Poste de travail vacant : Pallier aux causes extérieures


La vacance du poste de travail : Pallier aux causes extérieures

Pallier aux causes extérieures à la vacance d'un poste de travailEn dehors de la maladie, d’un accident et même du décès d’un (e) salarié (e), d’autres causes extérieures peuvent rendre un poste vacant.

Plus précisément, si les premières causes rendre un seul poste vacant, sauf épidémie, les causes extérieures génèrent une interruption d’activité de plusieurs postes de travail, jusqu’à la totalité de l’entreprise.

Il convient alors de préparer un plan de continuité de l’activité.

Sommaire :

La vacance du poste de travail : Les causes
Poste de travail vacant : Les besoins PRÉVISIBLES de transition
Poste de travail vacant : Les besoins de transition des causes IMPRÉVISIBLES
Exemples de mesures de transition en cas de poste vacant
La vacance du poste de travail : Pallier aux causes extérieures

Il s’agit, pour chaque cause potentielle d’interruption, de lister les mesures, dans le détail, de façon à permettre le fonctionnement du poste de travail dans les meilleures conditions, sachant que celles-ci sont, de toute façon, dégradées par rapport au fonctionnement habituel du poste et de l’entreprise.

Exemple en cas de mouvements sociaux

grève, blocus, enlèvement de cadres, prise en otage des locaux, etc. :

  • Déplacer l’activité sur un autre établissement, délocaliser le personnel ou/et les outils de travail
  • Embaucher, à titre provisoire des remplaçants aux personnes indisponibles
  • Etc.

Exemple en cas de panne matérielle

du poste de travail ou qui empêche le bon fonctionnement du poste de travail :

  • Mettre en place une climatisation, un générateur d’électricité, un stock de pièces détachées de remplacement
  • Passer des accords avec des fournisseurs pour des livraisons expresses de matériels ou/et de matières premières

Ne confondez pas Plan de continuité de l’activité ou PCA avec Plan de reprise d’activité ou PRA.

Le premier a pour objectif de faire en sorte que l’activité de l’entreprise continue, malgré une situation dégradée.

Le second a pour objectif de relancer l’activité interrompue de l’entreprise suite à un sinistre.

Dans le premier cas, l’information (papier, informatisée) et les flux physiques (produits, services) continue à être actifs alors que dans le second, il y a interruption, puis reprise des informations perdues et de l’activité perdue d’avant le sinistre et durant le sinistre, jusqu’à reprise complète de l’activité.

Philippe Garin, plus de 20 ans de management en entreprise

Pour plus de conseils, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Conflit entre salarié et employeur : Les intervenants
Différences entre PRA et PCA, Plan de Reprise d’Activités et Plan de Continuité d’Activités
H1N1 Définitions de PRA et de PCA, Plan de Reprise d’Activités et Plan de Continuité d’Activités

Redémarrer après une panne : 74% des entreprises sont mal préparées
Comment structurer une entreprise ou une organisation
10 domaines d’analyse et d’activités stratégiques internes dans une entreprise

Autres Management et Organisation :

Récapitulatif 11 Management
Récapitulatif 11 Organisation
Récapitulatif 11 Emploi

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :