Elections : Scrutateur 100 par 100 organisé


Le dépouillement des votes très organisé

dépouillement des enveloppes électorales pour un vote françaisUne fois n’est pas coutume, voici un article qui parle d’élection. Toutefois, la politique sera absente de ce billet : Il s’agit d’organisation.

Vous êtes-vous déjà demandé comment les votes étaient dépouillés ? Comment on passe de l’urne au tableau de comptage ?
J’en ai fait l’expérience en tant que scrutateur. Voici comment on procède.

Scrutateur, c’est quoi ?

Le scrutateur, homme ou femme, participe au dépouillement des votes. Il y a 2 catégories de scrutateurs dans la pratique :

  1. Ceux qui agissent, et
  2. ceux qui regardent

Ceux qui regardent

Simple sur le papier, les scrutateurs sont debout, tout autour de ceux qui agissent. Ils surveillent avec autant d’attention qu’un cuisinier surveille le lait sur le feu. Chaque geste, chaque parole est observé pour s’assurer, à plusieurs, que ceux qui agissent le font en respectant toutes les règles.

Ceux qui agissent

A chacun sa tâche.

D’abord, ils sont assis autour d’une ou plusieurs tables, par 4 ou 5 personnes, selon la dimension du bureau de vote et du nombre de personnes présentes.

Chaque table porte un numéro.

Deux personnes sont désignées pour remplir le tableau des comptages.
Une personne est désignée pour ouvrir les enveloppes électorales.
Une autre va lire le nom présent sur le bulletin.
Une dernière va rassembler et compter les enveloppes vidées de leur bulletin.

Le déroulé du dépouillement

L’heure est strictement respectée. A l’heure prévue, les portes sont fermées.

Une feuille apposée sur l’entrée signale que le bureau de vote est fermé. En l’occurrence, personne n’a tenté d’entrer dans le dernier quart d’heure du délai légal.

Le président du bureau réclame le silence et explique comment les opérations vont avoir lieu et quelles sont les règles à respecter.
Le vice-président, de l’opposition municipale, hoche la tête en guise d’approbation

Première étape : sortir les enveloppes bleues de l’urne

L’urne est mise sur une des tables, sur le côté et les enveloppes sont sorties de l’urne.

Les premiers scrutateurs vont regrouper toutes les enveloppes par paquet de 10 enveloppes. Les paquets sont alignés pour faciliter le comptage du nombre d’enveloppes. Aucune n’est ouverte à ce stade.

En parallèle, un autre comptage est effectué à partir du cahier que chaque votant à signer.
De plus, le compteur de l’urne est lu.

Ah ! Le nombre d’enveloppes et le nombre de signatures sont les mêmes. Le compteur de l’urne est différent. L’explication est simple : certaines enveloppes n’ont pas déclenché le compteur. Ce qui compte le plus, ce sont les deux autres nombres qui sont identiques.

Seconde étape : Le dépouillement proprement dit

Les enveloppes électorales, une fois comptées, sont déposées dans de grandes enveloppes blanches à raison de 100 enveloppes bleues par enveloppe blanche. La dernière en contient moins de 100, puisqu’il n’y a pas un compte rond.

Sur chaque enveloppe blanche, est inscrit le numéro de la table qui va effectuer le dépouillement ainsi que le numéro du bureau de vote.

Et c’est parti.

Les enveloppes bleues sont sortis de la blanche, et chacune d’elle est ouverte.
L’enveloppe vidée est passée au scrutateur qui les comptent, et le bulletin est passé au scrutateur qui lit le nom à haute voix.
Il place ensuite le bulletin en tas, à raison d’un tas par nom et change l’orientation des bulletins à chaque dizaine, pour faciliter un éventuel recomptage.

Les deux autres scrutateurs ont une grande feuille de papier identique. Sur les lignes se trouve les noms des candidats, par ordre alphabétique, et les colonnes contiennent dix petites marques dans chaque colonne.

A chaque fois qu’un nom de candidat est prononcé, chacun des deux scrutateurs met un bâton sur une des marques, en face du nom du candidat.
Lorsque, pour un candidat, le nombre de bâtons arrivent à une dizaine, il annonce à haute voix, le nombre ainsi atteint : 10 puis 20, etc.

Quand toutes les enveloppes électorales sont vidées, les scrutateurs comptent le nombre de voix obtenues, par candidat et le note au bout de chaque ligne.
En parallèle, le nombre d’enveloppes vides est annoncé pour vérifier qu’il est bien à 100.

En fait, il est inférieur à 100, car les enveloppes ouvertes et déjà vides sont écartées.
Quatre personnes différentes dont le président et le vice-président signent chaque enveloppe vide qui est alors comptée comme vote blanc.

Ils procèdent de même pour les bulletins présents dans les enveloppes mais invalides. Ce sont les votes nuls.

Néanmoins le total des votes valides, des votes nuls et des votes blancs est identique au nombre d’enveloppes électorales bleues dans l’enveloppe blanche.

Les bulletins valides et les enveloppes bleues vides sont remises dans l’enveloppe blanche.
Celle-ci est signé par le président, contresignée par le vice-président et mise de côté.

Troisième phase : le comptage final

Le dépouillement se poursuit avec une nouvelle enveloppe blanche, 100 par 100 jusqu’à ce que toutes les enveloppes soient traitées, donc que tous les votes aient été comptés.

Les tableaux de comptages sont remplis. Les deux scrutateurs, par table, en charge de les remplir, se les échanges et chacun vérifie qu’il a compté le même nombre de voix pour chaque candidat que l’autre.

Dès que deux tableaux sont remplis, à raison qu’un tableau par enveloppe blanche et donc pour 100 enveloppes électorales, ces feuilles sont retirées et remplacées par une nouvelle feuille pour compter les votes suivants.
Les deux scrutateurs qui ont comptés, et tous les autres de la même table, signent chaque feuille avec le tableau.

Lorsque tous les votes ont été comptés, le président reprend toutes les enveloppes blanches et calcule le nombre total de voix obtenues par chaque candidat. Toutes les enveloppes sont regroupées et rangées pour un éventuel contrôle ultérieur, en cas de réclamation.

Puis, le président annonce le résultat à haute voix.

Plusieurs anecdotes en marge de cette belle organisation

Un silence quasi-total durant toute la durée du dépouillement. Les seules voix que nous avons entendues sont celles des scrutateurs qui ont donné les noms sur les bulletins de vote et des scrutateurs qui ont annoncé chaque dizaine de voix atteinte par un candidat.

L’annonce du pot de remerciement. Une fois toute la procédure terminée, les uns se sont levés, les tables ont été rangées. Et le président a annoncé que ceux qui le souhaitaient étaient cordialement invité à boire un verre (avec modération) pour les remercier d’avoir participé au dépouillement. Ceux qui refusés sont rentré chez eux un peu plus tôt que les autres

Une seule personne présente n’a pas participé en tant d’acteur du dépouillement. Son rôle n’était ni d’agir ni de superviser les scrutateurs qui agissaient.
C’était un gendarme, chargé d’assurer la protection du bureau de vote, état d’urgence oblige.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en avoir plus :

En complément :

La retraite du Régime Général
Volontaire dans l’Administration française à l’International : Le VIA
Le Compte d’Engagement Citoyen ou CEC : C’est quoi

Art. 71-1 de la Constitution : www.defenseurdesdroits.fr
Présidentielles 2012 : Un entretien d’embauche ?
Paix Mondiale : Les 23 indices

Autres Juridique et Organisation :

Récapitulatif 17 Juridique
Récapitulatif 17 Organisation

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Main chaude = Succès à l’entretien d’embauche, Recrutement assuré ?


La preuve a été apportée que, si le recruteur a la main chaude alors il donnera un avis favorable

main chaude

Dimanche 06 janvier 2013, une émission de télévision sur une chaîne allemande, a proposé un test.

La question était de savoir quel était le sens le plus développé dans l’espèce humaine : la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût ou le sens du toucher.

Le sens du toucher permet de reconnaître plus de 2 millions de sensations.

On peut vivre, aveugle, sourd, sans sensation de goût ou sans odorat, mais l’être humain ne peut vivre sans le sens du toucher !

Le test de l’entretien d’embauche

Un acteur s’est fait passer pour un candidat. Il a passé 40 entretiens d’embauche dans le même bureau.

En face de lui, les organisateurs de l’émission ont invité 40 recruteurs professionnel de tout horizon.

Le soi-disant Directeur des Ressources Humaines a accueilli personnellement chacun des recruteurs, l’a conduit jusqu’à l’ascenseur. Les mains pleines, il a demandé au recruteur, homme ou femme, de prendre son gobelet. Pendant 30 secondes, le temps de monter à l’étage et de rendre le gobelet pour s’installer et procéder à l’entretien avec le soi-disant candidat. Puis, le pseudo DRH est sorti et l’entrevue a démarré.

Chaque recruteur a reçu un même questionnaire pour évaluer le candidat, grâce à des cases à cocher, à remplir dès la fin de l’entretien.

Jusque là, rien de particulier. Sauf que…

…le gobelet contenait, dans 20 cas, une boisson froide, avec des glaçons. Dans les 20 autres cas, le gobelet contenait un café chaud. La distribution soit du gobelet chaud, soit du gobelet froid, a eu lieu d’une manière complètement aléatoire.

Le pseudo candidat étant un acteur, a répété les réponses et les a donné de la même manière. En quelque sorte, pour lui, c’était 40 représentations de la même pièce de théâtre. Comme tous les entretiens ont eu lieu dans la journée, les entretiens ont été courts.

Les résultats sont édifiants !!

Main froide

Sur les 20 recruteurs ayant reçu un gobelet avec une boisson froide, glacée, 40% ont été prêts à recruter le candidat

Sur les 20 recruteurs ayant reçu un gobelet avec une boisson chaude, très chaude, le pourcentage est étonnant : 100% ont considéré que le candidat convenait au poste.

La raison donnée par un scientifique

La sensation de chaud, que chacun connaît déjà dans le ventre de sa mère, est une sensation positive, qui met le recruteur dans un état d’esprit favorable avant même de démarrer l’entretien.

La sensation de froid dérange le recruteur et le met sur la défensive. Il aborde l’entretien en étant déjà mal à l’aise.

Conclusion

Chauffez-vous la main qui va vous servir à serrer celle de votre ou vos interlocuteurs, juste avant l’entretien d’embauche, sans atteindre, cependant, la main moite ou trop chaude. Ce conseil pratique est surtout valable en période froide. Dans ce cas, portez simplement des gants pour retenir la chaleur des mains, c’est suffisant.

Et… enlevez les gants avant de serrer la main !

Serez-vous recruté(e) grâce à cela ?

Mettre à l’aise le recruteur est déjà un point positif allant dans ce sens. Le reste dépend de vous.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Entretien d’embauche : 10 bons gestes = 10 bons atouts
Humour en entretien d’embauche : A manier avec précaution
Les 7 fautes du recruteur qui ruinent l’entretien d’embauche

L’empathie, c’est…
Ne passe pas de temps à la recherche d’un obstacle
Soyez positif – Ne dites pas, dites

Autres Bien-être et Emploi :

Récapitulatif 2 Bien-être
Récapitulatif 9 Bien-être
Récapitulatif 4 Emploi
Récapitulatif 9 Emploi

Tous les articles de ces catégories sont listés dans la page Emploi et la page Bien-être de la page Autres catégories

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

100 mots pour OSER


100 mots pour OSER

Avant d'oser après avoir osé

Oser : Voilà un mot des plus difficiles pour certains d’entre nous.

Alors voici un panel de 100 synonymes et mots proches qui vous mettrons, peut-être, plus à l’aise :

 

Aborder Commencer Entreprendre Occasionner
Aboutir Conclure Entrer Partir
Accéder Considérer Entrevoir Parvenir
Accommoder Consigner Éprouver Percevoir
Admettre Contenter Esquisser Plaire
Affrioler Convenir Essayer Pousser
Agresser Convier Étrenner Préluder
Aiguillonner Correspondre Évertuer Provoquer
Allécher Côtoyer Exercer Régler
Amorcer Débuter Exhorter Rejoindre
Animer Décider Expérimenter Remarquer
Apercevoir Déclencher Exposer Rencontrer
Apparaître Découvrir Flatter Repérer
Appeler Défier Fonder Ressentir
Apprécier Dérider Fouiller Retrouver
Approfondir Discerner Fréquenter Réussir
Arriver Distinguer Hasarder Risquer
Assaillir Ébaucher Hypnotiser Satisfaire
Atteindre Émouvoir Inciter Sentir
Attirer Emporter Intéresser Sonder
Avancer Encourager Joindre Sourire
Calmer Engager Lancer Tâtonner
Captiver Entamer Libérer Tenter
Charger Enthousiasmer Noter Vérifier
Charmer Entraîner Observer Voir

« Que le voyage soit long ou court, il commence toujours par le premier pas ! »

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Des mots pour se définir
Comment évaluer votre niveau de connaissance d’une langue étrangère
Convaincre par les mots

Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions
Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers
C’est difficile, osons ! Sénèque

Autres Communication, Emploi et Voyage :

Récapitulatif 1 Communication
Récapitulatif 4 Communication
Récapitulatif 5 Communication
Récapitulatif 1 Emploi
Récapitulatif 1 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :