Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers


Pourquoi le français est une langue difficile pour les étrangers

Une raison pour laquelle les étrangers éprouvent certaines difficultés avec le français est la reconnaissance des mots prononcés.

En effet, les français lient les mots d’une phrase entre eux et prononcent les liaisons entre ces mots.une oie deux oies

Un exemple est celui de l’oie [lua] dont la prononciation dépend du mot qui le précède :

Une oie [nua], deux oies [zua], quatre oies [tua], cinq oies [kua], neuf oies [vua] ou [fua]

Plus difficile encore est d’écrire ce que l’on entend.

Exemple 1 : « comme un vieil hareng saur » = « comme un vieillard en sort« 

Si la personne qui parle ne détache pas les syllabes, il est alors quasi impossible d’écrire ce que l’on entend, surtout lorsque l’on n’a pas le contexte global dans lequel s’insère la phrase que l’on a à écrire

Exemple 2 : [sètométénormémenbèt]

Encore plus flagrant est cet exemple, où si l’on prononce toutes les syllabes sans pause entre elles, de multiples possibilités de transcriptions écrites sont possibles. Cet exemple est issu d’une lecture dont j’ai oublié l’origine. Si un lecteur de cet article pouvait me la transmettre, je lui serais reconnaissant .

Cet homme est énormément bête

Cet homme est énorme et m’embête

Cet homme est ténor, mais m’embête

Cet Ohm est énorme et m’embête

Cette eau m’est énorme et m’embête

« Sept Ohm » est énorme et m’embête

C’est tôt ! Mettez Nord. Mais, ment, bête !

C’est « tomette » et nord m’aime en bête

Cet « Oh mais », ténor, m’aime en bête

Cette eau, mes ténors, m’aime en bête

Cet tôt, Mets « ténor », mais ment, bête !

Cette eau, met tes nords, mais m’embête

C’est tôt, les ténors, même en bête !

Sept ! Oh mes ténors ! Mais ment, bête !

C’est taux m’étaient normes, et ment, bête !

Etc.

Et la lecture n’est pas mieux servie

Comment un étranger peut-il savoir que les deux syllabes du mot « chercher » ne prononcent différemment ?

D’ailleurs, le mot « différemment » se prononce [diférament] alors qu’il n’y a aucune lettre « a » dans l’orthographe de ce mot.

Ou encore que « couvent » et « couvent » se prononcent différemment selon qu’il s’agisse du cloître pour femmes ou de la troisième personne du pluriel du verbe couver ?
Le second se prononce [kuv] et le premier [kuvan]

Bon courage aux non francophones !

Philippe Garin

Pour échanger, contactez-moi : phgarin@gmail.com

Pour en savoir plus :


En complément :

Des mots pour se définir
Lire pour bien converser
Retenir, classer dans sa mémoire pour mieux restituer quand vous prenez la parole

Les noms et les verbes pour améliorer un entretien par des bonnes questions
Les généralisations et les règles pour mieux se faire comprendre
Quand phonèmes et graphèmes rendent la langue française difficile

Autres Voyage et Communication :

Récapitulatif 3 Voyage
Récapitulatif 5 Communication

abonnez_vous_ICI_a_la_Newsletter

Une Réponse

  1. Bonjour,
    Je pense la même chose que vous depuis les années 1980, date à laquelle j’accueillais des étudiants étrangers de courtes à longues durées. Je pourrais vous citer bien d’autres difficultés qui pourraient être évitées.
    Je ne me demande pas pourquoi les académiciens ne cherchent pas à l’améliorer notre langue!
    Cordialement,
    JB

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :