Poissons, coquillages et crustacés : Les tailles à respecter


Ne pas pêcher au-dessous de ces tailles

Tailles minimales des poissons Tailles minimales à respecter dans la pêche source : SNPPM

Pêcher un poisson trop petit, c’est mettre en danger le renouvellement de l’espèce.

En respectant les tailles, indiquées ci-après, le cheptel peut se reproduire. Au-dessous, c’est manger son capital au lieu de prendre sur les intérêts.

La Nature est impitoyable : la reproduction se fait quand les individus sont assez âgés pour celan c’est pourquoi il faut remettre à la mer les spécimens trop petits.

En fonction des quotas autorisés par la Commission européenne, ces tailles sont susceptibles de varier d’une année sur l’autre. Il convient donc de vérifier les modifications éventuelles.
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Poissons

Anchois

12 cm

Bar

42 cm

Barbue

30 cm

Cabillaud

42 cm

Chinchard

15 cm

Congre

60 cm

Dorade grise et rose

23 cm

Dorade royale

23 cm

Églefin

30 cm

Espadon

170 cm

Flet

20 cm

Hareng

20 cm

Lieu noir

35 cm

Lieu jaune

30 cm

Limande

20 cm

Limande sole

25 cm

Lotte

50 cm

Maquereau

20 cm

Merlan

27 cm

Merlu

27 cm

Rascasse

30 cm

Rouget barbet ou de rocher

15 cm

Sardine

11 cm

Sole

24 cm

Turbot

30 cm

Coquillages

Buccin ou bulot

4,5 cm

Couteau

10 cm

Coque

3 cm

Coquille Saint-Jacques

11 cm

Huître creuse

5 cm

Huître plate

6 cm

Moule

4 cm

Ormeau

9 cm

Oursin

5,5 cm

Palourde

4 cm

Pétoncle

4 cm

Praire

4,3 cm

Crustacés

Araignée de mer

12 cm

Crevette

3 cm

Étrille

6,4 cm

Homard

8,7 cm

Langouste

23 cm

Langoustine

9 cm

Tourteau

14 cm

Source : Comptoir de la mer

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

Correspondance de tailles pour chapeau
Conversion taille de soutien-gorge
Activités dangereuses et prévention associée

Quimper à la fin de la Terre
Sémaphore : des signes pour se parler
Échelle de Beaufort et tailles des vagues

Autres Voyage :

Récapitulatif 16 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Sémaphore : des signes pour se parler


Navigation et Aviation sont les deux secteurs où les signes de sémaphore sont utilisés

Autant le code Morse est utilisé pour la télégraphie, autant il est parfois nécessaire de pouvoir échanger des messages sur de longues distances quand la voix ni l’électronique de ne peuvent être utilisées.

Le système de sémaphore est à l’inverse du système Braille. Le premier est essentiellement visuel alors que le second a été inventé pour les aveugles et malvoyants.

C’est pourquoi, l’alphabet sémaphore est l’un des plus anciens moyens de communiquer. Initialement employé dans la Marine pour les échanges entre navires, autant le sémaphore est plus fréquent pour le guidage au sol des avions de nos jours.

Voici les signes de sémaphore et leurs significations, vus de face:

Code sémaphore

Utilisation du code sémaphore

En 1806, Napoléon charge Charles Dupillon d’inventer un dispositif de surveillance des côtes et des navires. C’est la naissance de ces postes de surveillance, appelé sémaphores.

Le code Sémaphore est inventé, pour permettre la communication entre les navires et les sémaphores. C’est le seul moyen à l’époque de se faire comprendre sur de grandes distances et qui soit codifié d’une manière simple, à partir de l’alphabet latin.

L’invention du télégraphe, puis celle de la radio a remplacé l’usage du code sémaphore dans la plupart des situations.

Le code sémaphore est semblable au code Morse en ce que chaque lettre d’un message est traduite en une autre forme pour lui permettre d’être plus facilement communiquée.

Sémaphore est utilisé pour communiquer visuellement des informations sur de longues distances.

Pour utiliser sémaphore, un opérateur titulaire d’un drapeau ou baguette allumée dans chaque main. L’opérateur étend ses bras dans la position correcte et une pause pour chaque lettre du message. « Attention » est le seul signal qui implique le mouvement et la position de « repos » est le seul moment où les drapeaux se croisent.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Les atouts du langage
Convaincre par les mots
Congruent Définition Communication verbale et non verbale

Compréhension dans la communication
PNL Code de représentation VAKO
Suffixes AA – BR des noms de domaine ISO 3166

Autres Communication :

Récapitulatif 12 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Différence entre un marin et un boucher


Quelle est la différence entre un marin et un boucher ?

Un marin voit la côte avant le port

Un boucher voit le porc avant la côte

Ce jeu de mots m’est revenu à l’esprit sur le chemin de retour d’un déplacement professionnel, suite à un mot que m’a lancé mon correspondant « Arrive à bon port ! » en guise de salutation de départ. Oui, mais lequel ?

Ce bon mot, entendu dans mon enfance, m’a permis de me rappeler ce qu’est une ancre, en communication (pas une ancre de marin !)

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

L’ancrage ou l’imprégnation
Comment se libérer une ancre négative
La courte histoire d’amour de Nopécu

Un peu de détente et buvons un coup
chez les papous
L’inefficacité de Franz Schubert

Autres Humour et Communication :

Récapitulatif 4 Communication
Récapitulatif 6 Communication
Récapitulatif 6 Humour

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Communication et Humour du menu Autres Catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter