Les clichés sur les femmes et sur les hommes pénalisent ou facilitent leur recrutement

L’égalité des chances en entreprise est une illusion

métiers à contre-courant du sexismeIl y a la loi sur l’égalité des chances, loi n° 2006-396 du 31 mars 2006

et

il y a la réalité sur le terrain, pleine de clichés sur les avantages et les inconvénients à embaucher une femme ou un homme.

Rapport de nombre dans un service

Un recruteur aura tendance à vouloir rééquilibrer un service composé principalement de femmes ou d’hommes en embauchant un homme ou une femme.

Histoire de ne pas se faire taxer de sexisme, dans un sens ou dans un autre.

Belle ou beau

Être une femme dans un service ou une entreprise où les propos entre collègue sont grivois ou sexiste, est plus difficile lorsque les critères de beauté sont en sa faveur.

De même, être dans les canons de la beauté masculine dans des entreprises ou des services composés essentiellement de femmes, facilite ou condamne le candidat à l’embauche.

Association de métiers à un sexe

« Ma fille veut devenir maçon », « Mon fils veut être sage-femme »

Oui, pourquoi pas, dans l’absolu.

L’arbre cache la forêt et les quelques exemples de femmes générales ou dans les comités de direction de grandes entreprises, ou d’hommes exerçant un métier « féminin », restent des exceptions.

Les qualités attribuées à un sexe

Autant il est plus facile d’accepter qu’une femme soit vendeuse en lingerie fine qu’un homme ou qu’un homme soit vendeur de machines-outils pour des usines qu’une femme, autant il est des qualités recherchées par les recruteurs selon des clichés sur ce que font les hommes mieux que les femmes ou les femmes mieux que les hommes.

C’est ainsi que les femmes se voient attribuer des qualités d’organisation, de douceur qui font d’elles la majorité des Directrices de Ressources Humaines, par exemple.

Et les hommes se voient attribuer des qualités de force, de caractère rude de négociateurs qui font d’eux la majorité des diplomates ou d’ouvrier dans les industries lourdes, par exemple.

Les clichés ont la vie dure

C’est oublier, dans tous ces clichés qu’un homme peut être plus sensible qu’une femme ou qu’une femme manager peut être plus exigeante qu’un homme, par exemple.

En fait, les clichés sont des généralisations qui sont appliqués à l’individu, consciemment ou inconsciemment, dans les entrevues de recrutement, avant même de s’intéresser à la personne, à ses qualités propres et ses compétences.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les discriminations à l’embauche
Handicap et Emploi : Comment trouver 2/2
Les salaires en Allemagne 3/4 : écarts entre l’Est et l’Ouest

Tempes grises : Soigner son apparence
L’âge, véritable handicap pour l’emploi ?
Les hommes sont les kilomètres

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 11 Emploi
Récapitulatif 11 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :