Connaître plus que sa langue maternelle


Plus d’une langue

carte des langues au mondeÀ l’heure de la mondialisation,connaître plus de langues que sa ou ses langue (s) maternelle (s) est devenu une réalité incontournable.

Nous visitons des pays étrangers ou recevons des étrangers dans notre pays. Nous communiquons par écrit, par oral, avec l’accès à des technologies qui mettent d’autres langues à porter d’un clic.

À l’école

À moins d’être parfaitement bilingue, au travers des langues de ses parents quand ils parlent entre d’eux des langues différentes ou quand les parents parlent une autre langue que celle du pays où ils vivent, le niveau des langues vient de l’apprentissage scolaire.

Le poids de la culture est important dans l’apprentissage d’une langue.

Dès que l’on sort du cadre d’une classe dans le système éducatif, la faculté d’apprendre une autre langue est renforcée par l’envie et la volonté de l’apprenant.

De plus, la crainte de se faire moquer de soi, parce qu’on montre son envie et son aisance en classe, ou, au contraire, parce qu’on manque de vocabulaire ou que l’on n’a pas le « bon » accent, disparaît.

Les premiers succès encouragent, les premières tentatives infructueuses donnent envie de tout laisser tomber.

À l’âge adulte, c’est autre chose

Plus de camarades moqueurs autour de soi, la sanction vient de ceux avec qui il est nécessaire d’échanger, professionnellement, dans une langue étrangère.

Les regrets de ne pas avoir été studieux sont inutiles, sauf pour avoir envie de combler ses lacunes.

Quel que soit le métier ou le poste que l’on vise, on retrouve toujours une autre langue que la sienne sur son chemin.

  • En France, c’est généralement l’anglais.
  • En Belgique, aussi, en plus du français ou du néerlandais, voire de l’allemand, selon l’endroit où l’on vit.
  • En Suisse, c’est aussi l’anglais, en plus d’une des trois autres langues selon son Canton parmi le français, l’allemand, l’italien et le romanche.
  • Aux États-Unis, c’est l’Espagnol.
  • etc.

Philippe Garin

Pour un CV efficace, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Quand phonèmes et graphèmes rendent la langue française difficile
Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
Loi de Jost pour mieux apprendre

Exercices de diction : le crayon dans la bouche
Orthographe, grammaire, conjugaison … : Points forts ou points faibles
L’origine du français et de son orthographe

Autres Communication :

Récapitulatif 16 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Rupture du contrat de travail : risques et légalité


La tentation de l’abandon de poste

conséquence abandon de posteSi quitter son emploi pour démarrer un nouvel emploi dans une autre société est courant, il est plus rare de vouloir commencer avant d’avoir quitté son entreprise actuelle.

Cela a des conséquences si les formes sont absentes car l’illégalité est alors proche ou franchie.

Il y a des risques

Il y a le risque de perdre l’un, l’autre et, plus vraisemblablement les deux emplois.

Le risque est aussi, en cas de rupture anticipée de la période d’essai du second emploi, de perdre l’indemnité chômage. L’allocation de retour à l’emploi est une aide accordée selon des critères très précis, définis par la loi.

En plus, c’est la garantie quasi certaine de perdre son ou ses procès aux Prud’hommes en cas de plainte du l’un ou des deux employeurs.

Ne faites pas n’importe quoi !

Il y a trois moyens de rompre un contrat de travail

1)  La démission

Il faut alors respecter le délai du préavis, dont la durée dépend du statut du salarié.
Pour un ouvrier ou un employé le délai est de 1 mois, sauf si l’employeur accepte que le salarié parte sans faire tout ou partie des journées prévues par la loi.
Dans ce cas, l’employeur doit écrire un document, contresigné par le salarié dans lequel il indique qu’il libère de salarié de ses obligations de faire acte de présence.

Attention, ceci est du bon vouloir de l’employeur. Par exemple, il peut demander à ce que la période d’absence soit prise sur les congés, de telle façon que cela équivaut à un départ en congés.

En cas de démission, le salarié perd ses droits à une indemnité chômage en cas de rupture anticipée de son nouveau travail.

2)  Le licenciement

Il a lieu à l’initiative de l’employeur. Le licenciement doit avoir un motif valable pour respecter la loi, et suivre une procédure très précise sur la façon de procédé. Il doit convoquer le salarié à un entretien préalable à l’embauche et signifier le licenciement dans les 5 jours qui suivent.

Là encore, le délai de préavis est le même que dans le cas de la démission et là aussi il est possible de négocier la date effective de son départ avec son employeur.

Le licenciement donne droit à des indemnités chômage ou pas selon le motif indiqué. Il faut donc éviter une faute lourde ou une faute grave comme motif.

3) La rupture conventionnelle

La durée du préavis, la date de fin de votre contrat, les indemnités de part, le paiement des congés, etc. sont à écrire après négociation entre les deux parties.

Attention, si l’une des deux parties, le salarié ou l’employeur n’est pas d’accord alors la rupture conventionnelle ne peut avoir lieu.

En cas de rupture conventionnelle, le salarié conserve tous ses droits aux indemnités chômage.

abonnez_vous_ICI_a_la_NewsletterQuelques règles

Avoir deux contrats de travail en même temps.

Un salarié a le droit de signer un ou plusieurs contrats de travail, mais la durée totale de travail des 2 contrats ne doit pas dépasser 50 heures par semaine. Les horaires de travail chez le second employeur doivent être différentes des horaires de travail chez le premier employeur.

L’inspection du travail vérifie ces règles. Si elles ne sont pas respectées alors le contrat de travail avec le second employeur est rompu immédiatement pour faute grave, ce qui interdit de recevoir des indemnités chômage.

Se faire déclarer malade

Si le salarié se déclare en arrêt maladie, avec la complicité volontaire ou non d’un médecin et que le salarié démarre un nouvel emploi chez un nouvel employeur alors c’est comme avoir deux contrats de travail en même temps

Et même pire puisque le médecin peut
être interdit d’exercer. De plus le salarié perd d’office les deux contrats de travail et ne recevra aucune indemnité chômage

Abandon de poste

Un abandon de poste signifie disparaître sans prévenir son employeur, partir sans aucune formalité.

C’est la solution la pire de toute.

Le salarié risque de perdre ses deux contrats de travail et ne recevra aucune indemnité chômage.

En plus, les deux employeurs peuvent porter plainte aux Prud’hommes. Le premier pour abandon de poste, le second pour abus de confiance. Le Conseil des Prud’hommes est particulièrement sévère pour les cas d’abandon de poste.

Clause de non  concurrence

Quel que soit le mode de rupture du contrat de travail, s’il contient une clause de non concurrence et que le salarié par travailler à la concurrence, alors il y a conflit entre les deux sociétés et le contrat signé avec le deuxième employeur est suspendu jusqu’à ce que le conflit soit terminé. Cela peut prendre des mois.

Mes recommandations

    1. Négociez avec l’employeur actuel pour signer une rupture conventionnelle, de façon à partir à la date désirée
    2. S’il refuse, la démission s’impose, ainsi que la négociation, avec le second employeur, du report de la date de début du second contrat de travail.
    3. Toute autre solution serait illégale.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :

En complément :

Licenciement, Rupture conventionnelle, Démission, Jurisprudence
Démission : SurenchèreS au départ du salarié
Période d’essai interrompue : Faire son deuil

Déclaration préalable à l’embauche : Mode d’emploi
Entretien de départ : Vous quittez cotre poste ?
Comment annuler un licenciement ?

Autres Emploi, Juridique et Management :

Récapitulatif 15 Emploi
Récapitulatif 14 Juridique
Récapitulatif 15 Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Période d’essai interrompue : Faire son deuil


Étape 1/3 : Faire son deuil de cette place

femme en pleursLe plus vite possible, il va falloir oublier cet échec pour se relancer.

Plus facile à dire qu’à faire, ce processus de deuil est pourtant indispensable. Il est impératif de se débarrasser de tous les espoirs suscités par ce nouvel emploi, hélas perdu.

Si, de plus, des frais ont été engagés pour le trajet, l’hébergement, un éventuel déménagement, ils restent sur les bras de l’ex-salarié (e). Il va falloir faire abstraction de tout cela, se dire que ce poste et cette entreprise étaient inadaptés.

C’est beaucoup plus facile quand le départ anticipé est à l’initiative du salarié. Et même ainsi, le salarié doit se dire qu’il a pris la bonne décision.

Sommaire :

Période d’essai interrompue : Et alors ?

Origine : L’employeur

Quand la décision vient de l’employeur, le salarié doit comprendre les raisons de son départ.

Les motifs de cette rupture peuvent avoir des origines sans rapport aucun avec le salarié, par exemple un changement de personne dans la hiérarchie ou un changement de politique d’entreprise, un abandon d’un nouveau produit, une externalisation, un problème de trésorerie, etc.

Ce sont évidemment les derniers embauchés et, notamment ceux qui sont en période d’essai, qui partent en premier.

Origine : Le (la) salarié (e)

Si, par contre, la période d’essai est interrompue pour une cause liée directement au salarié, alors ce dernier va la connaître.Il faut, en effet, qu’il puisse comprendre ce qui lui a manqué.

Ce peut être des connaissances techniques ou de mauvaises relations avec les autres.

L’intégration est en rapport avec les espoirs de l’employeur. Espoir déçu signifie fin prématurée de la période d’essai. Parmi les causes possibles, le mensonge du salarié.

L’employeur peut se rendre compte durant la période d’essai que le salarié a triché sur son CV et s’avère incapable d’effectuer les tâches qui lui sont demandées.

Le salarié peut être sous-qualifié ou surqualifié pour le poste, en tout cas, il n’est pas à sa place.

Philippe Garin

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Visitez notre site : www.boosteremploi.com

Pour en savoir plus :


En complément :

La fatigue durant la période d’essai
Période d’essai : Fin prématurée, les risques
Nouvel emploi : une réprimande met-elle l’intégration en danger ?

Être mobile pour trouver un emploi = déménager ?
Carrière : Plus on vieilli et moins on fait de concession
Nouveaux sur le marché du travail

Autres Emploi :

Récapitulatif 12 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

10 conseils pour décider de poursuivre ou d’abandonner une décision


avoir un doute sur le bon choixQuelques temps après avoir décidé et pris une décision,

Vous commencez à douter d’avoir fait le bon choix

La décision de poursuivre ou de laisser tomber, de remettre en cause la décision initiale, mérite une analyse.

  1. Identifiez les signes révélateurs de votre doute pour éviter de les négliger
  2. Posez-vous la question de savoir si le doute est conjoncturel ou structurel
  3. Reprenez les critères qui vous ont fait prendre la première décision et comparez-les avec la situation actuelle
  4. Doutez des critères sélectionnés du choix initial, ne doutez pas de vous ni de votre propre jugement. Vous êtes intrinsèquement la même personne
  5. Donnez-vous du temps. Fixez une date pour prendre la décision d’abandonner ou de poursuivre
  6. Donnez-vous le droit d’être incertain (e). Ne cherchez pas la perfection.
  7. Accordez-vous le droit à l’erreur, sans culpabiliser
  8. Agissez pour redresser la barre, raccourcir les délais, acquérir les compétences manquantes, renforcer votre vision positive de votre environnent et de vos relations avec les autres
  9. Faites appel à des personnes de confiance, famille, amis, collègues, coach
  10. Contactez-moi : phgarin@gmail.com

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Prise de décision : Comment est-elle prise ?
Troisième des trois étapes de la Méthode d’Analyse de décision Le respect des règles de l’exécution
Choix par évaluation de projet

Choix de carrière : Suivre sa passion
Questions clés à propos des quatre méthodes d’Analyse
Management participatif : Le chef décide après

Autres Emploi, Organisation :

Récapitulatif 9 Emploi
Récapitulatif 8 Organisation

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Emploi, Organisation de ce blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Lâcher-prise vs relaxation


Se relaxer ou lâcher-prise

lâcher prise

Faut-il lâcher prise pour se relaxer ?
Et puis, qu’est-ce que cela veut dire ?

Se relaxer

Se relaxer est un mécanisme physique dont l’impulsion de départ est donnée par sa propre volonté.
La relaxation consiste à une déconcentration mentale et musculaire.

Les meilleurs résultats sont obtenus le matin ou le soir, ou encore avant une épreuve sportive.

Une mise en condition est nécessaire à la relaxation :

  • Choisir, de préférence, une pièce calme et une température neutre, ni trop froid, ni trop chaud
  • Être allongé ou assis confortablement avec la nuque calée et les bras posés sur des accoudoirs ou sur un support comme le soir
  • Fermer les paupières, être immobile, diminuer son niveau d’alerte

Les conséquences de la relaxation

La relaxation permet une diminution de la tension artérielle, du pouls et de la respiration.
Elle passe aussi par une prise de conscience de son corps, en particulier de sa respiration.
Et aussi :

  • D’avoir une sensation de bien-être
  • Une diminution de la fatigue, de la douleur, des insomnies
  • Une diminution d’émotions fortes, comme la colère et l’anxiété

Lâcher prise

Le Lâcher prise démarre aussi par une décision de sa propre volonté et a des implications sur le physique.
Seulement le lâcher prise est avant tout un mécanisme psychique qui permet de faire le vide dans ses pensées.

Il est possible de lâcher prise sans passer par la relaxation

Un moyen efficace est celui du rideau de fumée : avoir une activité qui nécessité de la concentration mentale au point d’arriver à ne plus penser aux préoccupations qui occupe l’esprit et empêchent le lâcher prise.
Par exemple, le sudoku ou les mots-croisés.

Ces exercices mentaux sont effectués en pleine conscience.
Elle ne relaxe le corps que parce qu’il faut rester dans une position physique telle que les mouvements sont réduits au minimum.

Le lâcher prise n’est pas le renoncement, l’abandon de la réflexion individuelle et personnelle ou du contrôle de ses émotions ou de ses pensées.

C’est aussi un moyen de décontraction qui permet, ensuite, de mieux réfléchir aux sujets qui nous préoccupent.
C’est une mise entre parenthèse et pour un temps relativement court des pensées qui nous parasitent.

Se relaxer pour lâcher prise ou lâcher prise pour se relaxer ?

Dans les 2 cas, c’est une question de volonté.

L’environnement joue aussi son rôle et toute perturbation extérieure interrompt l’un et l’autre des deux mécanismes de la volonté.

Les objectifs sont quasi-identiques. C’est l’ordre de priorité et les moyens de parvenir au but qui les différencient.

En gros, pour se sentir physiquement mieux, alors les techniques de relaxation peuvent parvenir au résultat attendu, et pour penser plus efficacement, alors le lâcher prise permet de faire une pause mentale et d’épurer ses pensées parasites.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Insomnie vs sommeil fractionné
L’empathie, c’est…
Il ne suffit pas de savoir, il faut aussi appliquer

Facteurs perturbants dans un bureau
Risques cardiovasculaires : les facteurs du risque
TMS troubles musculo squelettiques comment les éviter

Autres Bien-être :

Récapitulatif 1 Bien-être
Récapitulatif 9 Bien-être

Tous les articles de cette catégorie sont listés dans la page Bien-être de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Projet : Que se passerait-il si le projet n’avait pas lieu ?


Gestion de Projet : Que se passerait-il si le projet n’avait pas lieu ? Ou s’il était retardé ?

hésitation j'y vais ou pasVoilà une question que le donneur d’ordre, le maître d’ouvrage, doit se poser lorsqu’il souhaite lancer un nouveau projet, informatique ou autre.

Plusieurs facteurs rendent le démarrage d’un projet indispensable

  • Les contraintes législatives : Le passage à l’Euro a été imposé à tous, les changements de taux de TVA, etc.
  • Les changements de réglementations dans son domaine d’activité : Accords de branche et conventions collectives, traçabilité des produits dans la Distribution, etc.
  • La concurrence : Nécessité de mener des actions marketing ou commerciales pour contrer les attaques de la concurrence
  • La position de leader, l’image de la société : Lancement de projets de « prestige », construction de beaux bâtiments, dont les aménagements doivent rassurer le client ou le banquier
  • Etc.

Dans tous les cas, c’est la volonté du dirigeant de l’entreprise qui donne l’impulsion et dénoue les cordons de la bourse, mobilise le personnel pour œuvrer dans le projet

Un chef d’entreprise qui, mis au courant des risques pris pour l’entreprise, du démarrage, du retard ou de l’abandon d’un projet, dois prendre la décision qui convient.

La question se pose d’abord avant de lancer le projet.

Elle se pose aussi et différemment quand le projet a déjà démarré, car des frais ont été engagés, des autorisations ont été parfois demandées

  • Choisira-t-il de maintenir sa décision initiale, malgré les risques ?
  • Changera-t-il d’avis ?
  • Quel sera l’impact de cette nouvelle décision sur son image en tant que manager auprès de ses employés, de ses concurrents, de ses fournisseurs, de ses clients ?
  • Combien cela lui coûtera-t-il de maintenir sa décision ou d’en changer ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Projet : Go / no Go ou Faut-il y aller ;?
Règles et axiomes d’un chef de projet en trois langues
Bien définir son besoin

Questions à poser à un client de référence
Modèle de cahier des charges
Questions préliminaires liées au Management de projet

Autres Informatique et Management :

Récapitulatif 1 Informatique
Récapitulatif 2 Informatique
Récapitulatif 7 Informatique
Récapitulatif 5 Management
Récapitulatif 7 Management

Tous les articles de ces catégories sont listés dans les pages Informatique et Management

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Blog : La surprise de Microsoft


Blog : La surprise de Microsoft

La surprise du singeMicrosoft vient de nous offrir une belle surprise en matière de blog.

Depuis quelques mois, les statistiques du blog de Microsoft, space.live.fr, avaient disparues.
Des rumeurs indiquaient qu’elles allaient être remplacées par une autre solution.

La surprise ?

C’est l’arrêt de space.com de Microsoft et le transfert de tous les billets enregistrés vers WordPress.
A partir de mars 2011, chaque blogueur de space.live.fr devra abandonner son blog ou le transférer vers WordPress.

J’ai choisi la deuxième solution, puisque, entre temps, j’avais ouvert un nouveau blog ici.

Et vous ? Si vous êtes concerné, qu’allez-vous choisir ?

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Blog Inconvénients du transfert de space.live vers WordPress
WordPress et Google Analytics ne font pas bon ménage
Intégration de Microsoft space.live dans WordPress

Liste  » Perso »
Premier billet dans ce blog
Devise 028 Ne crie pas ton succès (Star Trek)

Autres Blog :

Récapitulatif 5 Blog

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :