Modèle de Kolb ou l’apprentissage par l’expérience


Modèle de Kolb ou l’apprentissage par l’expérience

David A. Kolb est un théoricien américain qui a développé un modèle d’apprentissage par l’expérience, appelé aussi le cycle de Kolb

Le cycle de Kolb est répétitif et composé de quatre phases :

  1. L’expérience concrète
    basée sur du vécu ou sur une intuition
  2. L’observation réfléchie
    qui permet une réflexion, une analyse avant de se lancer dans l’action
  3. La conceptualisation abstraite
    qui est la conclusion, la synthèse, une généralisation ou une théorie
  4. L’expérimentation active
    qui est la mise en pratique du concept, l’application, la réalisation concrète

le cycle de Kolb

Le vocabulaire associé à chaque phase

Pour illustrer chacune des phases du cycle de Kolb, certains mots permettent de mieux comprendre la phase de l’apprentissage expérimental dans laquelle on se trouve :

  1. L’expérience concrète
    Abstraction, Accepter une situation, Choisir, Concentration, Expérience vécue, Intuition, Orienté vers le présent, Réceptif, Ressentir
  2. L’observation réfléchie
    Essayer, Observation, Obtention de résultats, Pertinent, Prise de risque, Réflexion, Réserve
  3. La conceptualisation abstraite
    Analyser, Conceptualiser, Concret, Engager, Evaluer une situation, Logique, Orienté vers le futur, Penser, Rationnel
  4. L’expérimentation active
    Action, Agir, Etre attentif, Expérimentation, Impartial, Mise en question, Pragmatique, Pratiquer, Prise de responsabilité

Philippe Garin, plus de 20 ans manager en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :


En complément :

L’écoute active, ça s’apprend
Modèle
Méthode

Présentation 1 Modèles   -2-   -3-   -4-   -5-   -6-   -7-

Méthodes dans l’organisation ou l’informatique
Méthode SCORE ou Chercher les causes profondes
Questions clés à propos des quatre méthodes d’Analyse

Autres Communication, Informatique et Organisation :

Récapitulatif 1 Communication
Récapitulatif 8 Communication

Récapitulatif 4-1 Informatique
Récapitulatif 4-2 Informatique

Récapitulatif 2 Organisation
Récapitulatif 8 Organisation

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Informatique et Organisation et la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Sentir son auditoire pour être un bon orateur


sentir_son_auditoireSentir son auditoire pour être un bon orateur

On ne peut être un bon orateur que si l’on est soi-même un auditeur attentif.

Écoutez convenablement n’est pas si simple que ça. Beaucoup de gens ont semblant d’écouter. Il suffit de les observer un moment pour se rendre compte. Vous parlez, votre interlocuteur vous laisse parler, puis il part à son tour.

Elle ne parle pas pour répondre ce que vous venez de dire, mais pour poursuivre son idée. En fait, il n’y a pas de dialogue mais deux monologues. L’échange n’existe pas

L’observation en silence est un moyen de faire attention à ce que disent les autres.

Ne pas faire attention signifie : vous n’êtes pas intéressant, je me moque de ce que vous dites, parlez toujours vous parlez pour rien.

Faire attention, au contraire, signifie : je ne suis peut-être pas d’accord avec vous, mais je reconnais que vos arguments peuvent être valables et qu’ils sont, de toute façon, sérieux.

D’un côté, il y a du mépris. De l’autre côté, de la considération.

Personne n’aime se sentir méprisé. Ni vous, ni votre interlocuteur. Si c’est le cas et que votre interlocuteur s’en rend compte, attendez vous à des représailles, au minimum il s’éloignera de vous.

Même si vous êtes persuadé d’avoir raison, même si vous croyez votre interlocuteur de mauvaise foi, écoutez-le attentivement, tenez compte de ce qu’il dit, appuyez-vous sur ses paroles pour mettre en avant vos propres arguments, ou alors n’engagez pas la conversation.

En dehors de présentation magistrale où le public n’est là que pour entendre ce que vous dites sans que vous ayez envie de dialoguer avec lui, vous serez un bon orateur si vous établissez un échange valable, qui prête autant d’importance à ce que disent les autres qu’à son propre discours.

Philippe Garin

Pour plus de conseils dans la communication, contactez-moi : phgarin@gmail.com

En complément :


En complément :

Avoir de la conversation ou comment parler en public
Être à l’aise avec soi pour bien parler
Lire pour bien converser

Retenir, classer dans sa mémoire pour mieux restituer quand vous prenez la parole
Pourquoi les propositions, recommandations, nouvelles idées sont-elles souvent refusées?
Stratégie pour une bonne présentation

Autres Communication :

Récapitulatif 5 Communication

%d blogueurs aiment cette page :