Sécurité : 7 astuces pour rentrer seule dans le noir


7 astuces pour rentrer chez soi sans être importunée

se protéger quand on rentre seule la nuitPresque toutes les femmes ont connu ce sentiment désagréable sur le chemin du retour chez soi le soir ou la nuit.

Dès que quelqu’un arrive en face, ou pire quand des pas retentissent derrière soi, le cœur commence à battre fortement.
La crainte d’être attaquée devient très forte.

Voici 7 trucs pour vous permettre de vous sentir plus en confiance et vous protéger sur le chemin.

Source : Brigitte, magazine allemand

1 Ne sortez pas votre téléphone

Si vous pouvez avoir l’impression que de simuler une conversation va vous sauver, c’est l’inverse qui risque de se produire.

En effet, un agresseur potentiel sera attiré par la lumière de l’écran. Il pensera que votre attention est attirée par l’écran et que vous prêtez, ainsi, moins d’attention à votre entourage, donc à son approche.

De plus, le passage de la lumière de l’écran au noir de l’environnement nécessite un bref instant d’adaptation pendant lequel l’agresseur potentiel s’est approché.

2 Portez un casque en ayant coupé le son

Le fait de porter un casque permet d’atténuer les sons de la rue.

En ayant coupé le son, vous entendez seulement les sons qui ont un certain niveau sans devoir sursauter à chaque petit bruit qui parait toujours plus inquiétant la nuit que le jour

3 Changez votre trajet

Quand on rentre chez soi, on passe généralement par le chemin le plus court, ou, du moins, par un chemin habituel bien connu.

Changer de trajet pour passer par les rues éclairées ou devant des boutiques, etc. permet de retarder le passage sombre avant votre lieu d’habitation (ou de rendez-vous).

De plus, varier le trajet, en passant par un chemin ou un autre, d’une manière aléatoire diminue le risque d’être suivie par un prédateur à la cherche du meilleur endroit pour vous agresser.

À l’inverse, il est toujours possible de s’arrêter dans un endroit repéré à l’avance en cas où vous vous sentez suivie : boutique, station-service, ou chez une connaissance qui habite sur votre trajet.

4 Emportez un sifflet à roulette ou criez au feu

Le genre de sifflet utilisé par les arbitres des rencontres de football (soccer) est idéal dans son sac-à-main.

En cas de sentiment d’insécurité sur le chemin, vous le tenez dans la main.
Si un agresseur se présente, soufflez fort dans le sifflet pour lui couper son envie et attirer le voisinage.

Une autre astuce est de hurler « au feu ».

Crier « au secours » produit une réaction de paralysie chez la plus grande majorité des gens, qui préfèrent se préserver plutôt que de venir à l’aide.

Par contre, quand ils entendent qu’il y a un incendie près de chez eux, ils ouvrent fenêtres et portes, ou/et sortent pour voir ce qui se passe.

Dérangé, l’agresseur s’enfuit immédiatement. Du moins, vous pouvez l’espérer.

5 Avertissez un proche

Il est très facile d’envoyer un message à un prochain, avec son smartphone, pour le prévenir de l’endroit où l’on se trouve.

Tout retard peut être causé par un empêchement quelconque, et aussi par une agression.

C’est pourquoi, la personne prévenue peut vous rappeler dès le dépassement de l’heure prévue d’arrivée pour s’inquiéter de votre sort.

Si besoin, et en l’absence de réponse, elle peut déclencher une recherche pour vous retrouver.

6 Photographiez les plaques numérologiques

Le chemin à pied vous dérange et vous préférez y aller en taxi ou vous faire raccompagner.

Parfois, il est plus prudent de photographier la plaque numérologique du taxi ou de la voiture.

Mieux vaut éviter de monter dans une voiture d’un inconnu, même s’il vous propose de vous raccompagner jusque chez vous.

En prenant une photo, vous signalisez au chauffeur que vous prenez vos précautions et qu’en cas d’incident, vous aurez la possibilité de les retrouver.
Grâce à cela, certaines personnes mal intentionnées abandonneront leur idée d’agression, si c’était leur intention.

7 Ayez une lampe de poche

Avec le même type de lampe de poche dont dispose les policiers, vous avez la possibilité d’éclairer votre chemin, en premier.

Si nécessaire, vous pourriez aussi éclairer le visage de votre agresseur en plein dans les yeux pour vous laisser quelques instants pour vous enfuir.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment dénoncer un harcèlement au travail
Pièces à présenter pour déposer plainte
Personne toxique, relation toxique : Définition et exemples

Enlèvement d’enfant : Des mesures simples de protection
Consignes à respecter pour se baigner et éviter la noyade
Travailler la nuit, travailler le soir : Que dit la Loi ?

Autres Sécurité :

Récapitulatif 19 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Décret 2019-253 : Retrait des jeunes travailleurs en danger


Retrait des jeunes travailleurs en danger

jeune travailleur en danger peut-êtreEn France, la loi autorise le travail de jeunes dès l’âge de 15 ans, bien que l’école soit obligatoire jusqu’à 16 ans en France.

Cette différence existe en présence d’un contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation ou en alternance.

Le décret n° 2019-253 du 27 mars 2019 relatif aux procédures d’urgence et aux mesures concernant les jeunes âgés de moins de 18 ans qui peuvent être mis en œuvre par l’inspection du travail, renforce le pouvoir de protection des jeunes travailleurs en danger.

Les dangers qui les guettent

Est considéré en danger, un jeune qui serait

  • Affecté à un travail interdit, ou/et
  • Exposé à des actes ou représentations à caractère pornographique ou violent, ou/et
  • Affecté à un travail impliquant la manipulation de matières chimiques dangereuse

Un jeune en formation professionnelle, par dérogation accordée à la demande de l’employeur par l’inspection du travail, peut

  • Travailler en hauteur,
  • Travailler sur des machines,
  • Être en contact avec du métal en fusion,
  • Etc

Le retrait

En cas de constat d’une mise en danger d’un jeune travailleur, c’est-à-dire en présence d’un risque sérieux d’atteinte à la santé, la sécurité ou l’intégrité physique ou morale, l’inspecteur du travail peut, sans aucun préjudice pécuniaire pour le jeune :

Les sanctions

La Dirrecte peut :

  1. Interdire à l’entreprise d’embaucher des jeunes travailleurs
  2. Contraindre l’entreprise à payer le jeune jusqu’à la fin prévu de son contrat ou convention de stage

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Activités dangereuses et prévention associée (Code du Travail Art. R237-7 AL-1)
Les aides à l’embauche depuis le 01/01/2019
Employeur : Votre salarié (e) décède, que faire ?

Les nouvelles règles pour l’apprentissage dans la loi n° 2018-771
Travailler la nuit, travailler le soir : Que dit la Loi ?
Employeur : Les aides à la Préparation Opérationnelle à l’Emploi ou POE

Autres Emploi et Juridique :

Récapitulatif 19 Emploi
Récapitulatif 19 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Où est-il interdit de se garer ?


Il est interdit de se garer Là !

Les stationnements interdits, sous peine d’amendes plus ou moins élevées selon la gêne occasionnée, sont indiqués dans les articles du Code de la Route R417-09, R.417-10, R417-11

La jurisprudence détaille les sanctions pour de nombreuses infractions commises, pour certains même de bonne foi : de la simple amende à 35 € jusqu’à 3 points sur le permis de conduire au cas où le stationnement présente un danger, agrémentée d’un retrait de permis jusqu’à 3 ans en dehors des activités professionnelles. Aïe, aïe, aïe !

Rappel des interdictions

Il est interdit de se garer en dehors des emplacements réservés. C’est la règle du « quand ce n’est pas signalé, c’est interdit ».

Il est formellement interdit de se garer :

  1. Sur le trottoir,
  2. Sur un passage pour piétons,
  3. Sur une voie de circulation réservée aux transports publics et aux taxis, sauf véhicules titulaires du label « autopartage »,
     
  4. Sur les voies vertes,
  5. Sur les bandes et pistes cyclables,
  6. Sur un emplacement réservé aux personnes en situation de handicap, sauf en présence sur le pare-brise d’une indication de la situation de handicap,
     
  7. Sur les emplacements réservés aux transports de fonds, sauf à certaines heures et seulement pour une partie de ceux-ci,
  8. Sur les stationnements réservés aux deux-roues motorisés, sauf ces véhicules,
  9. Sur les emplacements avec dispositifs destinés à la recharge en énergie des véhicules électriques, si son véhicule n’en est pas,
     
  10. Devant une sortie de parking,
  11. Sur un bateau, même devant chez soi, même avec un panneau « interdit sauf »+numéro de la plaque, car ils permettent l’accès aux services de secours,
  12. Entre le bord de la chaussée et une ligne continue lorsque la largeur de la voie restant libre est insuffisante pour passer,
     
  13. Sur les ponts,
  14. Dans les passages souterrains, tunnels et sous les passages supérieurs,
  15. À proximité des signaux lumineux de circulation ou des panneaux de signalisation lorsque son véhicule est susceptible de masquer cette signalisation,
     
  16. À proximité d’une bouche à incendie lorsque le véhicule ralentit ou en empêche l’accès,
  17. À proximité des intersections de routes, des virages, des sommets de côte
  18. À proximité des passages à niveau.

S’il n’est pas interdit, et pour cause, un emplacement payant par horodateur peut faire l’objet d’une amende, en cas de dépassement de l’horaire.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour en savoir plus, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Vignette Crit’Air : Mode d’emploi
Écoute, écoute, écoute la route
0,2 g/L = zéro verre d’alcool

Télépéage : Comment ça marche
Infractions routières à l’étranger : Vous allez payer !
Autoroute A1 : Modulation de tarif sur le trajet Lille – Paris

Autres Bien-être :

Récapitulatif 19 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Consignes à respecter pour se baigner et éviter la noyade


Pour se baigner en toute sécurité

baignade dans les vaguesAssurez-vous de votre niveau de pratique

  1. Pour vous et vos enfants, apprenez à nager avec un maître-nageur sauveteur, le plus tôt possible.
  2. Ne surestimez pas votre capacité à nager

Choisissez les zones de baignade surveillées

  1. Informez-vous sur les zones de baignade pour savoir si elles sont surveillées, interdites ou dangereuses, avant de partir et confirmez à votre arrivée.
  2. Pour vous baigner, choisissez les zones surveillées où l’intervention des équipes de secours est plus rapide.
  3. Restez toujours attentifs à vos enfants, même si la zone est surveillée.

Informez-vous sur les conditions de baignade

  1. En arrivant sur votre lieu de baignade, renseignez-vous auprès du personnel chargé de la surveillance sur les conditions de baignade : nature des vagues, courants, marées, dangers naturels, etc.
  2. Respectez toujours les consignes de sécurité signalées par les drapeaux de baignade et/ou par les sauveteurs.
  3. Assurez-vous que les conditions de baignade ne vont pas devenir dangereuses au cours de la journée.
  4. Consultez régulièrement les bulletins météo, jusqu’à plusieurs fois par jour.

Pendant la baignade avec vos enfants

  1. Restez toujours avec vos enfants quand ils jouent au bord de l’eau ou dans l’eau.
  2. Baignez-vous en même temps qu’eux.
  3. Désignez un seul adulte responsable de leur surveillance.
  4. Faites reconnaitre par un maître-nageur sauveteur la capacité de vos enfants, à évoluer dans l’eau en toute sécurité.
     
  5. Qu’ils savent nager ou pas, équipez vos enfants de brassards (portant le marquage CE et la norme NF 13138-1) adaptés à la taille, au poids et à l’âge de l’enfant (voir informations sur le produit et la notice d’information) dès qu’ils sont à proximité de l’eau.
  6. Méfiez-vous des bouées ou des autres articles flottants (matelas, bateaux pneumatiques, bouées siège,…), ils ne protègent pas de la noyade et peuvent être entraînés par le courant.
  7. Surveillez vos enfants en permanence, même s’ils sont équipés de brassards.

Pour vous-même

  1. Si vous ressentez le moindre frisson ou trouble physique, ne vous baignez pas.
  2. Prévenez vos proches lorsque vous allez vous baigner.
  3. Soyez vigilant lors de la baignade
  4. Faites attention à la zone d’impact des vagues : certaines zones du corps comme la tête, le cou ou le ventre étant plus fragiles.
     
  5. Ne surestimez pas votre condition physique.
  6. Avant de partir nager au loin, assurez-vous que vous pourrez revenir sur la terre.
  7. Souvenez-vous qu’il est plus difficile de nager en milieu naturel (mer, lac, rivière) qu’en piscine.
     
  8. Ne consommez pas d’alcool avant et pendant la baignade.
  9. Ne vous exposez pas excessivement au soleil avant la baignade.
  10. Rentrez progressivement dans l’eau, particulièrement lorsque l’eau est froide et que vous vous êtes exposé au soleil.

En cas de danger imprévu

  1. Ne luttez pas contre le courant et les vagues pour ne pas vous épuiser.
  2. Si vous êtes fatigué, allongez-vous sur le dos pour vous reposer.
  3. Vos voies respiratoires dégagées, respirez normalement et appeler à l’aide.

Source : INPES Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Monoxyde de carbone : Quoi, où, les dangers
Secourir 1/5 : Les bons gestes
IST : La Prévention contre les Infections Sexuellement Transmissibles

Échelle de Beaufort et tailles des vagues
Poissons, coquillages et crustacés : Les tailles à respecter
Peau blanche : Quel est votre type de peau ?

Autres Bien-être, Sécurité et Voyage :

Récapitulatif 18 Bien-être
Récapitulatif 18 Sécurité
Récapitulatif 18 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Harcèlement au travail : 3. Cesser de travailler


3. Cesser le travail

cesser le travail en cas de harcèlementLorsque la victime a préparé son dossier et que les tentatives de faire cesser les gestes et les propos, qui conduisent au harcèlement moral ou sexuel, elle a le droit de cesser de travailler.

Sommaire Dénoncer un harcèlement au travail :

  1. Préparer son dossier
  2. Se plaindre
  3. Cesser le travail

Elle va alors justifier qu’elle encoure un danger grave et imminent pour sa santé physique ou mentale.

La personne qui se sent harcelée, et qui en a les preuves, fait valoir son droit de retrait, Article L4131-3 du Code du travail.

C’est la dernière étape qui déclenche automatiquement une réaction de l’employeur, qu’il soit ou non impliqué dans le harcèlement moral ou sexuel.

Le conflit est ouvert

Un dépôt de plainte aux Prud’hommes est alors recommandé, voire indispensable.

Une plainte à l’encontre de la personne, auteur des faits de harcèlement, au pénal, est alors possible, en plus.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quand la critique devient harcèlement
Incompétence ou 10 conseils pour faire face aux critiques
Le POUVOIR en entreprise : oui, mais lequel

Grooming : Attention les jeunes !
Faute grave : Définition juridique
Propos déplacés sur votre site web : Que faire ?

Autres Juridique et Management :

Récapitulatif 18 Juridique
Récapitulatif 18 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Comment dénoncer un harcèlement au travail


Harcelé (e) ? Que faire ?

doigts croisées mensonge harcèlementUn de mes correspondants m’a annoncé avoir perdu aux Prud’hommes contre son employeur, qu’il avait accusé de harcèlement sexuel.

En conséquence de quoi, cette personne a dû payer les frais de justice, mais encore a perdu son emploi.

Elle a toutefois éviter une plainte pour dénonciation calomnieuse, le harceleur en avait pourtant le droit.

Qu’aurait-il fallu qu’elle fasse pour faire cesser les agissements ?

Sommaire :

  1. Préparer son dossier
  2. Se plaindre
  3. Cesser le travail

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quand la critique devient harcèlement
Incompétence ou 10 conseils pour faire face aux critiques
Le POUVOIR en entreprise : oui, mais lequel

Grooming : Attention les jeunes !
Faute grave : Définition juridique
Propos déplacés sur votre site web : Que faire ?

Autres Juridique et Management :

Récapitulatif 18 Juridique
Récapitulatif 18 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Produits chimiques : Les 9 symboles de danger


Symboles de danger appliqués sur l’étiquetage des produits chimiques

Sur les étiquettes des contenants de produits chimiques, on trouve les mêmes symboles de danger qu’à l’arrière des camions qui les transportent.

L’étiquetage est établi pour la vente, l’utilisation, le stockage et le transport des produits chimiques.

Voici les 9 symboles de danger :

produit très toxique

Produits Très Toxiques (T+)

Produit dangereux en cas de pénétration dans l’organisme par le nez, la bouche ou à travers la peau.

produit toxique

Produits Toxiques (T)

Produit dangereux en cas de pénétration dans l’organisme par le nez, la bouche ou à travers la peau.

produit nocif

Produits Nocifs (Xn)

Produits dangereux en cas de pénétration dans l’organisme par le nez, la bouche ou à travers la peau.

produit irritant

Produits Irritants (Xi)

En cas de contact ou d’inhalation ces produits peuvent provoquer une irritation de la peau, une inflammation des yeux ou une irritation des voies respiratoires.

produit corrosif

Produits corrosifs (C)

Produits pouvant exercer une action destructrice sur les tissus vivants (peau, yeux, muqueuses).

produit facilement inflammable

Produits Facilement Inflammables (F)

Produits pouvant s’enflammer facilement en présence d’une source d’inflammation à température ambiante (inférieure à 21°C).

produit extrêmement inflammable

Produits Extrêmement Inflammables (F+)

Produits pouvant s’enflammer très facilement en présence d’une source d’inflammation même au-dessous de 0°C. Point d’ébullition inférieur à 35°C.

produit comburant

Produits Comburants (Oxydants : O)

Produits pouvant favoriser ou activer la combustion d’une substance combustible. Au contact de matériaux d’emballage (papier, carton, bois) ou d’autres substances combustibles, ils peuvent provoquer un incendie.

produit expliosif

Produits Explosifs (E)

Ce sont des liquides ou des solides capables d’exploser sous l’action d’un choc, d’un frottement, d’une flamme ou d’une chaleur.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Extincteurs : Comment les distinguer
Les 4 classes de feux
Tableau périodique des éléments chimiques : Phrases mnémotechniques pour se souvenir

Origine du nom des notes de musique
Le langage des fleurs
Arobase ce drôle de signe

Autres Sécurité  et Bien-être :

Récapitulatif 14 Sécurité
Récapitulatif 14 Bien-être

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :