Recrutement : Audace, ambition ou provocation


6/7 Audace, ambition ou provocation

Le choc de la rencontre

Management
Le recruteur se trouve confronté à certains candidats audacieux, provocateurs, pleins d’ambitions ou orgueilleux, pédant, trop sûr d’eux ou cherchant à dominer.

La tendance naturelle est le rejet de tels traits de caractère. Il convient au recruteur de distinguer entre une attitude naturelle du candidat d’une attitude artificielle.

Sommaire :

1 La passion et l’enthousiasme
2 La richesse de la personnalité
3 La curiosité de bon aloi

4 Tout est dans le détail
5 La lumière intérieure et extérieure
6 Audace, ambition ou provocation

7 Les bonnes questions

De « bons » défauts ?

Un candidat audacieux, orgueilleux ou ambitieux présente des avantages pour prendre les responsabilités de certains postes où ces « défauts » s’avèrent être des qualités utiles.

Il est donc important pour le recruteur de bien avoir déterminer avec l’employeur décisionnaire les qualités personnelles qu’il attend du futur titulaire du poste. Plus le poste est haut dans la hiérarchie et plus cette analyse du besoin en personnalité est importante. Le style de management dans l’entreprise doit avoir une influence plus importante que le ressenti du recruteur vis-à-vis du candidat.

Attitude naturelle ou un rôle joué ?

Il est donc tout aussi important pour le recruteur de déterminer durant l’entretien d’embauche si l’attitude du candidat est un rôle qu’il joue pour éviter de se faire dominer par le recruteur où s’il agit ainsi tout le temps, et principalement au travail.

Certains candidats ont tellement peur de rater leur entretien qu’ils vont se mettre à être agressifs, à interrompre le recruteur ou à poser des questions saugrenues. De même, ils vont répondre à côté de la question posée, fixer les yeux de leur interlocuteur avec insistance, utiliser un langage trop châtié ou l’inverse.

Les questions que pose le recruteur auront pour but de faire la part des choses. Si l’ambition du candidat lui fera quitter le poste trop vite aux yeux de l’employeur, ou, au contraire le pousseront à donner le meilleur de soi-même pour progresser dans la hiérarchie alors le recruteur sera enclin à l’éliminer de la liste des finalistes ou à le mettre en tête de liste.

Pas de pardon

A l’inverse, si le candidat est incorrect ou laisse une impression désagréable tout au long de l’entretien alors il quittera le bureau du recruteur sans aucune chance de continuer le processus de recrutement pour ce poste.

Par exemple, le recruteur posera la question des points forts et des points faibles ou axes de progrès. Selon que le candidat reconnaisse les défauts qu’il montre ou qu’il les élude le plus longtemps possible donne une indication sur le caractère naturel ou artificiel de cette attitude provocatrice ou dominante prise durant l’entrevue.

Le recruteur doit prendre du recul face à de tels candidats pour éviter de se laisser prendre au piège de ses propres émotions.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Faute du recruteur : 6 Prenez du recul
Les raisons de l’échec à l’embauche
Points forts points faibles : les connaître, pourquoi ?

Ayez l’air d’être la personne indispensable en entretien d’embauche
Soyez irrespectueux envers le recruteur pour rater son entretien d’embauche
Dites du mal de votre ancien chef ou de vos anciennes entreprises

Autres emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les rôles dans la communication ou sachez pourquoi vous communiquez mal


Les rôles dans la communication ou sachez pourquoi vous communiquez mal

En raison de la personnalité des individus, leur position sociale, la communication intervient dans un contexte général ou préexiste des relations de sympathie hostilité et de domination soumission.

La combinaison de ces tendances permet de déterminer huit types de rôles auxquels correspondent des réactions spécifiques
Les rôles dans la communication

 

Le rôle

Ses caractéristiques

Les réactions provoquées

Le père

Il est de, du secours, il aime, mais sans renoncer à son autorité.

Sentiment de sécurité, confiance, adhésion, docilité

Le patron

Il dirige, commande, impose avec fermeté, sans perdre de vue les aspects humains de la communication.

Respect, admiration, obéissance

L’exploiteur

Il se sert de façon péremptoire et autoritaire de tous les moyens à disposition pour tirer profit de sa situation.

Antipathies, méfiance, complexe d’infériorité, soumission, blocages

Le tyran

Il exerce son pouvoir de façon autoritaire et contraignante, considérant a priori les autres comme des ennemis.

Haine, hostilité, opposition, révolte

Le rebelle

Il se révolte contre l’autorité, parfois non ouvertement ; ses intentions sont malveillantes.

À version, sanctions, recherche d’élimination

Le timoré

Timide et méfiant, il reste très dépendant d’une autorité qui lui pèse malgré tout

Mépris, arrogance, autoritarisme

L’enfant

Il respecte sans réserve l’autorité, admire son « père » et lui fait toute confiance.

Attachements, affection, reconnaissance

L’assistant

C’est un collaborateur dévoué, qui apporte toute son aide à son interlocuteur

Estime, affection, reconnaissance

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les 6 erreurs humaines d’après Cicéron
Das Kind – L’enfant
La pyramide de Maslow

Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre
CNV Communication Non Violente : Les 4 étapes de l’OSBD
Règles pour un manager pour des phases difficiles de communication

Autres Communication :

Récapitulatif 1 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les quatre attitudes de base de la négociation


Les quatre attitudes de base de la négociation

Les 4 attitudes de base de la négociationQuel que soit l’enjeu de la négociation : un contrat commercial, un litige, une embauche, et que vous souhaitez réussir la négociation, vous allez être confronté à quatre attitudes de base, qui sont définies par votre relation à l’autre.

En commerce ou en diplomatie, le but recherché est d’obtenir satisfaction en laissant l’autre faire une « bonne affaire », ou le croire, ou le faire croire.

Attitude de domination

Vous souhaitez satisfaire vos propres désirs, vos propres besoins au détriment de l’autre

Gagnant / Perdant

Attitude de retrait

Vous êtes indifférent aux désirs et besoins de l’autre

Pas d’accord

Attitude de renoncement

Vous renoncez à vos propres désirs et besoins pour satisfaire ceux de l’autre

Perdant / Gagnant

Attitude de coopération

Vous trouvez un accord basé sur la prise en compte des désirs et besoins des deux

Gagnant / Gagnant

Philippe Garin, 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Définition des critères d’exigence dans le domaine des Relations entre les personnes
Comment donner confiance à son interlocuteur
Les trois savoir-faire de la communication selon la PNL

Devise 027 : Il n’y a rien de plus dangereux qu’un homme d’affaires honnête
Devise 003 : Ne paie jamais plus que nécessaire
Stratégie de présentation en six points

Autres Communication :

Récapitulatif 1 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :