Etre à l’aise avec soi pour bien parler


Être à l’aise avec soi pour bien parler

être à l'aise avec soi pour bien parlerLorsque vous parlez, votre personnalité, ce que vous êtes, influence beaucoup ce que vous dites, et comment vous vous exprimez.

On parle toujours d’après ce qu’on est.

Pour y parvenir, il faut :

  • Avoir confiance en soi,
  • S’intéresser à son sujet.

Si vous êtes une personne qui ne doute pas d’elle-même, qui considère que ce qu’elle dit va de soi et qui s’intéresse passionnément à son sujet, alors vous estimez vraisemblablement que parler en public ne représente pas de problème compliqué.

Vous êtes alors porté par vos convictions, vous croyez en votre propre valeur et en l’importance de votre message.

Quel que soit votre interlocuteur, vous devez trouver des phrases qui conviennent, pour éviter les impairs ou les situations désagréables, en fonction des types de caractères différents de vos interlocuteurs :

L’agressif

qui sera autoritaire, qui vous répondra peut-être brutalement ou vous noiera dans un flot de paroles.

L’insinuant

qui cherchera à vous déstabiliser par ses phases à la manière du serpent s’enroulant autour de sa victime

Le conciliant

qui, à toute conversation sérieuse, dira oui, plus pour se débarrasser de vous que par intérêt du sujet

Le silencieux

qui refusera le débat, en se dérobant, qui laissera tomber la conversation et qui vous fera passer un moment désagréable, ennuyeux.

Le dialecticien

qui raisonnera tant et si bien que vous ne saurez plus où vous êtes et vous tournera en ridicule.

Se maîtriser

Si vous appartenez vous-même à l’un de ces types, et que vous en avez pris conscience au point d’en avoir diminué les aspects excessifs, vous vous en sortirez haut la main et vous serez plus à l’aise.

Vous resterez calme et ferme devant l’agressif, patient et concret devant l’insinuant, obstiné devant le silencieux, précis et constructif devant le dialecticien.

Comme vous vous maîtrisez à tout moment et en toutes circonstances, vous parlerez et vous serez écouté.

Se maîtriser n’est pas l’affaire d’une préparation à votre intervention, votre discours devant un public ou votre conversation.
Votre entrainement commence et se poursuit dans votre vie de tous les jours.

Ainsi, vous n’aurez pas à être une autre personne lorsque vous serez amené à prendre la parole, vous réagirez au mieux sans vous forcez puisque vous en autre la pratique quotidienne. Ce ne sera pas différent de la routine.

Quel que soit le type auquel vous appartenez, vous gagnerez en confiance en soi. Vous vous servirez de votre connaissance de vous-même. Vous pourrez ainsi mieux gérer vos ressources, vous en servir face aux réactions de vos auditeurs.

Libéré de votre recherche sur vous même et ayant acquis une confiance en soi à toute épreuve, vous pouvez passer à la problématique de l’enrichissement de vos connaissances et de l’exercice de la mémoire.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Avoir de la conversation ou comment parler en public
Sentir son auditoire pour être un bon orateur
Facteurs perturbants dans un bureau

TMS troubles musculo squelettiques comment les éviter
Manque de confiance en soi ou désir de bien faire les choses
Niveaux de langue européens : Parler

Autres Communication :

Récapitulatif 5 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Faire face à un contact agressif au téléphone


Faire face à un contact agressif au téléphone

opératrice téléphone 1911Si, par hasard, vous n’avez jamais été confronté à  :

  • un client irascible,
  • un fournisseur mécontent,
  • un ami râleur,
  • un membre de la famille fâché,

et que vous ne croyez pas un seul instant que cela pourrait arriver, alors ne lisez pas la suite de ce billet.

Garder son calme

Pour les autres, voici 5 bons conseils :

  1. Laissez s’exprimer votre interlocuteur jusqu’au bout sans l’interrompre.
    Son agressivité s’éteindra d’elle-même.
    Plus vous lui donnerez la réplique et plus son agressivité va s’alimenter par vos paroles, comme le bois entretient le feu
     
  2. Prenez du recul.
    Essayez de faire la part des choses : votre interlocuteur vous en veut-il vraiment ou lâche-t-il la vapeur sur vous contre d’autres, société, famille, administration, responsables, etc. ?
     
  3. Reprenez l’initiative en reformulant brièvement, pour montrer à votre interlocuteur que vous l’écoutez, sans prendre position avant qu’il ne se calme et en utilisant, de préférence, son propre vocabulaire, à condition qu’il s’agit de mots non insultants, grossiers ou vulgaires
     
  4. Reconnaissez vos torts et apportez vos excuses, si cela est nécessaire, sur tout ou partie des reproches, quand ils ne nécessitent pas de vérification différée
     
  5. A contrario, expliquez pourquoi votre opinion est différente de celle de votre interlocuteur tout en évitant de le contredire

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Conseils pour l’utilisation du téléphone fixe au travail
Mieux téléphoner c’est possible : Des tuyaux pour m’aider
Quels sont les avantages de téléphoner, d’une conversation téléphonique

Réussir son entretien d’embauche au téléphone
Gérer les insatisfactions des clients
Entretien téléphonique non planifié

Autres Communication :

Récapitulatif 3 Communication

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Communication de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :