Entretien d’embauche : Jamais les mêmes questions. Zut alors !


Préparer des réponses pour rien ?

préparer des réponses aux questions en entretien d'embaucheRien de plus frustrant que de préparer des réponses aux questions les plus courantes des recruteurs et d’avoir toujours des questions en entretien d’embauche pour lesquelles on n’a pas préparé de réponses.

Facile à comprendre !

Le sentiment d’avoir « fait des efforts » pour rien est encore plus fort quand le résultat attendu est négatif.

Et pourtant, même après des centaines d’entretiens d’embauche, vous aurez toujours des questions nouvelles.

Les recruteurs ont deux types de questions : les questions classiques, y compris les questions soi-disant inattendues, car elles le sont pour le candidat, mais pas pour eux,

Les questions classiques ou soi-disant inattendues

Ce sont ces questions qui demandent de la réflexion, donc une recherche de réponse.
De préférence, vos réponses seront aussi classiques, agrémentées toutefois d’exemples qui vous sont propres, qui viennent de votre expérience ou/et des connaissances acquises durant une formation.

Les questions soi-disant inattendues et qui sont, en fait, des questions classiques dans le sens où elles sont là pour vous faire réagir, vous choquer, vous provoquer ou vous obliger à passer du coq à l’âne. En un mot, le recruteur cherche à analyser votre réaction de surprise. Le sens de la question importe peu.

Pour ce type de questions, il est possible de se préparer car il s’agit de définir, à l’avance, quel sentiment vous allez laisser paraître.
Répondrez-vous avec humour, avec un simple sourire, un air ahuri, avec colère ou énervement. Vous avez le choix.

Vous pouvez même pousser un soupir de soulagement si une telle question arrive car il est rare d’en avoir plusieurs dans la même entrevue de recrutement.

Et les questions qui leur viennent à l’esprit en vous écoutant

Le recruteur, employeur ou professionnel du recrutement, réagissent aussi aux réponses des candidats.

Ces questions-là sont liées directement à ce que vous dites durant l’entretien ou au contenu de votre CV ou de votre lettre de motivation.
C’est ce qu’on appelle un dialogue.

La préparation consiste simplement à bien se connaître.

Apportez et ayez votre CV sous les yeux pendant l’entretien, ainsi que votre lettre de candidature, que vous aurez relue juste avant le rendez-vous pour vous en rappeler les principales phrases sur lesquelles vous risquez d’être interrogé (e).

A de telles questions, toutes les réponses sont bonnes puisqu’elles sont en rapport direct avec ce que vous venez de dire.
Ce sont généralement des questions pour vous inciter à détailler vos propos.

Pas de piège. Seulement la volonté du recruteur de mieux vous connaître et savoir comment vous « fonctionner », découvrir votre mode de pensée dominant ainsi que votre aisance dans la communication.

Cela lui sert aussi à deviner vos points forts et vos points faibles, même s’il vous a posé cette question classique à un autre moment de l’entretien.

Un entrainement sans s’en rendre compte

Dites-vous toujours que si vous êtes en entretien d’embauche, c’est que vous avez attiré l’attention du recruteur et que vous avez toutes vos chances, au départ.

Vous avez tout à gagner, y compris du temps, car si un entretien se termine par une réponse négative, vous vous serez entraîné pour le prochain entretien.
En analysant ce qui a provoqué le refus, vous serez mieux armé (e) pour mieux communiquer lors des futurs entretiens.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

CNV Communication non violante : Les 4 étapes de l’OSBD
Quand répondre à une question provoque des regrets
Réussir son premier recrutement

Intégration en entreprise : Plus ou moins formalisée
Le Pourquoi de certaines questions en entretien d’embauche
Recherche d’emploi : Atout et qualité

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

L’inefficacité de Franz Schubert


L’inefficacité de Franz Schubert

Franz Schubert

Franz Schubert

Quelles sont les conséquences d’une pensée unidimensionnelle, purement rationnelle aurait demandé le professeur Martin Hilb à l’Évêque de Leeds en 1966, dans cette histoire vraie:

Le PDG d’une entreprise a reçu un jour un billet pour un concert, où doit être présentée la Symphonie inachevée de Franz  Schubert. Comme il n’a pas pu être présent lui-même, il a remis le billet pour le concert à son «Conseiller en Organisation du Travail ». Le lendemain, le patron lui demande, comment il a apprécié le concert. Au lieu d’une réponse orale, le consultant lui présenta le compte-rendu suivant:

  • Les quatre musiciens du haut n’étaient pas employés pendant des périodes de temps significatives. Le nombre de ces musiciens pourrait ainsi réduit et leur tâches réparties sur l’ensemble de l’orchestre pour éliminer les pics d’inactivité.
  • Les douze violons jouent les mêmes notes. Cela semble être des emplois doubles inutiles et le personnel de cette unité devrait être considérablement réduit. Si le volume du son doit être augmenté, cela pourrait être réalisé par un renfort électronique
  • Beaucoup d’efforts sont causés par le jeu de six doubles-croches. Cela semble être un raffinement excessif. Il est recommandé que toutes les notes soient arrondies à une seule double-croche. Cela permettrait d’être lu par un stagiaire ou par des musiciens moins qualifiés.
  • La répétition des passages par les instruments à vent qui ont été joués par les instruments à cordes ne sert aucun but. Si tous ces travaux répétitifs étaient éliminés, la durée du concert pourrait être réduite de deux heures à vingt minutes.

Si Franz Schubert avait tenu compte des points ci-dessus, il aurait certainement été en mesure de composer sa symphonie jusqu’à sa fin

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi: phgarin@gmail.com

Voir aussi :

blanc noir piou piou
Lois de non fiabilité de Gibbs
Arche de Noé ou Titanic où sont les compétences

Indicateurs d’efficacité
Définition de l’effectivité et définition de l’efficience
Sites Musique en ligne : les 13 engagements de la Charte

Autres Humour :

Récapitulatif 5 Humour

Les schémas directeurs classiques


Les schémas directeurs classiques

Schémas directeur classiques

Processus Schémas directeurs

Cliquez sur le schéma pour l’agrandir

Le premier schéma semble linéaire. Il propose, en fait, plusieurs scénarios possibles avec un plan de mise en oeuvre pour chaque alternative

C’est le second qui est le plus direct et mène au résultat attendu, peu importe la forme de la trajectoire de l’objectif au résultat

Philippe Garin, plus de 20 ans manager en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Voir aussi :

Pourquoi un schéma directeur ?
Approche d’un schéma directeur
Application du schéma directeur

Autres Informatique :

Récapitulatif 5 Informatique

%d blogueurs aiment cette page :