Métier ? Poleur ! Poleur ? C’est quoi ?


Poleur ? Qu’est-ce que c’est comme métier ?

Poleur ! Pas : au pôleDe nouveaux mots sont créés tous les jours et dans toutes les langues.
La langue française permet d’utiliser de tels mots avant qu’ils soient officiellement reconnus par l’Académie Française, gardienne institutionnelle de la langue.

Le mot de poleur vient de Pôle emploi, organisme français chargé de la gestion des demandeurs d’emploi.

Les instituts de sondages utilisent Internet pour toucher un panel de personnes à qui elles posent leurs questions. Au début, les questions posées ont pour objet de définir la catégorie de la personne sondée.

Cela concerne le sexe et l’âge, le lieu d’habitation et la catégorie socio-professionnelle.

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Quel est votre métier ?

Réponse : au chômage ? Non, c’est trop dégradant ! Comme si on faisait exprès d’être sans emploi.

Alors, la réponse est « poleur ».

A laquelle, il faut associer :

  • le statut de cadre ou d’employé, mais surtout pas chef d’entreprise. Là, le chef, c’est l’État
  • le niveau d’étude correspond à votre sortie du système de l’éducation national, avec ou sans diplôme
  • l’expérience est le nombre de mois et d’années cumulées en période de chômage et non pas de la durée de l’indemnisation
  • le niveau de rémunération est celui de votre indemnisation, multiplié par 12 pour la rémunération annuelle
  • la branche professionnelle devient le social et non pas l’administration ou celle de votre dernier emploi, quoique si le coeur vous en dit…
  • le nombre de personnes encadrées est zéro
  • les avantages en nature sont nombreux :
    • gratuité des transports pour se rendre à un entretien,
    • prise en charge des cotisations sociales,
    • abonnement gratuit au site Internet de Pôle emploi,
    • remboursement partiel ou total de certains frais de bouche et d’hébergement engagés pour se déplacer,
    • abonnement gratuit à la lettre d’information de Pôle emploi,
    • accompagnement et conseils pour sa recherche d’emploi, à raison d’une fois par mois, en théorie,
    • etc.
  • la durée du travail est zéro, sauf pour ceux qui travaillent à temps partiel, auquel cas, il faut indiquer une moyenne par semaine

La seule question qui reste est celle-ci :

Depuis combien de temps êtes-vous « Poleur » pu « Poleuse » (ben oui, il y a un féminin au même titre que chômeuse) ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Avoir un beau profil sur des réseaux sociaux
Emploi : Exprimez vos talents
Trop mobile ? Expliquez !

Embauche : 5 méthodes pour trouver un emploi
Chômage : Aide à la mobilité
Chômage Argent et Restriction

Autres Emploi et Sondages :

Récapitulatif 15 Emploi
Tous les sondages de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Chômeur : Comment ne pas perdre en cas de travail


Comment ne pas perdre toutes ses indemnités en cas de reprise d’un travail

Pôle emploi AREQuand une personne est inscrite comme demandeur d’emploi à Pôle emploi, elle espère trouver un emploi. En attendant, elle va toucher l’ARE, ou allocation de retour à l’emploi, communément appelée « indemnité chômage ».

Cependant, il arrive que les indemnités soient plus élevées que le salaire proposé pour le poste que le chômeur a trouvé.

Pôle emploi a la solution : Le complément d’ARE

Le complément d’ARE a pour objet de vous permettre de recevoir au moins autant tous les mois.

Il est versé en complément du salaire mensuel perçu dans le nouvel emploi, jusqu’à ce que le total atteigne 30 fois le montant de l’indemnité journalière telle qu’elle a été donnée lors de la notification des droits à l’ARE.

Le calcul est automatique et le versement effectué après la validation de votre déclaration de salaire à Pôle emploi lors de la déclaration de situation mensuelle auprès de Pôle emploi : Le 3949, que les demandeurs d’emploi connaissent bien ou par Internet

Quelques exceptions existent, lorsque d’autres aides sont déjà données. Le détail est donné par Pôle emploi.

Source : Pôle emploi

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour booster votre recherche d’emploi,, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Démission : Les cas où des indemnités chômage sont versées
Autoentrepreneur et indemnités chômage : mode d’emploi
Chômage, argent et restrictions

Aide à domicile : Quelles heures ? Payées comment ?
Chômage : Aide à la mobilité
Embauche des handicapés : Les aides depuis le 01 janvier 2012

Autres Emploi et Juridique :

Récapitulatif 12 Emploi
Récapitulatif 12 Juridique

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Insertion par l’Activité Économique ou IAE : Définition


Définition de l’Insertion par l’Activité Économique ou IAE

IAE

Origine

Dans les années 1970, les travailleurs sociaux ont attiré l’attention des gouvernements successifs sur les risques liés à l’exclusion de certaines populations dans la vie sociale et professionnelle.

Ces alertes ont permis l’apparition de plusieurs textes de loi contre l’exclusion et la mise en place de Structures d’Insertion par l’Activité Économique ou SIAE.

Ces SIAE proposent des contrats de travail pour faciliter l’insertion des personnes sans emploi et qui rencontrent des difficultés sociales et professionnelles particulières.

Qui peut bénéficier d’un contrat dans une SIAE ?

Les personnes suivantes peuvent postuler dans une SIAE si elles …

  • sont inscrites à Pôle emploi depuis plus d’un an,
  • bénéficient du RSA, revenu de solidarité activé,
  • sont prise en charge au titre de l’aide sociale,
  • ont moins de 26 ans et sont en grande difficulté

Les soutiens pour le bénéficiaire

Une personne concernée peut ainsi bénéficier d’un contrat de travail entre 4 mois minimum et 24 mois maximum, selon la structure.

L’objectif pour ces structures est d’aider le bénéficiaire à trouver un emploi le plus vite possible, après une période pendant laquelle, la personne s’est habituée ou réhabituée au travail dans une entreprise.

Les bénéficiaires reçoivent formation et soutien renforcés par des évaluations, bilans de compétences, apprentissage des processus de recrutement, de préparation d’outils à la recherche d’emploi, etc.

Les types de SIAE

Les Structures d’Insertion par l’Activité Économiques sont diverses. Elles font toutes partie du secteur des biens et des services marchands, donc elles sont dans le domaine concurrentiel, comme les autres entreprises.

Toutes les SIAE sont obligatoirement agréées par Pôle emploi. Elles bénéficient d’aides financières pour les soutiens qu’elles apportent aux personnes qu’elles embauchent pour la durée prévue du contrat.

  • Les entreprises d’insertion ou EI
  • Les entreprises de travail temporaire d’insertion ou ETTI
  • Les ateliers et chantiers d’insertion ou ACI
  • Les associations intermédiaire ou AI

1. Les entreprises d’insertion ou EI

Les salariés sont embauchés avec un contrat à durée déterminée d’insertion ou CDDI

2. Les entreprises de travail temporaire d’insertion ou ETTI

Les salariés sont embauchés sous la forme de missions intérim

3. Les ateliers et chantiers d’insertion ou ACI

Les salariés sont embauchés par les moyens suivants :

  • Contrat à durée déterminée d’insertion ou CDDI,
  • Contrat Emploi d’avenir,
  • Stagiaire de la formation professionnelle

4. Les associations intermédiaires ou AI

Les salariés sont embauchés avec un:

  • Contrat à durée déterminée d’insertion ou CDDI, ou
  • Contrat à durée indéterminé ou CDI, à temps partiel

Il existe des restrictions sur la durée de travail chez un particulier.

Où s’adresser ?

  • 3939 Allô Service Public Pour s’informer

Par téléphone : 3939 (coût : 0,06 EUR la minute en moyenne)
Du lundi au vendredi de 8h30 à 19h.
Répond aux demandes de renseignement administratif concernant les droits et démarches.
+33 (0)1 73 60 39 39 depuis l’étranger ou hors métropole (0,06 EUR la minute en moyenne + coût de l’appel international variable selon les pays).

Source : Ministère du travail

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Les difficultés sociales et professionnelles particulières : La liste
Le CDDI ou Contrat à durée déterminée d’insertion
Pré-embauche : LES contrats, mode d’emploi

CESU : Pour quels services à la personne
Aide à domicile : Quelles heures ? Payées comment ?
RSA, Revenu de solidarité active : Il faut le demander

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Chômage : Les motifs d’inscription à Pôle emploi


Si vous êtes inscrit comme demandeur d’emploi

cela signifie que le motif de votre inscription à Pôle emploi fait partie des statistiques du chômage.je suis au chômage parce que

L’INSEE, Institut National des Statistiques et des Études Économiques, nous apprend que, sur les environ 3 millions de chômeurs :

  •   6 % n’ont jamais exercé d’activité professionnelle régulière
  • 44 % ont terminé un emploi à durée limitée
  •   9 % ont démissionné
  •   4 % ont vu leur contrat de travail rompu pour maladie ou invalidité
  • 24 % ont été licenciés
  • 13 % ont perdu leur emploi dans d’autres circonstances ou pour une circonstance inconnue

Près de 46 % des personnes inscrites à Pôle emploi y sont depuis plus d’un an.

Ces pourcentages sont quasi constants depuis 2003

Fin des clichés ?

Pour beaucoup, être au chômage, c’est pour des raisons de licenciement économique, et y rester, c’est de la fainéantise. Pauvres clichés de ceux qui ne savent pas ce que c’est.

Or, ces statistiques du chômage nous indique que 1 demandeur d’emploi sur 4, seulement, a fait l’objet d’un licenciement.

Et plus de 4 sur 10 galèrent entre petits boulots, missions d’intérim et CDD, sans parler des stages.

Fainéants, levez-vous !

Si l’on ne peut nier qu’une partie des demandeurs d’emploi sont découragés et perdent pied, il en est aussi beaucoup qui font des efforts pour retrouver un emploi.

Près de la moitié met moins d’un an à retrouver un emploi !

Ceux-là ont fait des efforts pour ça : 90% d’effort et 10% de chance. La sérendipité existe aussi.

Si vous n’êtes pas au chômage

pensez à ceux qui le sont autour de vous : parents, enfants, grands petits-enfants, jeunes grands-parents. Vous pouvez les aider !

Vos conseils de bon sens sont basés sur votre expérience personnelle. Ceux des professionnels sont le fruit de multiples expériences au contact de chaque personne ayant fait appel à eux.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour être « chercheur d’emploi » au lieu de « demandeur d’emploi », réagissez et , contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Démission : Les cas où des indemnités chômage sont versées
Chômage, argent et restrictions
Marre du chômage !

Les nouveaux chômeurs vous font de l’ombre ? Comment vous motiver
Quitter la France pour trouver un emploi ?
Demandeur d’emploi : Les catégories statistiques du Pôle emploi

Autres Emploi :

Récapitulatif 11 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Handicap et Emploi : Comment trouver 1/2


Comment trouver un emploi quand on est handicapé

Qui est concerné ?

cap emploiCap emploi est l’organisme qui s’occupe des demandeurs d’emploi de Pôle emploi, en situation de handicap. Cep emploi travail directement avec l’Agefiph, Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

Un peu moins de 400 000 personnes ayant le statut de travailleurs handicapés sont inscrites à Pôle emploi en 2013.

Handicap et diplôme

Si l’immense majorité des offres d’emploi, dits « réservés aux handicapés » ou « compatibles handicapés », c’est-à-dire que le poste peut être exercé « aussi » par une personne en situation de handicap, est une série de postes sans grande qualification, c’est que 80% des travailleurs handicapés ont, dans 80% des cas, un niveau d’étude inférieur au baccalauréat, BEP, CAP ou aucun diplôme.

Obligation des entreprises

Pas facile de faire des études, pas facile de concurrencer les personnes dites valides.

Donc, pas facile de trouver un emploi, à fortiori un emploi qualifié, malgré à loi qui oblige les entreprises de 20 salariés et plus à un quota de 6 % de personnes handicapées dans leurs effectifs ou dans ceux de leurs sous-traitants.

Grandes boîtes ou petites entreprises ?

Les grandes entreprises, les groupes les plus importants ont à la fois la capacité financière et l’envie de respecter cette loi.

De multiples offres sont ouvertes aux travailleurs handicapés.
Généralement, leurs offres d’emploi signalent cette particularité, sans pour autant privilégier les valides ou les handicapés, c’est à chaque candidat de prouver qu’il a les capacités, la motivation, et l’envie de s’intégrer à sa future entreprise.

Les très petites (TPE), et les entreprises à taille moyenne (PME) de moins de 300 employés, éprouvent plus de difficultés à se décider.

Soit elles ne sont pas soumises à l’obligation légale, soit elles préfèrent payer l’Agefiph, qui récolte les amendes qu’elles préfèrent payer.

La « rentabilité » de la personne en situation de handicap

Plus l’entreprise est petite est plus ses collaborateurs doivent être « rentables », mot difficile à entendre mais qui représente la réalité de la survie de la petite entreprise.

Le salaire d’un employé, quel qu’il soit, pèse lourdement sur les charges de l’entreprise.

Ses marges doivent lui permettre de payer les salaires et les charges, soit environ 1,5 salaire par salarié.
Il faut donc que le salarié permette à l’entreprise de développer un chiffre d’affaire supérieur à ce qu’il coûte à l’entreprise. Le « rendement » est donc le rapport entre l’apport supplémentaire de marge par rapport au coût du salarié pour l’entreprise.

Une personne handicapée peut le faire, sous réserve que son handicap se situe dans un domaine différent de ses activités, que son poste de travail soit adapté à son handicap, etc.

Les aménagements dans l’entreprise et dans l’éventuel véhicule du salarié font alors l’objet d’un dossier de demande d’aide auprès de l’Agefiph qui les financent.

Lire la suite : Handicap et Emploi : Comment trouver 2/2

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Chômage et handicap : L’ADAPT
Embauche des handicapés : Les aides depuis le 01 janvier 2012
La loi oblige à embaucher des personnes en situation de handicap

Les aides à l’embauche d’une personne en situation de handicap
Chômeurs, un traitement inégal par Pôle emploi
Arche de Noé ou Titanic où sont les compétences

Autres Emploi :

Récapitulatif 10 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Chômeurs, un traitement inégal par Pôle emploi


Un traitement différencié à l’appréciation de Pôle emploi

traitement inégal2,3 millions de chômeurs sont inscrits en septembre 2013 à Pôle emploi. Tous ne sont pas logés à la même enseigne.

Deux fois par an, Pôle emploi publiera les chiffres de l’accompagnement par les 18 650 conseillers Pôle emploi. La prochaine fois en juin 2014.

Lors de votre première rencontre avec un conseiller Pôle emploi, celui-ci va vous classer dans l’une des trois catégories suivantes :

  • Mode « renforcé »
  • Mode « guidé »
  • Mode « suivi »

Le mode « renforcé »

2 900 Conseillers Pôle emploi pour 133 000 chômeurs, soit 6%.
Une moyenne d’environ 45 demandeurs d’emploi par conseiller.

Le mode « renforcé » est réservé à celles et ceux qui sont les plus fragiles, depuis le plus longtemps au chômage, a priori ceux qui sont incapables de se débrouiller tout seuls.

En un mot, ceux que les employeurs ne souhaitent, majoritairement, pas embaucher.

Le mode « guidé »

12 400 Conseillers Pôle emploi pour 1.3 million de chômeurs, soit 55%.
Une moyenne qui dépasse à peine 100 demandeurs d’emploi par conseiller.

Le mode « guidé » concerne la majorité des chômeurs, ceux qui sont accompagnés par un service spécialisé, tel que les missions locales, pour les moins de 26 ans, ou Cap emploi, pour les handicapés.

Pour ainsi dire, ceux qui ont une chance de trouver grâce aux yeux d’employeurs qui acceptent de tendre la main.

Le mode « suivi »

5 150 Conseillers Pôle emploi pour 934 000 chômeurs, soit 39%.
Environ 180 demandeurs d’emploi par conseiller ou moins d’une heure par mois et par chômeur.

Le mode « suivi » est très allégé. Si vous êtes les plus proches du marché de l’emploi, c’est la catégorie dans laquelle vous vous trouvez.

En principe, vous vous débrouillez seul (e) !

Ce sont ceux qui, en principe, sont recherchés par les employeurs qui cherchent des « compétences ». Les plus « chanceux » ? Ou les plus isolés ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Demandeur d’emploi : Les catégories statistiques du Pôle emploi
Les catégories administratives des demandeurs d’emploi pour le Pôle emploi
Demandeur d’emploi : Correspondance entre catégories statistiques et catégories administratives

Pôle emploi : Surveillez votre messagerie
Bilan de compétences : Six raisons pour en établir un
Chômage : Les motifs d’inscription à Pôle emploi

Autres Emploi :

Récapitulatif 10 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :