Entretien d’embauche : L’écoute pour se mettre au diapason


2 techniques de préparation à l’entrevue d’embauche

techniques de préparationDans un entretien d’embauche, vous pouvez rencontrer un ou plusieurs interlocuteurs, en une seule fois ou en plusieurs entretiens.

Le style d’entretien dépend de chaque recruteur, professionnel ou occasionnel.

Néanmoins, vous avez deux techniques à maîtriser qui vous permettront d’être énormément plus à l’aise dans vos entretiens d’embauche.

Se présenter et prouver

Il existe beaucoup de recruteurs qui commencent l’entretien par « présentez-vous« .

Vous devez donc être en mesure de présenter votre parcours professionnel en quelques minutes, en mettant l’accent sur vos points forts,les plus par rapport au poste à pourvoir.

De plus, cherchez dans votre expérience, des anecdotes, des faits, circonstances, actions et résultats, que vous allez raconter en guise de réponses aux questions du recruteur.

Plus vous illustrerez par ces exemples ce que vous dites et plus vous serez crédible.

Observer et s’adapter

L’adaptation passe par une première phase d’observation et d’écoute de votre interlocuteur.

Essayez de retenir le vocabulaire qu’il utilise. Pas les mots eux-mêmes, mais la catégorie auxquelles ils appartiennent.

  • Si votre interlocuteur utilise des mots comment sentir, ressentir, toucher, etc. C’est qu’il est un sensitif.
  • S’il (ou elle) utilise des mots comme vu, voir, vision. C’est un visuel.
  • S’il utilise entendre, écouter, etc. C’est un auditif.

Restez alors dans le même registre. Évitez de dire, « je vois », quand il dit, « j’entends bien ». Ou réciproquement.

C’est ce qu’on appelle aussi « les atomes crochus ».

Sans l’imiter complètement, plus vous lui renverrez son image, par les mots, et plus il prêtera de l’attention à votre discours.

Je sais que cela semble très difficile à faire. Détrompez-vous. C’est au contraire très facile.

Observez vos proches et écoutez-les. Repérez le registre des mots qu’ils utilisent et répondez, une fois avec le même registre, une fois avec un autre.
Vous verrez la différence. Dans le premier cas, la relation sera plus facile que dans la seconde.

Ça marche à tous les coups.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entrevue d’embauche : Trac et patatras
Le bronzage du candidat en entretien d’embauche
Parlez-moi de vos erreurs

Entretien d’embauche : Jamais les mêmes questions. Zut alors !
Le Pourquoi de certaines questions en entretien d’embauche
Peur de ne pas réussir : Comment réagir

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Les 5 dernières minutes de son entretien d’embauche


Cinq minutes pour conclure son entretien d’embauche

jusqu'à la porte de l'ascenseurC’est le moment, a priori, le plus détendu de l’entretien d’embauche. Celui où le recruteur vous dit que l’entretien est terminé.

Vous vous levez de vos chaises et vous entendez : « je vais vous raccompagner ».

Vigilance !

La vigilance est de mise. Contrairement à ce que vous pensez généralement, l’entretien se poursuit.
C’est sur un ton très différent qu’il se poursuit, pendant que vous prenez vos affaires, dans le couloir, devant la porte de l’ascenseur ou/et sur le palier.

Durant ce court chemin, vous ne pouvez pas vous échapper en courant, en tournant le dos à la personne qui vous a reçu ou en prétextant un horaire de transport en commun à respecter.

Vous devez rester concentré (e). Le recruteur vous demande votre avis sur le quartier, la ville, où vous habitez, comment vous vous rendrez au travail.

Il s’intéressera à votre famille, vos loisirs et autres centres d’intérêt, s’il ne l’a pas fait précédemment.
Il tentera d’en savoir encore un peu plus sur vous.

Profitez-en !

C’est le moment de poser des questions, de débriefer à chaud sans en avoir l’air.

Dites à quel point vous avez apprécié l’échange. Demander quelle sera la suite et le délai pour obtenir une réponse.

Projetez-vous dans le poste. Montrez que vous avez pris des renseignements sur le logement, les écoles, la vie sportive ou/ associative, à proximité du prochain lieu de travail.

Court !

C’est un moment très court. 5 minutes au maximum, si votre interlocuteur reste sur place pour discuter.

C’est toujours lui qui donne le signal de la séparation. C’est lui ou elle qui dit « au revoir » et qui vous tend la main.

Votre poignée de main sera aussi ferme que celle des premières secondes de la rencontre, sans toutefois écraser la main de l’autre.

Remerciez une dernière fois. Sans la mesure du possible, évitez de tourner le dos, comme pour montrer que vous êtes soulagé (e) de partir.

Jetez un dernier coup d’œil vers lui au moment de disparaître de sa vue, avec un grand sourire de satisfaction ou de connivence.

Et après ?

Vous vous éloignez. Vous quittez vraiment le champ visuel et auditif du recruteur et de ses collaborateurs ou collègues.

Dans le bus, votre voiture ou le premier café, posez-vous et sortez votre bloc-notes. Rédigez un premier bilan à chaud.

Le lendemain, envoyez un courriel au recruteur pour le remercier de votre échange et lui rappelez tout votre intérêt pour le poste.

Puis, prenez patience et attendez la réponse.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

Entretien d’embauche : l’antisèche est recommandée
Points faibles et points forts : Pourquoi le recruteur pose la question
Après l’entretien d’embauche à chaud puis à froid

PNL : Découvrez votre dominante par ce test
Le Conseil en Evolution Professionnelle : Les 8 questions fondamentales
Candidature : Les délais de réponse

Autres Emploi :

Récapitulatif 17 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

PNL : Découvrez votre dominante par ce test


Un test pour se découvrir

visuel auditif kinesthétiqueChacun d’entre nous a un registre de vocabulaire qui domine sur les autres. C’est ce qu’enseigne la PNL ou Programmation Neuro-Linguistique.

Les mots que nous utilisons dans la communication avec les autres, surtout lors d’entretiens comme un entretien d’embauche, appartiennent à trois grandes catégories, appelées registres. Il s’agit d’un registre visuel, d’un registre auditif et d’une registre kinesthésique ou sensitif.

Nous avons tous une préférence, des habitudes de langage et d’expressions, issues de l’une ou l’autre de ces catégories de mots.

Le test

Le test suivant doit vous permettre de comprendre ce mécanisme de regroupement de mots dans ces trois registres.

De même, là où vous avez le plus de facilité à regrouper les mots, et là où vous avez le plus de mots que vous utilisez, vous trouverez votre dominante.

Attribuez, à chaque mot, le registre auquel il appartient. Exemple : Entendre est du registre auditif.

Mots

Visuel

Auditif

Kinesthésique

Accord
Blessé
Brillant
Cacophonie
Chargé
Clair
Coloré
Concret
Déchargé
Désaccord
Dire
Écouter
Ferme
Flash
Harmonieux
Horizon
Insensible
Lumineux
Mélodieux
Net
Parler
Photographique
Pression
Rythme
Sensible
Sentir
Symphonie
Tendre
Vague
Voir

Quelle est Votre dominante ?

Si vous jouez le jeu correctement, vous devez avoir trouvé autant de mots dans l’une des catégories que dans les deux autres : 10 par registre.
Ce n’est pas le cas, c’est que le registre qui en contient plus que les autres est vraisemblablement votre registre dominant, celui qui vous donne la majorité des mots que vous employez plus volontiers.

Refaites alors le test jusqu’à ce que vous répartissiez 10 mots par colonne.

Repérez les mots que vous utilisez de préférence et la colonne où ils se trouvent.
Si vous choisissez autant de mots dans une catégorie que dans une autre, c’est que vous avez manqué de spontanéité, car un registre domine toujours les deux autres.

Philippe Garin

Pour vous aider à vous découvrir, contactez-moi : phgarin@gmail.com

En complément :


En complément :

Les mot dans le CV
100 mots pour OSER
Différence entre Question fermée et Question ouverte

Communication : convention et référentiel commun indispensables
CNV Communication Non Violente : Les 4 étapes de l’OSBD
Entretien d’embauche, discours, présentation : Conseils pour Bien parler

Autres Communication :

Récapitulatif 16 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Cerveau droit ou cerveau gauche : trouver vos points faibles et vos points forts


Cerveau droit ou cerveau gauche : trouver vos points faibles et vos points forts

Pour trouver vos points faibles et vos points forts, vous pouvez accéder à ce blog, qui contient plusieurs articles sur le sujet, regroupés dans la page Emploi.

Venez visiter notre site boosteremploi.com sur la recherche d’emploi pour accéder à plus de 1000 liens vers des sites d’emploi.

Mais avez-vous pensé que vos points faibles et vos points forts pourraient venir de ce que vous êtes cerveau droit ou cerveau gauche ?

La physiologie du cerveau

Depuis les formes primitives de vie avec un cerveau, l’évolution a ajouté un cerveau à celui ou ceux qui les précédaient dans des formes de vie moins évoluées.

  1. Le cerveau primitif est celui de l’instinct : se nourrir, se défendre, se reproduire
  2. Le cerveau limbique est celui des émotions : affectivité et mémoire, émotions et souvenirs. Il s’ajoute physiologiquement au précédent.
  3. Le cerveau cortical ou cortex est propre à l’espèce humaine : langage, pensée, raisonnement, imagination. Ce cerveau « supérieur » s’ajoute aux deux précédents.

Si certains animaux partagent, avec les humains, la présence d’un cerveau cortical, cet article se concentre seulement sur celui de notre espèce.

Les hémisphères, gauche et droit.

Ce cerveau, en trois couches superposées, est physiologiquement aussi séparé en deux hémisphères, appelés aussi cerveau gauche et cerveau droit.

Nous n’avons, bien entendu, pas deux cerveaux, mais un seul. Aucun des deux hémisphères ne peut fonctionner correctement sans l’autre.

Toutefois, chacun(e) d’entre nous va solliciter plus souvent le cerveau gauche ou le cerveau droit, quelles que soient les circonstances ou l’heure de la journée.

Le cerveau gauche ou hémisphère gauche gère la parole, l’abstraction. Il est analytique et logique. Il fonctionne beaucoup en utilisant l’auditif.

Le cerveau droit ou hémisphère droit est le siège de l’imagination, la création, l’intuition. Il opère surtout à partir du visuel.

Dans votre carrière

Vous pouvez exercer, même très bien, une profession à dominante cerveau gauche alors que votre physiologie travaille mieux avec un cerveau droit ou l’inverse.

C’est pourquoi, ouvrez votre esprit au principe

  • de ce que vous aimez le mieux faire, ce sont les points forts, et
  • de ce que vous préférez éviter de faire, ce sont les points faibles.

Exemples de métiers, selon que vous êtes cerveau droit ou cerveau gauche

Cerveau gauche

Cerveau droit

Peintre en bâtiment

Artiste peintre

Informaticien

Chercheur

Fonctionnaire de police

Fonctionnaire de l’éducation nationale

Commerçant traditionnel

Startup e-commerce

Comptable

Animateur de boîte de nuit

Qu’en est-il pour certaines professions comme Commercial ou Entrepreneur ?

Je vous laisse y réfléchir.

Points faibles et points forts

C’est à partir des caractéristiques qu’il faut posséder pour exercer ces professions, que vous pourrez déterminer certains de vos points faibles et de vos points forts.

D’autres méthodes existent aussi.

Philippe Garin

Pour vous aider à trouver vos points faibles et vos points forts, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en avoir plus :


En complément :

La pyramide de Maslow
PNL visuel, auditif ou kinesthésique
Chômage et handicap : L’ADAPT

Définition Points faibles Points forts
Vos envies – ce que vous aimez ou pas
Vos priorités dans la vie

Autres Bien-être, Communication et Emploi :

Récapitulatif 6 Bien-être
Récapitulatif 6 Communication
Récapitulatif 6 Emploi

Tous les articles de ces catégories sont regroupés dans les pages Bien-être, Communication et Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

PNL visuel, auditif ou kinesthésique


PNL visuel, auditif ou kinesthésique

Quand une personne parle ou écrit, les mots qu’elle utilise, indiquent, par leur fréquence, si sa dominante est visuel, auditif ou kinesthésique.

Visuel

Voir, regarder, montrer, perspective, image, clair, clarifier, lumineux, sombre, brillant, coloré, visualiser, éclairer, vague, flou, net, brumeux, une scène, horizon, flash, photographique.

Auditif

Entendre, parler, dire, écouter, questionner, dialoguer, accord, désaccord, sonner, bruit, rythme, mélodieux, musical, tonalité, harmonieux, discordant, symphonie, cacophonie, crier, hurler

Kinesthésique

Sentir, toucher, en contact avec, connecté, relaxé, concret, pression, sensible, insensible, sensitif, tendre, solide, ferme, coincé, mou, blessé, lié, chaleureux, froid, tension, dur, excité, chargé, déchargé

Quelle est votre propre dominante ?

Enregistrez-vous et racontez une histoire réelle, vécue ou rapportée, par exemple, votre dernier voyage ou la dernière rencontre avec une personne qui vous a marqué.

Quand vous êtes en entretien, d’embauche ou commercial, observez, écoutez votre interlocuteur, ce qu’il dira vous permettra de connaître votre dominante PNL.

Puis, utilisez, dans VOS propos, les mots qui sont en phase avec sa dominante.

Votre interlocuteur sera plus attentif. Votre message sera mieux reçu et interprété par votre vis-à-vis.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

PNL 3 exemples
La PNL ou Programmation Neuro-linguistique
Les trois savoir-faire de la communication selon la PNL

PNL Code de représentation VAKO
La communication non verbale : le message total
Entretien d’embauche : Votre corps parle

Autres Communication :

Récapitulatif 4 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

PNL 3 exemples


PNL 3 exemples

La PNL ou Programmation neuro-linguistique vient des États-Unis.

Son objectif est de déceler des pensées à partir de comportements.

Comme la communication n’est pas que verbale, les gestes jouent un rôle important. C’est pourquoi la PNL analyse les gestes en plus des paroles et donne un avantage dans une négociation.

Exemple 1 :

Les yeux en haut à droite sont la mémoire visuelle. Votre interlocuteur se souvient de quelque chose de déjà vu.

Exemple 2 :

Les yeux en bas à gauche sont un système de représentation kinesthésique. Votre interlocuteur éprouve des sensations, des émotions.

Exemple 3 :

Les yeux au milieu à droite ou à gauche sont un système de représentation auditif. Votre interlocuteur entend les sons extérieurs ou internes, mémorisés ou imaginés.

Philippe Garin, plus de 20 ans manager en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Voir aussi :

La communication non verbale : le message total
PNL visuel, auditif ou kinesthésique
PNL Code de représentation VAKO

Les rôles dans la communication ou sachez pourquoi vous communiquez mal
Quatre règles mnémotechniques de Communication
Entretien d’embauche : Votre corps parle

Autres Communication :

Récapitulatif 1 Communication

%d blogueurs aiment cette page :