Le bore-out : « Quel ennui ! »


Le bore-out, c’est quoi ?

bore-out et burn-outSur le lieu de travail, nombreuses sont les situations où l’ennui s’installe.

Vous arrivez au travail et vous vous sentez fatigué (e) avant même de commencer et cela se poursuit toute la journée.

Ce qu’on appelle l’ennui au travail s’exprime par un nouveau mot : le bore-out. C’est un syndrome d’épuisement professionnel, au même titre que le burn-out.

Cette théorie a été présentée dans un livre écrit par deux consultants d’affaires suisses, Peter Werder et Philippe Rothlin, dans lequel ils émettent l’hypothèse que le syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui se caractérise par trois éléments :

  • l’ennui,
  • l’absence de défis
  • le désintérêt

C’est important ?

Plus de 30 % des salariés seraient concernés, selon l’étude de Christian Bourion et Stéphane Trebucq, « Le bore-out-syndrom ».

Le phénomène de l’ennui au travail est ancien. On l’appelle aussi démotivation au travail.

Il est du rôle du manager de traiter ce phénomène avant que la frustration du salarié le conduise à des arrêts de travail, à un étalement de son travail dans le temps ou à aller voir si les tâches proposées par d’autres entreprises ou organisations lui conviennent mieux.

Qui est concerné ?

Tous les métiers et toutes les entreprises sont concernés. Ce syndrome touche toutes les catégories socio-professionnelles.

Il s’agit de l’adéquation entre les aspirations personnelles de chaque salarié avec ses tâches au travail. Ce syndrome apparaît plus fréquemment chez des stagiaires lorsqu’ils sont sollicités pour faire des photocopies ou apporter du café, alors qu’ils sont là pour apprendre leur futur métier.

On le retrouve aussi chez les apprentis. Lorsqu’un employeur lui confit des tâches qui sont différentes et peu intéressantes pour celui ou celle qui doit les exécuter.

Quant aux autres salariés, de multiples causes peuvent les conduire au bore-out :

  • Avoir fait le tour de son métier.
    Les seniors sont les plus concernés, ainsi que les ambitieux (on peut cumuler les deux !) qui veulent toujours progresser et qui ne voit aucune perspective.
  • Se retrouver seul (e) ou « au placard ».
    Pas ou peu de contact avec les autres, aucune tâche particulière ou des tâches ennuyeuses, avec des moyens insuffisants, vont générer un stress par l’ennui
  • Avoir une routine qui rend le temps qui passe très long.
    La répétition des gestes ou des tâches n’apportent aucune satisfaction. L’esprit est libéré pour des pensées sans rapport avec le travail, la frustration s’installe.
  • Être trop qualifié (e).
    Les tâches semblent trop faciles, sont trop rapides à exécuter, grâce à ses connaissances ou son expérience. L’ennui s’installe très rapidement et l’envie d’avoir un poste à sa mesure se fait fortement ressentir
  • Manquer d’activité.
    Avec la baisse d’activité dans certaines entreprises, il y a de moins en moins de choses à faire, de dossiers ou de demandes à traiter, de produits à fabriquer, de clients à servir, etc.

Le bore-out touche aussi :

  • les chômeurs
  • les retraités
  • les invalides
  • les handicapés
  • les femmes à la maison
  • les jeunes en formation ou scolarisés

Le désoeuvrement, consenti ou volontaire, est également générateur d’ennui. Les occupations peut valorisantes ou sans rapport avec ses centres d’intérêt, l’incompréhension des autres à sa situation, etc. mènent au bore out.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entretien d’embauche : La passion et l’enthousiasme
Quitter son emploi ou rester : Telle est la question
Loi de Fraisse (Paul) : La perception du temps est subjective

Je peux le faire !  ou motivation personnelle en 8 étapes
Au travail : Motivation et Démotivation vues par les employés
Définition des critères d’exigence dans le domaine de la Motivation

Autre Bien-être et Management :

Récapitulatif 12 Bien-être
Récapitulatif 12 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les nouveaux chômeurs vous font de l’ombre ? Comment vous motiver


Quel est l’état d’esprit d’un demandeur d’emploi à l’annonce des chiffres mensuels du chômage ?

Les nouveaux chômeurs vous font de l'ombreChaque nouveau chômeur lui fait de l’ombre. C’est un concurrent supplémentaire dans la course aux emplois !

Plus le temps passe, et plus le stress augmente. Plus le temps passe et plus la concurrence augmente.
Les derniers arrivés passent devant, suivant le principe LIFO (Last In First Out)

Pour rajouter de l’huile sur le feu :

« un chômeur de plus d’un an n’a plus de chance de retrouver un emploi« .

Propos prononcé par un responsable d’une organisation nationale concernée, dont je tairais le nom, et qui m’ont été confirmé par un recruteur lors d’un entretien d’embauche. Merci pour la délicatesse !

Perte des repères

Il est vrai qu’avec le temps, on perd certains réflexes, comme

  • se lever toujours à la même heure, que l’on soit fatigué ou pas,
  • prendre un café lors de pause fixées à l’avance,
  • regarder ses mails,
  • assister à des réunions de travail ou effectuer un travail en solo,
  • retrouver les autres à la cantine,
  • reprendre sa voiture ou son bus pour rentrer chez soi.
  • Se détendre à la maison,
  • faire la séparation entre les périodes d’activités professionnelles et sa famille, sa maison, ses amis, ses loisirs, ses weekends.

Tout cela est mélangé et plus le temps passe, plus la démotivation, l’aigreur arrive.

Le conjoint et les enfants supportent mal ou plus du tout d’avoir un « inactif » à la maison qui ne « fait » rien, qui n’aide pas, qui passe son temps à sa recherche d’emploi ou qui y a , plus ou moins renoncé, ou pire, qui accepte de petits boulots alimentaires, au noir ou en intérim.
Là au moins, on a encore un lien avec le monde du travail.

Le retour au travail

Et puis, un jour, parce qu’on n’a pas renoncé, parce que l’on a continué à voir ses anciens collègues, à fréquenter ses mêmes groupes de réseau qu' »avant », à poursuivre la lecture de ses journaux professionnels, à sortir à des salons, des clubs, à rencontrer des recruteurs lors d’entretien d’embauche parce que l’on a mis un mot ou une phrase sur son CV ou/et sur sa lettre de motivation, quelqu’un va donner sa chance et remettre le pied à l’étrier.

Ou encore, parce que l’expérience et l’âge aidant, parce que c’est une envie qui touche un français sur 1000, parce que l’on a une idée qui nous semble bonne, parce qu’on se donne les moyens de réaliser son rêve, on créé sa propre entreprise.

Pour cela, il faut franchir le cap du blues et du découragement.
C’est plus facile quand on est accompagné, quand on peut partager avec une personne, de préférence en dehors de la structure familiale.

Dans tous les cas, que vous soyez demandeur d’emploi depuis peu ou depuis longtemps, vous devez présenter une image de confiance à vos interlocuteurs, une image de pro, une image de quelqu’un qui savait de quoi il parle, L’homme ou La femme de la situation attendu(e) par le recruteur.

Les premiers temps, vous allez avoir quelques difficultés à reprendre des habitudes de travail.
Cela revient très vite, et vous êtes à nouveau pleinement opérationnel.

Ce qui est important, c’est le présent et l’avenir.
Peu importe que ce l’on a fait et les postes que l’on a occupés, ce qui est important, c’est ce que l’on est, maintenant, pas chômeur, pas demandeur d’emploi, mais on propose son savoir-être et tout ou partie de ses savoir-faire à un employeur ou à des clients, contre une rémunération, qui s’appelle salaire ou honoraires.

Avoir un projet, même s’il n’aboutit pas, permet de conserver le contact avec le monde de l’entreprise, même si l’on est un chômeur de longue durée.

CQFD.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Je peux le faire ! ou motivation personnelle en 8 étapes
Reconversion professionnelle ou évolution de carrière
Tenté (e) par l’informatique ? : Motivations et capacités

Les étiquettes professionnelles ou « t’es pas fait pour ça »
Autoentrepreneur et indemnités chômage : mode d’emploi
Quiz sur la recherche d’emploi

Autres Emploi :

Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Au travail : Motivation et Démotivation vues par les employés


Au travail : Motivation et Démotivation vues par les employés

légion d'honneurDans une entreprise, l’efficacité passe par la motivation des employés. Plus la motivation est forte, plus efficace est leur travail, en quantité et en qualité.

Pour un manager, une bonne organisation au travail doit tenir compte des éléments de motivation ainsi que des éléments qui détériorent la motivation de ses collaborateurs.

Éléments de motivation

  • L’équilibre vie professionnelle / vie privée
  • Travailler avec un manager que l’on respecte et dont on apprend beaucoup
  • Des collègues que l’on apprécie
     
  • Travailler avec des équipements à la pointe des technologies
  • Le sentiment de la sécurité de l’emploi, d’une entreprise ’stable’
     
  • Un environnement agréable : architecture des bureaux, alentours du bâtiment, etc.
  • Des temps de transports courts

Éléments de démotivation

  • Les collègues qui manquent d’implication dans leur travail
  • Les collègues colporteurs de ragots et rumeurs
     
  • Les « emprunteurs d’idées », se servant des suggestions des autres pour se faire valoir
  • L’absentéisme avec arrêts maladie fréquents
  • Les collègues peu respectueux de l’espace de travail des autres (parlant fort, laissant la sonnerie de leur portable…)

source : OfficeTeam

Philippe Garin

Pour un management plus motivant, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Actions d’amélioration au sein d’une entreprise
Définition des critères d’exigence dans le domaine de la Motivation.
L’inefficacité de Franz Schubert

Amélioration : 10 principes pour être efficace en entreprise et ailleurs
Indicateurs d’efficacité
Définition de l’effectivité et définition de l’efficience

Autres Bien-être, Management et Organisation :

Récapitulatif 6 Bien-être
Récapitulatif 6 Management
Récapitulatif 6 Organisation

Tous les billets de ces catégories se trouvent dans les pages Organisation, Management et dans la page Bien-être du menu Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi appliquer


Une maxime de Goethe

Goethe 1791

Goethe 1791

Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi appliquer.
Il ne suffit pas de vouloir, il faut aussi le faire.

Goethe

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Le Savoir est géré en informatique
Cinq critères pour savoir ce que l’on veut
CV Tout savoir

Cinq critères pour savoir ce que l’on veut
Les différentes sources du pouvoir
Winston Churchill : Un pessimiste et un optimiste

Autres Bien-être :

Récapitulatif 1 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :