Qu’appelle-t-on une faille 0-day ?


Qu’est-ce qu’une faille zero-day ou 0-day ?

zero-day ou 0-dayUne faille zero-day est, d’abord et avant tout, une erreur de programmation, un bug ou bogue trouvé par un hacker.

Le pirate qui détecte la faille pour la première fois au Monde a découvert une faille 0-day.

Sur le marché du piratage informatique, cela vaut une fortune et des années de prison, pour celui qui se fait prendre.

Il suffit que l’information circule, même sans l’avoir utilisé pour lui-même, le hacker est condamnable.

Il se peut aussi que le pirate utilise lui-même la faille 0-day qu’il vient de découvrir.

C’est ainsi que dimanche 26 septembre 2011, un hacker a piraté 700 000 sites Web hébergés par InMotion Hosting aux États-Unis et l’hébergeur a mis 20 heures pour restaurer la situation.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Piratage du nom (username spotting) en plus de l’e-réputation
Moyens de protection d’accès à mon PC
Cybersécurité : Le gouvernement français créé un groupe d’intervention rapide

Instruction – statement
Programmation
Développement ou Programmation base de l’informatique

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 7 Informatique
Récapitulatif 7 Sécurité

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Informatique et dans la page Sécurité de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Lois de non fiabilité de Gibbs


Les 5 lois de non fiabilité de Gibbserreur 404

1.   Les ordinateurs ne sont plus fiables. Les hommes le sont encore moins. A l’origine de chaque erreur attribuée à l’ordinateur, on trouve au moins deux erreurs humaines, dont celle qui consiste à accuser l’ordinateur

2.   Tout système qui dépend de la fiabilité de l’homme n’est pas fiable

3.   La seule différence entre un imbécile et un criminel qui attaque un système réside dans le fait que l’action de l’imbécile est imprévisible et d’une plus grande envergure

4.   Il existe une quantité infinie d’erreurs non décelables, alors que le nombre d’erreurs décelables est, ipso facto, limité

5.   Les investissements pour assurer la fiabilité augmentent jusqu’à ce qu’ils excédent le coût probable des erreurs… ou jusqu’à ce que quelqu’un exige que l’on fasse du bon travail

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Quatrième loi de Murphy
Loi de Heare des grands programmes
Windows propre ou le nettoyage physique se confond avec le virtuel

25 excuses pour une absence au travail
Mon Chéri, pas au volant
Comment va ton frère Cyrus ?

Autres Humour :

Récapitulatif 3 Humour
Récapitulatif 4 Humour
Récapitulatif 5 Humour

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :