Positionnement de caméras sur le lieu de travail : Autorisations et Interdictions


Positionnement de caméras sur le lieu de travail : Autorisations et Interdictions

caméras de surveillanceDe plus en plus, les caméras sont utilisées pour la surveillance des locaux professionnels ou personnels.

Sur le lieu de travail plusieurs lois sont à respecter, notamment pour respecter le droit à la vie privée des employés.

L’endroit où poser une caméra et, plus précisément ce qu’elle permet de voir et de filmer font l’objet d’autorisations et d’interdictions que voici :

Les autorisations

Le positionnement des caméras est autorisé pour filmer :

  • Les entrées et les sorties de l’établissement
  • Les issues de secours
  • Les voies de circulation
  • Les zones d’entreposage des biens

Les interdictions

Un employeur doit définir un objectif légal et légitime.
Généralement, il s’agit de la sécurité des biens et des personnes, pour prévenir de vols, dégradations ou agressions.

Le positionnement des caméras est interdit pour filmer :

  • Les employés sur leur poste de travail
  • Les zones de repos et de pause
  • Les toilettes
  • Les locaux syndicaux
  • Les accès aux locaux syndicaux s’ils mènent uniquement à ces locaux

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Sécurité informatique : L’audit des vulnérabilités
Surveillance en entreprise
Keylogger : Espionnage facile de votre PC

Géolocalisation par GPS à déclarer à la CNIL
Origine et Prévention des risques sur un site industriel
Filtrage Internet : Pas de brimade des salariés

Autres Juridique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Juridique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

RGPD : Le registre des activités de traitement


Le registre des activités de traitement du RGPD

RGPD Le registre des traitementsLe RGPD, ou Règlement Général de la Protection des Données, s’applique à tous les organismes de l’Union européenne depuis 2018 : Administrations, Associations, Entreprises, etc.

C’est un changement radical imposé à tous les organismes qui traitent des données personnelles.

L’article 30 du RGPD prévoit la tenue d’un registre des activités de traitement.

Il s’agit d’un document officiel qui doit contenir tous les traitements réalisés grâce au logiciel, que ce dernier soit un produit vendu, ou progiciel, ou un développement spécifique à l’organisme lui-même.

Chaque fois qu’un traitement change, le registre doit être mis à jour.

Le contenu du registre des activités de traitement

Le registre contient les réponses aux questions suivantes :

  1. Qui intervient dans le traitement des données ? C’est-à-dire qui sont les responsables ?
  2. Quelles sont les catégories de données traitées ?
  3. Quels sont les traitements des données ?
  4. Qui a accès aux données ?
  5. À qui sont communiquées les données ?
  6. Quelle est la durée de conservation des données ;?
  7. Comment les données sont-elles sécurisées ?

Le registre des traitements a une vertu, celle de devoir lister toutes les mesures de protection des données personnelles utilisées au sein de l’organisme.

Autres usages de ce registre :

  • Liste des moyens d’information des personnes
  • Historique des violations des données
  • Liste de tous les documents utilisés lors de transfert de données hors de l’Union européenne

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Protection renforcée des données personnelles des employés au Canada
Protection des données personnelles : Un projet de la Commission européenne
Ordonnance n° 2011-1012 du 24 août 2011 sur la fuite des données personnelles

Loi n° 2006-64 du 25 mars 2007 sur la Conservation des données
BYOD ou AVEC : Définition et limites
Conséquences de l’absence de déclaration à la CNIL d’un système de badgeage

Autres Informatique, Juridique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Juridique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Consignes à respecter pour se baigner et éviter la noyade


Pour se baigner en toute sécurité

baignade dans les vaguesAssurez-vous de votre niveau de pratique

  1. Pour vous et vos enfants, apprenez à nager avec un maître-nageur sauveteur, le plus tôt possible.
  2. Ne surestimez pas votre capacité à nager

Choisissez les zones de baignade surveillées

  1. Informez-vous sur les zones de baignade pour savoir si elles sont surveillées, interdites ou dangereuses, avant de partir et confirmez à votre arrivée.
  2. Pour vous baigner, choisissez les zones surveillées où l’intervention des équipes de secours est plus rapide.
  3. Restez toujours attentifs à vos enfants, même si la zone est surveillée.

Informez-vous sur les conditions de baignade

  1. En arrivant sur votre lieu de baignade, renseignez-vous auprès du personnel chargé de la surveillance sur les conditions de baignade : nature des vagues, courants, marées, dangers naturels, etc.
  2. Respectez toujours les consignes de sécurité signalées par les drapeaux de baignade et/ou par les sauveteurs.
  3. Assurez-vous que les conditions de baignade ne vont pas devenir dangereuses au cours de la journée.
  4. Consultez régulièrement les bulletins météo, jusqu’à plusieurs fois par jour.

Pendant la baignade avec vos enfants

  1. Restez toujours avec vos enfants quand ils jouent au bord de l’eau ou dans l’eau.
  2. Baignez-vous en même temps qu’eux.
  3. Désignez un seul adulte responsable de leur surveillance.
  4. Faites reconnaitre par un maître-nageur sauveteur la capacité de vos enfants, à évoluer dans l’eau en toute sécurité.
     
  5. Qu’ils savent nager ou pas, équipez vos enfants de brassards (portant le marquage CE et la norme NF 13138-1) adaptés à la taille, au poids et à l’âge de l’enfant (voir informations sur le produit et la notice d’information) dès qu’ils sont à proximité de l’eau.
  6. Méfiez-vous des bouées ou des autres articles flottants (matelas, bateaux pneumatiques, bouées siège,…), ils ne protègent pas de la noyade et peuvent être entraînés par le courant.
  7. Surveillez vos enfants en permanence, même s’ils sont équipés de brassards.

Pour vous-même

  1. Si vous ressentez le moindre frisson ou trouble physique, ne vous baignez pas.
  2. Prévenez vos proches lorsque vous allez vous baigner.
  3. Soyez vigilant lors de la baignade
  4. Faites attention à la zone d’impact des vagues : certaines zones du corps comme la tête, le cou ou le ventre étant plus fragiles.
     
  5. Ne surestimez pas votre condition physique.
  6. Avant de partir nager au loin, assurez-vous que vous pourrez revenir sur la terre.
  7. Souvenez-vous qu’il est plus difficile de nager en milieu naturel (mer, lac, rivière) qu’en piscine.
     
  8. Ne consommez pas d’alcool avant et pendant la baignade.
  9. Ne vous exposez pas excessivement au soleil avant la baignade.
  10. Rentrez progressivement dans l’eau, particulièrement lorsque l’eau est froide et que vous vous êtes exposé au soleil.

En cas de danger imprévu

  1. Ne luttez pas contre le courant et les vagues pour ne pas vous épuiser.
  2. Si vous êtes fatigué, allongez-vous sur le dos pour vous reposer.
  3. Vos voies respiratoires dégagées, respirez normalement et appeler à l’aide.

Source : INPES Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Monoxyde de carbone : Quoi, où, les dangers
Secourir 1/5 : Les bons gestes
IST : La Prévention contre les Infections Sexuellement Transmissibles

Échelle de Beaufort et tailles des vagues
Poissons, coquillages et crustacés : Les tailles à respecter
Peau blanche : Quel est votre type de peau ?

Autres Bien-être, Sécurité et Voyage :

Récapitulatif 18 Bien-être
Récapitulatif 18 Sécurité
Récapitulatif 18 Voyage

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Tolérance de pannes : En plus du RAID


Tolérance de pannes : En plus du RAID

disque dur endommagé

en panne

Avec les types de RAID décrits précédemment, RAID par duplication et RAID par parité, le risque de perte d’informations est réduit, bien qu’il existe toujours.

En effet, un disque défectueux doit toujours être remplacé.

Le RAID 1 et le RAID 5 ont le gros avantage de permettre la continuité du fonctionnement de l’ordinateur en cas de panne d’un disque dur.

Ils sont cependant suspendus jusqu’au remplacement du disque inutilisable.

C’est pourquoi, il existe une possibilité supplémentaire dans les ordinateurs à tolérance de pannes qui s’appelle disque de rechange, ou spare ou hotspare en anglais.

Disque en spare

Il s’agit d’avoir déjà un disque de remplacement dans l’ordinateur.

Il attend une défaillance sans être utilisé, ni par le fonctionnement ordinaire ni par le stockage par un type de RAID.

C’est du matériel qui va servir uniquement dans le cas où l’un des disques durs tombe en panne.

À ce moment-là, le RAID reconstitue le disque défaillant en utilisant les informations issues du ou des autres disques et les place dans le disque de rechange.

De cette manière, aucune perte de temps. Le RAID continue de fonctionner avec très peu d’interruption, ce qui accorde une plus grande fiabilité de l’ordinateur.

Bien entendu, le disque défectueux reste à remplacer quand même.

Les autres RAID

Malgré toutes les précautions et les avantages qu’apportent les types de RAID 0, 1 ou 5, la sécurité du stockage des informations reste liée au nombre de disques durs qui tombent en panne en même temps.

Cela arrive lorsque les disques durs ont été installés en même temps, car ils s’oxydent à la même vitesse, bien qu’il existe d’autres causes de pannes.

C’est pourquoi, plusieurs autres types de RAID ont été mis en place.

Les articles de ce blog se veulent une vulgarisation pour comprendre le fonctionnement de la tolérance de pannes par les systèmes RAID, la description des autres types de RAID est laissée aux spécialistes.

De toute façon, la tolérance de panne est différente de panne zéro.

Sauvegarde

Il existe toujours la nécessité d’effectuer des sauvegardes des systèmes d’informations sur des supports informatiques qui seront éloignés de l’ordinateur.

La sauvegarde permet de minimiser l’impact d’une surtension électrique ou magnétique, de la présence d’un virus ou des malversations d’un être humain.

source photo : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Protection de la salle informatique : Les mesures
PCA ou Plan de Continuité d’Activité : Par quoi commencer pour un établir un ?
Point de restauration sur votre PC

Le Petit Chaperon Rouge raconté par un informaticien
Sauvegarde : Un pirate détruit 4800 sites
Démission d’un salarié : Fuite d’informations : Comment s’en prémunir

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

RAID 5 contre les pannes de disques durs


RAID 5 contre les pannes de disques durs

Après l’introduction à la tolérance de pannes et la description des types de RAID par duplication, voici la présentation du RAID 5 qui utilise la Parité.

La parité consiste à retenir comment les informations sont stockées.

C’est une question de bit à 0 et de bit à 1, qui sont la base même de l’informatique.

Prenons un exemple : dans une photo, vous allez avoir une zone de 5 pixels de la même couleur.
Le stockage classique consiste à enregistrer 5 pixels de cette couleur.
Le système de parité permet de stocker un seul pixel de cette couleur et d’indiquer qu’il y en a 5 pareils.
Dans cet exemple, la place de stockage de ces 5 pixels est réduite à 2.

Partant de ce principe, le RAID 5 a été inventé.

RAID 5 ou volume agrégé par bandes à parité répartie.

Tolérance de panne le RAID 5Pour mettre en place le RAID 5, il faut 4 disques.
3 vont contenir les données d’un autre disque et le 4ème va contenir la parité.

Comme il y a 4 disques, chacun va contenir une partie de chacun des autres disques et une des parités, comme indiqué dans le schéma.

En cas de défaillance d’un seul disque dur, le RAID 5 permet à l’ordinateur de continuer à fonctionner.

Dans qu’il est remplacé, le RAID 5 reconstruit les informations à partir des autres disques durs restés en bon état.

Dans la notion de tolérance de panne, d’autres éléments que le RAID existent :
À découvrir dans le prochain article.

source photo : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Salle informatique : Quelle surface faut-il prévoir ?
PCA et PRA : L’analyse des enjeux et des besoins
Messagerie professionnelle : Gagner de la place

Parefeu ou firewall : Définition
10 risques quand une baie de serveurs est installée hors d’une salle informatique
Les risques du téléchargement et quelques principes utiles

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

RAID 1 et RAID 0 contre les pannes de disques durs


RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs

Après l’introduction que ce qu’est la tolérance de panne, voici la description des types de RAID de duplication des informations stockées.

Le RAID 1 ou disques en mémoire

Ce type de RAID est le plus facile à comprendre.

Il s’agit de dupliquer les données d’un disque sur un autre.

RAID 1En cas de panne d’un disque, l’ordinateur continue de fonctionner en puisant sur le disque en bon état les données du disque défectueux.

Le système RAID est interrompu jusqu’à ce que le disque inutilisable soit remplacé.

Le RAID 0 ou disques entrelacés

Plus qu’un système de redondance d’informations, ce type de RAID permet d’augmenter la rapidité d’accès aux données en les répartissant sur des disques durs différents.

RAID 0L’inconvénient majeur est qu’en cas de panne d’un seul disque, les informations sont perdues.

RAID 0+1 et 1+0

C’est pourquoi, il existe deux combinaisons de ces types de RAID 1 et 0 appelées RAID 0+1 et RAID 1+0. Elles nécessitent la présence de 4 disques.

RAID 0+1 et RAID 1+0

Tous les types de RAID précédents impliquent une duplication des données et donc d’avoir suffisamment de place pour le stockage.

Bien que le prix des disques durs ait fortement baissé, ces solutions restent coûteuses.

C’est pourquoi, il existe une autre codification de stockage appelée Parité.
À découvrir dans le prochain article.

source photos : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Stockage : 100 To sur un disque de 1 To
Arnaque : Clé USB sur un disque dur
Sécurités des données : Les 7 points capitaux du comportement responsable

Réseau LAN ou WAN ralenti : Causes et parades 2/2
PCA Plan de Continuité d’Activités : Des besoins très différents
BYOD ou AVEC : Définition et limites

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Tolérance de pannes : Introduction au RAID


Quand un disque dur devient inutilisable

schéma de lecture de 4 disques dursVous est-il déjà arrivé de perdre des données à cause d’un disque dur en panne ?

Avec le temps, la poussière, les ondes électromagnétiques, la chaleur, la surface d’un disque dur, celle sur laquelle sont enregistrés les données et les programmes, s’abime.

De temps en temps, le système d’exploitation vérifie l’état des disques durs, emplacement par emplacement.

Il note ceux qui sont endommagés et les note comme devenu inutilisables afin d’éviter de s’en servir.

Seulement voilà, lorsque l’emplacement contient une information importante d’un fichier de données, un programme ou même un élément du système d’exploitation, l’ordinateur ne sait plus où il en est. Le disque dur devient inutilisable et les données sont inaccessibles.

Panne

Ce scénario devient, avec le temps, de plus en plus probable.

En effet, la couche superficielle du disque dur s’oxyde et le nombre de zones inutilisables augmente très fort.

Un disque dur interne est mieux protégé de l’oxydation à l’air qu’un disque dur externe, néanmoins il est soumis au même processus.

C’est ainsi que la durée de vie sans problème d’un disque dur dépasse rarement quelques années : 3 à 5 environ.

Il convient de changer régulièrement les disques durs ou, du moins, de dupliquer ses données sur de nouveaux disques durs.

Autant, c’est relativement facile pour un particulier, autant c’est parfois très compliqué pour une entreprise dont l’activité est dépendante de la fiabilité de son système d’information, surtout si l’ordinateur en question est un serveur et contient des informations centralisées pour plusieurs utilisateurs à la fois.

La sauvegarde des données consiste à recopier, régulièrement les données sur un autre support de stockage.

L’inconvénient principal de la sauvegarde, c’est le décalage dans le temps entre les informations de la sauvegarde et celles qui sont perdues en cas de crash disque, c’est-à-dire les informations créées ou modifiées depuis la dernière sauvegarde.

RAID

Pour toutes ces raisons, le système RAID a été inventé. Ou, pour être plus précis, LES systèmes RAID ont été inventés.

Il en existe de nombreux. Dans cette série d’articles, nous évoquerons les plus courants.

La tolérance de panne est appelée ainsi lorsqu’un ordinateur peut continuer à travailler malgré un disque dur devenu inutilisable.

Le principe du RAID, ou Redundant Array of Independant Disks, consiste à écrire les mêmes informations sur des disques différents en les codant d’une façon différente selon le type de RAID.

Pour y parvenir une partie du disque dur est réservé au stockage des informations en provenance du ou des autres disques de l’ordinateur. La codification de ces informations permet de stocker les informations en prenant moins de place dans la zone réservée au RAID que dans la zone « normale » du ou des autres disques.

source photo : Wikipédia

Sommaire :

  1. Tolérance de pannes : Introduction au RAID
  2. RAID 1 et 0 contre les pannes de disques durs
  3. RAID 5 contre les pannes de disques durs
  4. Tolérance de pannes : En plus du RAID

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Redémarrer après une panne : 74% des entreprises sont mal préparées
Sécurité informatique : Supprimer les « faux positifs »
Le MTBF ou temps moyen entre 2 pannes : second critère de choix après le TCO ou coût total de possession

Réseau LAN ou WAN : Comprendre 1/2
Définitions de PRA et de PCA, Plan de Reprise d’Activités et Plan de Continuité d’Activités
Les règles d’or de la sauvegarde

Autres Informatique et Sécurité :

Récapitulatif 18 Informatique
Récapitulatif 18 Sécurité

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

%d blogueurs aiment cette page :