Veille économique : êtes-vous prêt (e) ?


La veille économique

étapes de la mise en place de la veilleSe préparer contre les aléas ou les surprises permet d’en contrer les effets.

Pour cela, il faut être informé (e) à temps.
Pour cela, le meilleur moyen est d’assurer une veille, passive et active afin de prendre les mesures et les décisions qui conviennent pour poursuivre votre but.

Pour une entreprise

Dans le cas : d’une entreprise, la veille est économique et concurrentielle.

Voici un panel de questions pour vous aider à déterminer si vous avez une veille de qualité ou si vous devriez la perfectionner et augmenter votre réactivité.

Suivez-vous :

  1. Les évolutions des besoins de vos clients ?
  2. L’environnement économique de votre secteur d’activité ?
  3. La législation qui s’applique à votre entreprise ?
  4. La réglementation s’appliquant à votre entreprise ?
  5. L’action des associations et Organisations non gouvernementales qui s’intéressent à votre entreprise ?
  6. Les tendances et évolutions prévisibles du marché ?
  7. L’évolution des parts de marché de vos concurrents ?
  8. Le comportement de vos concurrents envers votre entreprise ?
  9. Les produits et services de vos concurrents ?
  10. Le comportement de vos concurrents envers vos produits et services ?
  11. L’évolution prévisible du coût de vos fournisseurs ?
  12. L’image de votre entreprise sur Internet : réseaux sociaux, forums, blogs, etc. ?
  1. L’entreprise a-t-elle une image de performance ?
  2. Existe-il un risque de contrefaçon de votre production ?
  3. Avez-vous pris des mesures contre ce risque ?
  4. Avez-vous identifiés des opportunités de développement, notamment à l’international ?
  5. Faites-vous appel à des acteurs à l’international ?

Moins de 14 réponses positives et vous êtes bon(ne) pour vous tenir mieux informé (e).

Source : DIRRECTE

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Être informé à temps pour agir (vu par Machiavel)
La communication externe : Double face
Emploi ou Business : 10 conseils pour sa veille concurrentielle ou pour sa recherche d’emploi

Consignes à respecter pour se baigner et éviter la noyade
Emploi : Internet pour se renseigner sur l’entreprise, mode l’emploi
Comment utiliser le succès d’un concurrent : Démonstration par Microsoft

Autres Management:

Récapitulatif 18 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Productivité : Demandez à votre Némésis : La compétition motive


La compétition est un facteur de motivation

nemesis rivalité ennemiVotre « Némésis » est votre pire ennemi.

Vouloir faire mieux que son concurrent, c’est comme battre son ennemi.
La compétition entre deux personnes, collaborateurs ou/et concurrents, est un point fort de la motivation et, par-delà une source de productivité.

Un manager avisé ira jusqu’à mettre en avant « l’employé (e) du mois ». Il peut aussi accorder une prime au rendement ou exceptionnelle.

Toutes les motivations qui vont générer de la fierté, un sentiment d’être meilleur (e) que les autres entraîneront l’envie de faire plus et mieux que les « concurrents »

Plus la rivalité est forte et plus les rendements seront meilleurs ; du moins tant que le chef maîtrise la situation.
Attention, cependant, à ce que la rivalité reste limitée à la compétition et éviter d’aller jusqu’au conflit ouvert entre les individus.

L’ambition et la promesse, explicite ou attendue, d’une reconnaissance par le chef, sont aussi des facteurs forts de productivité. C’est pourquoi, il convient de féliciter à défaut de récompenser. L’un comme l’autre reste à la hauteur des moyens de l’entreprise ou de la satisfaction personnelle du collaborateur

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour une meilleure organisation dans votre travail, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Résolvez vos problèmes durant votre sommeil
Management participatif : Votre plus grande satisfaction
Qualités personnelles recherchées ou points forts pour un recrutement

Devise 047 : Ne fais jamais confiance à un homme qui porte un meilleur costume que toi
Mener un entretien d’évaluation d’un collaborateur
Définition des critères d’exigence dans le domaine de la Motivation

Autres Management et Organisation :

Récapitulatif 17 Management
Récapitulatif 17 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Gérer les suggestions des clients


Gérer les suggestions des clients

Suggestion, idéeC’est aussi tout au long du processus de la relation client qu’il faut examiner les suggestions des clients, les prendre en charge ou expliquer au prospect/client pourquoi ses suggestions sont impossibles à prendre en l’état ou avec aménagement.

Sommaire :

  1. Gérer les insatisfactions des clients
  2. La relation avec le commercial : source d’insatisfactions
  3. Insatisfaction client : Les causes financières
  4. La gestion de la réclamation
  5. Gérer les suggestions des clients
  6. Insatisfactions et suggestions des clients : Les objectifs

Cela va du cahier des charges ou de l’impossibilité de proposer un produit ou un service, jusqu’au traitement de la réclamation par une solution de substitution.

Par ailleurs, il existe aussi des suggestions du client sans rapport direct avec le produit ou le service dont il a besoin.
Il peut faire des remarques, des suggestions, des recommandations sur les sous-traitants à contacter, les méthodes de travail, l’organisation interne de son fournisseur, ou la création de nouveaux produits ou services.
abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Toutes les idées des clients sont à analyser :

  • Le cycle de vie d’un produit ou d’un service,
  • l’arrivée de concurrents,
  • l’initiative,
  • la recherche et développement

sont issues des suggestions des clients et des prospects.

Lorsque l’un d’eux amène, directement ou indirectement, une idée, celle-ci peut servir au fournisseur à développer une nouvelle offre, à ajouter dans sa panoplie de produits ou de services pour l’ensemble de ses clients.

Il est même possible, selon le secteur d’activité, que ces suggestions soient rémunérées ou compensées par d’autres moyens légaux à la disposition de l’entreprise.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Inventions grâce à la perception du temps
Méthode SBAM pour booster sa relation client
Comment retenir et valoriser ses propres idées

Pourquoi les propositions, recommandations, nouvelles idées sont-elles souvent refusées ?
Choix de projets : Méthode de la moyenne pondérée
Prise de décision : 10 méthodes

Autres Management et Organisation :

Récapitulatif 15 Management
Récapitulatif 15 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Démission d’un salarié = fuite d’informations : Comment s’en prémunir


Les entreprises font-elles trop confiance dans leurs employés ?

Pour travailler, le salarié a besoin d’accéder, de manipuler et d’enrichir les données de l’entreprise.

fuite d'information

Information copiée

Dans chaque service, à chaque poste de travail, chacun a besoin d’une partie des informations sur les produits et les services, les chiffres et les perspectives, les formules et autres recettes ou plans de fabrication, les données sur les employés, les clients et les fournisseurs, les partenaires et sous-traitants, etc.

La fuite d’information est une copie, totale ou partielle, des informations qu’un salarié effectue en dehors de l’entreprise à des fins personnelles. Lorsque ces informations sont transmises à un concurrent ou à un état, c’est de l’espionnage industriel, scientifique, économique.

Lorsque ces informations sont conservées par le salarié pour s’en servir lui-même, cela peut créer de la concurrence directe, une violation de brevet ou une alerte sur les pratiques et les personnes à l’intérieur de l’entreprise.

Il se peut aussi que les informations retenues par le salarié aient un impact mineur ou aucun impact sur l’entreprise elle-même, et qu’elles ne servent qu’à fournir des connaissances indirectes au salarié.
Par exemple, des méthodes de travail personnel, des formulaires vierges, l’art de faire de bonnes présentations, un lexique professionnel, un mode d’emploi de logiciels du marché, etc.

Ces informations forment une base de connaissances à partir d’informations issues de l’entreprise. Elles aident le salarié à progresser, sans compromettre la confidentialité et le respect dus à l’entreprise.

Comment empêcher une fuite d’information ?

De grosses sommes sont investies chaque année dans des systèmes de protection des données informatisées dans les entreprises.
Dans le meilleur des cas, l’accès aux données est contrôlé par des dispositifs physiques ou logiciels, qui identifie la personne ou la machine qui tente d’accéder aux données et en refuse ou en accorde l’accès.

Là où un intrus est repoussé, un salarié est autorisé. Il convient alors de restreindre son accès aux données dont il a besoin dans le cadre de son travail et uniquement ces informations-là.
Une alerte devrait retentir en cas de tentative d’accéder à des données autres que celles auxquelles il a droit.

Quant aux données mises à la disposition du salarié, les moyens de copies peuvent restreindre le risque de fuite : interdiction ou contrôle de l’usage de copieurs et d’imprimantes, traces de toutes les manipulations des données informatisées, interdiction ou contrôle de toutes les copies informatiques des données, sur disque dur, clés, Internet, etc.

Néanmoins, il reste toujours la possibilité au salarié d’effectuer des copies, dans le cadre de son travail.
De plus, il existe des informations de l’entreprise qui ne sont pas informatisées. Par exemple, les idées, les échanges verbaux, les réflexions sur un sujet précis.

La surveillance en entreprise est limitée. Les contrôles sont souvent inexistants ou mis en place au moment de la démission du salarié. Or celui-ci a tout le temps d’effectuer des copies d’information les jours ou les semaines qui ont précédé sa démission.

L’efficacité de tous les systèmes de protection des données est peu testée et mise en pratique.

Sensibilisation et engagement du salarié

La prévention du risque de fuite d’information passe par une sensibilisation du salarié, de son entretien d’embauche au jour de son départ. Régulièrement, une à deux fois par an, des rappels au respect des règles doivent avoir lieu.

Le salarié doit savoir ce qui encourt en cas de fuite. Il doit les connaître pour l’entreprise et pour lui-même. Il doit également participer activement à la prévention des fuites par d’autres salariés de son entourage professionnel à l’intérieur de l’entreprise.

L’entreprise doit disposer et mettre en place des règles de bon usage des informations.
La charte qui contient ces règles est à joindre au règlement intérieur de l’établissement. Ces règles font préalablement l’objet d’une information auprès des représentants du personnel et du personnel lui-même.

Toutes les règles doivent être lues et transmises aux salariés, directement ou par l’intermédiaire de panneaux d’affichage.

Le salarié doit s’engager, par écrit, avec date et signature, à respecter les règles de la charte du bon usage des informations, appelée souvent charte informatique lorsqu’elle ne contient que des règles concernant l’usage des données informatisées et des moyens informatiques.

Si un salarié refuse de signer, c’est comme s’il refusait d’appliquer le règlement intérieur de l’entreprise et peut alors être soumis aux mêmes sanctions.

Rappel : le règlement intérieur est déposé à l’inspection du travail, la charte l’est donc aussi. Chaque modification de l’un ou de l’autre implique de déposer la nouvelle version à l’inspection du travail.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Vol de documents légalisé ? Non, sauf
Évolution de l’informatique dans l’entreprise
Le Cloud computing : un nouveau business modèle pour réduire le TCO informatique
Télétravail : La Loi Warsmann adoptée le 29 février 2012

Licencié pour avoir cherché à effacer ses connexions sur des sites porno
Sauvegarde : Comment les données sont-elles sauvegardées ?
Filtrage Internet : Pas de brimade des salariés
Quelles sont les menaces qui pèsent sur une entreprise

Autres Informatique, Juridique, Management et Sécurité :

Récapitulatif 12 Informatique
Récapitulatif 12 Juridique
Récapitulatif 12 Management
Récapitulatif 12 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Etes-vous prêt à quitter votre emploi en 25 questions


Quitter son emploi se fait sur un coup de tête ou après mûre réflexion

quitter son employeurVous en avez assez de votre emploi actuel, de vos collègues, de votre chef, de la direction de l’entreprise, de vos collaborateurs.
Vous aspirez à plus de reconnaissance, plus de salaire, plus de responsabilités, une meilleure position hiérarchique, plus d’intérêt dans le contenu du travail.
Ou
Vous êtes bien où vous êtes. Tout vous convient. Votre travail est à la hauteur de vos attentes et vous êtes satisfait de ce que vous faites. Et pourtant, vous vous demandez si votre carrière pourrait évoluer face aux enjeux de la concurrence et aux risques de disparition de votre entreprise.
Alors,
Répondez aux questions, en pensant à votre situation, puis comptez le nombre de « vrai »

Questionnaire

Question

VRAI

FAUX

    01. Votre chef bloque, par sa présence, votre évolution dans la hiérarchie.
    02. Quand le chef s’en va, c’est la concurrence entre les postulants internes, d’abord, puis avec des concurrents venant d’ailleurs.
    03. Salaire bloqué, qu’importent les raisons, changer de job, c’est ouvrir la possibilité d’un changement de salaire intéressant.
    04. Quand l’ennui arrive, vous avez le sentiment de stagner.
    05. Vous aspirez à d’autres horizons, à des activités différentes, à élargir votre cercle de connaissances.
    06. Trop de frictions avec votre hiérarchie actuelle pour espérer un renversement de votre situation. Voir ailleurs vous sera moins pénible que de rester.
    07. Les changements induits par la direction vous dérangent dans votre travail. Il devra être exécuté d’une manière avec laquelle vous ne vous y retrouvez pas, ou pire, il risque de disparaître ou d’être marginalisé.
    08. La situation de votre entreprise est fortement dégradée, l’ambiance devient lourde.
    09. Chercher un poste ailleurs maintenant permettrait d’éviter que vos collègues deviennent des concurrents sut les postes que vous envisagez.
    10. Votre branche professionnelle se porte mal.
    11. Vous pensez à une réorientation professionnelle, pour rester compétitif et maintenir votre valeur sur le marché du travail.
    12. Stress, fatigue, pression, conditions de travail difficiles : autant de bonnes raisons pour protégez votre santé en allant voir ailleurs.
    13. Les horaires de travail s’allongent et le travail n’avance pas suffisamment. Responsabilités ou/et activités prennent sur votre temps libre.
    14. Vous avez terminé de faire le tour du poste actuel et vous souhaitez continuer à apprendre.
    15. Votre salaire de démarrage était au-dessous du marché et l’est toujours malgré des augmentations.
    16. Le départ de collègues, c’est le signe que le bateau prend l’eau. Ils partent alors que vous avez le même niveau et acquis une expérience équivalente.
    17. Les derniers collègues arrivés montrent qu’ils sont plus compétents et valent mieux que vous.
    18. Les activités intéressantes sont réservées par d’autres employés.
    19. Vous sentez le besoin d’un nouveau challenge, de prouver et de vous prouver votre valeur.
    20. Votre attention est attirée par des offres d’emploi qui correspondent tout à fait à votre profil.
    21. Sans rien demandé, vous êtes sollicité pour rejoindre une autre entreprise.
    22. Vous avez une idée géniale et votre chef se l’approprie sans compensation pour vous.
    23. Vous envisagez de devenir votre propre patron.
    24. Votre famille ou/et vos amis vous poussent à changer de job.
    25. Vous souhaitez vous rapprocher de la ville où travaille votre conjoint.

TOTAL :

Chacun d’entre nous peut fixer un nombre de « vrai » différent pour prendre la décision d’aller voir si l’herbe est plus verte dans le champ d’à-côté.

Quelle est Votre limite ?

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour un accompagnement personnalisé, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

-Les autres sondages-

Quitter la France pour trouver un emploi ?
Autoentrepreneur et indemnités chômage : mode d’emploi

Bilan de compétences : Six raisons pour en établir un
Questions pour s’orienter ou se réorienter
CV rejeté : Pourquoi ?

La rupture conventionnelle : Mode d’emploi
Boosteremploi : la barre des 700 sites d’emploi atteinte pour démarrer la nouvelle année 2012  Plus de 1000 maintenant
Démission, réorientation professionnelle : la problématique du choix

Autres Emploi :
Récapitulatif 4 Emploi
Récapitulatif 8 Emploi

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Emploi ou Business : 10 Conseils pour sa veille concurrentielle ou pour sa recherche d’emploi


Emploi ou Business : 10 Conseils pour chercher

marché caché de l'emploi ou du businessQue vous soyez à l’écoute du marché caché de l’emploi pour dénicher une opportunité de poste avant que l’entreprise passe une petite annonce, ou pour obtenir des renseignements qui vont vous permettre d’écrire une lettre de candidature,

Que vous soyez en recherche d’idées pour votre offre de services ou pour créer de nouveaux produits, pour garder un oeil sur vos concurrents et anticiper les évolutions de votre affaire,

Vous êtes confronté à la nécessité d’assurer une veille, d’écouter ce qui se passe autour de vous, de cibler les entreprises et de rassembler un maximum d’informations pertinentes avant de déclencher une action.

Pour sa veille concurrentielle ou pour sa recherche d’emploi

Voici 10 conseils pour votre veille concurrentielle ou pour votre recherche du marché caché de l’emploi

  1. Sélectionner les entreprises de votre domaine d’activités
     
  2. Chercher les personnes qui travaillent à des postes de responsabilité dans ces entreprises : patrons, directeurs ou collaborateurs, dans les réseaux sociaux, Viadeo, Facebook, LinkedIn et sur Twitter
     
  3. Mettez en place des alertes sur l’actualité de ces entreprises et de ses personnes au travers de Google Alerts
     
  4. Abonnez-vous aux Newsletters de ces entreprises pour déceler un indice vous permettant d’écrire une lettre de motivation spontanée ou vous en inspirez pour déclencher des idées de business
     
  5. Vérifier la bonne santé financière des entreprises sélectionnées
     
  6. Visitez les sites Web et les blogs des sociétés et des personnes qui y travaillent ou qui y ont travaillé
     
  7. Renseignez-vous sur la fréquentation des sites Web de ces entreprises, grâce aux services d’outils comme Dataopedia
     
  8. Fréquentez les salons où exposent les entreprises sélectionnées et récupérez leurs plaquettes commerciales, la présentation de leurs produits et services
     
  9. Allez les voir à l’occasion d’évènements qu’ils organisent : journée portes ouvertes, séminaires, etc.
     
  10. Prenez contact avec eux

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Pôle emploi : Surveillez votre messagerie
Comment utiliser le succès d’un concurrent : démonstration par Microsoft
Le Titre Emploi Service Entreprise ou Tese pour simplifier les formalités d’embauche et de gestion

Carrière : Cinq conseils pour booster votre carrière
Offre d’emploi et petites annonces ne pas confondre
Les 6 défis de la modernité

Autres Emploi et Management :

Récapitulatif 7 Emploi
Récapitulatif 7 Management

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et dans la page Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les recettes magiques vers l’échec


10 recettes de managementmauvaise recette du management

1. Ne prenez pas de risques

Laissez les autres descendre dans l’arène et imitez ceux qui réussissent.
C’est la façon la plus sûre et la plus économique de rester dans la course

2. Contentez-vous du statu quo

Le changement est mauvais et n’engendre que des soucis

3. Appuyez-vous sur l’expérience du passé

(c’est plus sûr), ne modifiez pas vos méthodes et vos habitudes.
Si elles vous ont amené jusqu’ici, c’est qu’elles sont bonnes

4. Ne changez pas une stratégie qui donne de bons résultats

même si l’environnement et les conditions changent.
Il faut s’accrocher à ce que l’on sait faire et continuer

5. Ne soyez pas exigeant

Le niveau actuel est suffisant pour vous, pour votre entreprise, pour vos clients.
On sait depuis longtemps que « Le mieux est l’ennemi du bien »

6. Déléguez les décisions importantes à des spécialistes

et n’ayez pas peur de prendre le risque de vous « paralyser par l’analyse ».
Une décision tardive est moins grave qu’une mauvaise décision

7. Surveillez vos concurrents plutôt que vos clients.

N’hésitez pas à perdre la guerre du marché pour gagner la bataille de la concurrence

8. Justifiez la baisse de vos performances

A l’évidence, les problèmes proviennent de la conjoncture économique, de la concurrence, de l’État, des syndicats, etc.

9. Pensez d’abord à vous et à votre honneur

Pour garder tout votre prestige, n’admettez jamais une erreur.
Reportez la critique sur quelqu’un d’autre ou, mieux encore, sur le monde extérieur

10. Attachez plus d’importance aux apparences qu’aux réalités

aux avantages et au prestige de votre fonction qu’à votre mission

Ces recommandations sont faites par Roberto Goizueta, patron de Cola-Cola au moment de ces propos.

Arrêtez-vous un instant et répondez à la question :
à partir de laquelle de ces recettes n’avez-vous plus été d’accord et
avez-vous compris que R. Goizueta voulait insister sur ce qu’il ne faut surtout pas faire ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Comment est-on un mauvais manager
Les 4 missions du dirigeant
Jack Welch : « Mes conseils pour réussir »

Du Coca Cola sur une disquette
Les schémas directeurs classiques
Peur de ne pas réussir : Comment réagir

Autres Management :

Récapitulatif 4 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :